Politique

Candidats défaits : St-Onge et Arsenault au service du ministre D’Amour

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Annie St-Onge, candidate libérale défaite dans Gaspé, travaillera dans cette circonscription comme conseillère politique du ministre Jean D’Amour, responsable de la région.

Annie St-Onge, candidate libérale défaite dans Gaspé, travaillera dans cette circonscription comme conseillère politique du ministre Jean D’Amour, responsable de la région. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – Le ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Jean D’Amour, embauche les candidats libéraux battus dans la région comme conseillers politiques.

Annie St-Onge, défaite dans Gaspé, et Damien Arsenault, défait dans Bonaventure, seront « basés » dans ces circonscriptions et « occasionnellement à Québec », indique M. D’Amour, interviewé par GRAFFICI.CA au début d’une tournée de deux jours en Gaspésie, entamée ce matin.

Ils seront « le lien entre la Gaspésie et moi » et assureront « une présence soutenue en Gaspésie », déclare M. D’Amour. Lui-même s’engage à venir sur la péninsule une dizaine de fois par année.

Le ministre libéral ajoute qu’il n’est « pas là pour se substituer aux députés ». La Gaspésie a réélu les péquistes Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy. « Je vais outrageusement bien respecter la démocratie, déclare M. D’Amour. Les portes des cabinets sont grandes ouvertes aussi pour les députés de l’opposition. » Les « dossiers de comté » demeureront aux députés tandis que comme ministre, il s’attardera aux grands enjeux, dit-il.

Axé sur la stratégie maritime

Lundi, M. D’Amour rencontrera notamment les préfets et des représentants de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Sa tournée se fera aussi sous le signe de la stratégie maritime dont il est responsable, avec des visites à Escale Gaspésie, le Chantier naval Forillon et l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec (ÉPAQ) à Grande-Rivière.

« On ne peut pas balayer [tous les autres enjeux] parce qu’on a une stratégie maritime, dit le ministre. Mais on parle de nous, dans cette stratégie [de la Gaspésie-les Îles et du Bas-Saint-Laurent]. Ça touche les pêches, la formation, la main-d’œuvre. C’est la toile d’araignée qu’on dépose sur la table. » La stratégie contient un « engagement clair » de sauvegarder l’ÉPAQ, remarque M. D’Amour.

Sa tournée est « exploratoire », avertit M. D’Amour. « Je ne prendrai pas d’engagement, sauf celui de travailler de tout mon cœur pour la Gaspésie. »

Concernant le règlement québécois sur l’eau potable attendu avec impatience par Gaspé, M. D’Amour estime qu’il serait « sage » d’attendre le jugement de la Cour d’appel sur le litige entre Pétrolia et Gaspé. En campagne, il s’agissait aussi de la position de Pauline Marois et du député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

8 commentaires

Johanne Fugère a écrit le 8 mai 2014

Ne vous inquiétez pas il ne siégera pas a la chambre rouge !!! N.B. Je n’ai aucune allégeance politique.

Gilles Thibodeau a écrit le 7 mai 2014

@ Johanne Fugère . S.V.P. Madame vérifiez les faits avant d'écrire . < On aime Damien, nous insistons pour qu’il se tienne du coté de Carleton.> Si vous l'aimiez tant que cela pourquoi ne pas avoir insisté le 7 avril . Sur un total de 11 bureaux de scrutin (Carleton) un seul fut à l'avantage de votre Damien et ceci par un mince petit 2 voix . Si cela représente votre façon d'aimer soyez sans gêne je vous encourage à continuer. Gilles Thibodeau Pabos.

Johanne Fugère a écrit le 6 mai 2014

Nous on aime bien M. Lelièvre mais on aime aussi Damien. Comme vous ne voulez pas le voir du côté de Pabos, nous insistons pour qu’il se tienne du coté de Carleton. J’espère que vous nous en serez gré. Cordialement J. F.

