Politique

CAQ : Jean-Marc Landry défend le «Projet Saint-Laurent»

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le candidat de la Coalition avenir Québec dans Bonaventure lors des dernières élections, Jean-Marc Landry.

Le candidat de la Coalition avenir Québec dans Bonaventure lors des dernières élections, Jean-Marc Landry. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le directeur du comité d’action local de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Bonaventure, Jean-Marc Landry, répond aux critiques du ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, qui a déclaré que le «Projet Saint-Laurent» ne tient pas compte de la Gaspésie. 

«Ce qui a été présenté au conseil n’est que partiel. C’est un projet mobilisateur qui sera développé au cours des prochains mois. Les régions, dont la Gaspésie, auront leur place. L’idée est de faire de la vallée du Saint-Laurent, et son golfe, une zone d’innovation. Ce sera à nous, Gaspésiens, de prendre la place qui nous revient dans ce projet», a déclaré celui qui s’est porté candidat pour la CAQ dans Bonaventure lors du dernier scrutin.

Le Projet Saint-Laurent, dont les grandes lignes ont été présentées en fin de semaine dernière par le chef caquiste, François Legault, lors du conseil général du parti vise à faire de la vallée du fleuve un secteur d’innovation.

Un des objectifs de la CAQ est d’attirer des investissements le long de la vallée du Saint-Laurent pour faire du Québec «l’une des sociétés les plus innovatrices au monde». Afin de rendre possible cette visée, la CAQ souhaite débloquer deux milliards de dollars en abolissant la moitié des crédits d’impôt actuellement offerts aux entreprises.

La Gaspésie peut en tirer profit, pense M. Landry

Même si François Legault a mis l’emphase sur l’axe Montréal-Québec lors de la présentation de son plan Saint-Laurent, M. Landry voit dans la démarche une occasion pour la Gaspésie de développer des projets. «Il faut voir le fleuve dans son ensemble, alors le projet concerne autant l’estuaire que le golfe. C’est donc possible pour la Gaspésie et le Bas du fleuve de tirer leur épingle du jeu», estime M. Landry, qui pense notamment que les projets d’Orbite en Haute-Gaspésie et ceux du centre d’expertise en énergie éolienne, le TechnoCentre éolien à Gaspé, pourraient faire partie du projet Saint-Laurent.

Milieu de l’enseignement

Le projet caquiste propose par ailleurs une meilleure collaboration entre les universités et les entreprises pour propulser l’innovation dans différents secteurs économiques.

Même si M. Legault n’a pas spécifié si cette collaboration pouvait s’élargir au réseau collégial, M. Landry estime que ce serait possible. «Le milieu scolaire est riche en Gaspésie. Pensons à l’École des pêches de Grande-Rivière. Cette institution peut très bien contribuer à l’innovation dans les pêcheries», indique-t-il. 

Les détails du projet Saint-Laurent seront dévoilés par la CAQ à l’automne 2013. 

7 commentaires

Gaston Langlais a écrit le 28 mars 2013

Bonjour, @ M. François Labrecque. Je voudrais vous souhaiter la bienvenue en Gaspésie afin de poursuivre vos échanges internationaux. Nous pouvons aussi vous aider. La Gaspésie est une porte ouverte sur le monde. Depuis quelques siècles, de nombreux Gaspésiens traitaient et traitent toujours avec leurs clients dans divers pays comme l'Italie, la France, l'Espagne, le Portugal, l'Angleterre, la Suisse, la Norvège, les USA (incluant Puerto-Rico), le Japon et maintenant la Chine. De plus à Gaspé, il se parle au moins 12 langues différentes. Mais voilà, les gouvernements depuis plus de 45 ans font tout ce qui est possible de faire afin d'affaiblir la Gaspésie au profit des grands centres, spécialement Montréal. Si pour autant, Montréal était devenue autre chose que la capitale de la corruption, nous Gaspésiens et Gaspésiennes éprouverions au moins un minimum de consolation. Puisque vous parlez de la CAQ, sachez que les ambitions de M. François Legault feraient de lui le premier ministre de Montréal. Les régions comme la nôtre lui puent au nez. Ne comptez pas sur l'élection de son parti. Dites vous bien qu'au Québec, hors des régions périphériques, point de salut. Gaston Langlais - Gaspé.

Gaston Poirier a écrit le 28 mars 2013

@ F. Labrecque : N'attendez surtout pas sur la CAQ pour venir chez nous développer vos projets! De un, vous risquez d'attendre longtemps pour qu'on ait un gouvernement caquiste. De deux, vous risquez d'attendre longtemps pour qu'on ait un/e/des député/e/s caquiste/s ici... Par contre, notre région a besoin d'investisseurs dans des projets structurants et durables! Alors, n'attendez plus et venez-vous-en! On a besoin d'investisseurs et on a soif de se développer (de façon structurante et durable)! Nos portes sont ouvertes et le gouvernement actuel semble avoir ce désir de développer les régions : profitez-en et profitons-en!

François Labrecque a écrit le 28 mars 2013

En tant qu'exportateur (USA, Grande-Bretagne, Espagne), il me fera plaisir de résider et de faire la richesse en Gaspésie. Je vous invite fortement de ne pas tirer sur la Coalition Avenir Québec. Ne soyez pas l'arroseur arrosé. Sur cela, faisons de la péninsule Gaspésienne une dynamique, prospère et juste. Mes salutations à vous tous, François Labrecque Ville de Québec

Albert Picard a écrit le 28 mars 2013

Et au prochaine scrutain électoral nous écrirons : Merci la CAQ pour cette vision enjouée, merci pour ces outils de développement tous plus monétaires et amusants les uns que les autres, merci pour cette arc-en-ciel de couleurs et d'innovation appliqués à un monde qui en avait désespérément besoin. Nous étions en manque de cette folie créatrice qui tombe du ciel sur nos têtes, à l'instar de l'Esprit Saint sous la forme d'une flamme éclairante.

Gaston Poirier a écrit le 27 mars 2013

@ JM Landry : Vous pareillement, cher monsieur. Vous pareillement!

Jean-Marc Landry a écrit le 27 mars 2013

Monsieur Poirier, votre perception se doit d'être respectée, toutefois elle est malheureusement erronée. Il n'y a pas plus aveugle que quelqu'un qui ne veut pas voir.

Gaston Poirier a écrit le 27 mars 2013

M. Landry : La seule place que je vois pour notre région dans la vision de la CAQ est qu'on pourrait aller faire fructifier nos ptite fraises des champs et vendre des confitures entre Québec et Montréal! Évidemment, je blague... Soyons sérieux : la CAQ n'a rien à proposer pour les régions comme la nôtre! Rien. zéro pis une barre. On existe pas pour eux. C'est plate mais c'est ça!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.