Gilles Thibodeau a écrit le 5 mai 2014

@ Gaston Langlais. Bonsoir . N'ayez crainte ,j'ai très bien lu votre commentaire et vous connaissant aussi très bien , j'y ai compris tout son sens. < Ceux qui sont défaits lors d'un suffrage ne perdent pas pour autant le droit de gagner leur vie.> Hum !! là je crois bien que c'est vous qui n'avez pas bien lu mon commentaire ;-) J'abonde dans le même sens et j'accorde à chacun le droit de gagner sa vie , il en va de soi , sauf que je ne crois pas que les deux nominés aient besoin de ces postes pour gagner leur vie. Moi je suis péquiste ,souverainiste , séparatiste , je n'ai aucun dossier à faire cheminer , je ne cherche pas d’emploi et je ne cherche aucune tribune. Je veux bien croire que ces deux nominés ne seront que des boîtes à malle selon vos propos, toutefois avec les coupures exercées dans ce domaine présentement ,ces deux boîtes sont superflues. Non M. Langlais je campe sur ma position , les Gaspésiens possèdent déjà assez de matières humaines ( Députés , Préfets , Maires et autres intervenants sociaux économiques ou autres pour s'occuper de leurs propres affaires les vraies eux -même , mais je vous le rappelle cette fois- ci les Gaspésiens devront le faire plus fermement.. Avant de publier < Les libéraux certes préparent déjà la prochaine élection.> Soyez assuré cher Monsieur que j'y ai vu le même angle et que la venue de M. Damien Arsenault pour une troisième fois dans l'arène politique du comté de Bonaventure sous la bannière libérale me fait déjà saliver. Cordialement Gilles Thibodeau Pabos.

Gaston Langlais a écrit le 5 mai 2014

@ M. Gilles Thibodeau (suite) Mon texte a été transféré sans que je puisse y ajouter une autre phrase. Ceux qui sont défaits lors d'un suffrage ne perdent pas pour autant le droit de gagner leur vie. Je ne suis pas un Libéral et je n'ai aucun dossier à faire cheminer par le canal politique. Bonne soirée, Gaston Langlais - Gaspé.

Gaston Langlais a écrit le 5 mai 2014

@ M. Gilles Thibodeau. Bonsoir, Avez-vous bien lu mon commentaire? Les Libéraux certes préparent déjà la prochaine élection. Les conseillers politiques ne servent que de boîtes à malle. Les grosses affaires ne passent pas par cette filière bien entendu. Quant à la nomination des personnes sur des emplois politiques, tous les partis avantagent leurs sympathisants. Je n'ai jamais vu le contraire se produire. Que l'on souhaite un bon mandat aux personnes qui sont désignées pour remplir une fonction politique relève quant à moi d'un geste poli. Gaston Langlais - Gaspé.

Gilles Thibodeau a écrit le 5 mai 2014

@ Gaston Langlais . Bonsoir Monsieur, Ô !! non pas cette fois Monsieur je n'adjuge pas votre vision . Oui pourquoi pas ? Surtout lorsque nous connaissons la façon et les méthodes libérales en matière de partisanerie , n'est-ce -pas Monsieur ? En revanche je dis non à la nomination de conseillers politiques rejetés au suffrage populaire , je dis non à des candidats qui par voix démocratique n'ont pas reçu la confiance des citoyens surtout celle de la M.R.C.du Rocher Percé, en ce qui concerne M.. Arsenault , pour une deuxième fois. Déjà que nos représentants élus (es) et autres ne sont pas très réceptifs à ces nominations et démontrent même une certaine déception à cette façon du nouveau ministre des régions de vouloir s'aiguiller sur les besoins de notre milieu qui lui semble tout à fait inconnu. Ce premier pas du ministre ,manque nettement d'intensité et démontre très bien le je-m’en-foutisme traditionnel des libéraux envers les Gaspésiens , un premier pas du genre danse en ligne , je ne vois pas d'un bon œil son prochain. Encore une fois les Gaspésiens devront se prendre en main eux même ,sauf que cette fois ils devront le faire avec plus de fermeté. Gilles Thibodeau Pabos.

Gaston Langlais a écrit le 5 mai 2014

Bonjour, Pourquoi se priver! Il y aura une prochaine élection et la meilleure façon de rester en contact avec les gens c'est de remplir une fonction au bureau du ministre. A priori ce sont des emplois politiques et tous les partis font la même chose. Les attachés politiques ont tendance a bien faire cheminer les dossiers qui leur sont présentés sans égard à la couleur politique. Les combines se passent à un autre niveau et les demandes sont beaucoup plus importantes. Bonne chance aux nominés. Gaston Langlais - Gaspé. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.