Politique

Budget Marceau : vers un nouvel outil pour développer les régions

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois a déposé son premier budget mardi à l'Assemblée nationale.

Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois a déposé son premier budget mardi à l'Assemblée nationale. Photo : Capture d'écran - site Web du gouvernement du Québec

Le gouvernement Marois confirme avec le dépôt du budget 2013-2014 qu'il mettra sur pied la Banque de développement économique du Québec (BDEQ). Ce nouvel organisme assurera notamment la gestion d’un fonds de développement régionalisé de plus de 500 millions de dollars.

La BDEQ sera créée à partir du regroupement des interventions d’Investissement Québec et des activités de première ligne du ministère des Finances et de l’Économie.

Dans son discours sur le budget, le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a indiqué que le nouvel organisme «améliora l’action de l’État en matière de développement économique» en assurant «une meilleure coordination» qui permettra «d’optimiser le soutien» du gouvernement.

«La Banque servira de levier pour toutes les régions du Québec. Les entreprises auront accès plus facilement à toute la gamme de services qui leur sont destinés, allant de l’accompagnement jusqu’aux solutions de financement», a ajouté le ministre 

«On parle vraiment ici de décentralisation de cette enveloppe-là [500 millions de dollars] et qui sera gérée en partenariat avec le milieu. Pour ce qui est des paramètres de cette enveloppe, ils seront définis au cours des prochains mois», a précisé le ministre responsable de la Gaspésie-les-Îles et député de Gaspé, Gaétan Lelièvre. 

La Banque offrira un soutien financier notamment aux entreprises à but lucratif, aux coopératives et aux entreprises d’économie sociale. 

Conseils de développement régional

Le gouvernement annonce que la création de la BDEQ s’accompagnera de la mise sur pied de conseils de développement régional. Ces derniers, estime Québec, offrira «davantage de pouvoir aux régions» en matière économique.

Ces conseils seront formés de sept à 11 membres, incluant des gens d’affaires des régions, un représentant de la Conférence régionale des élus, un représentant d’un centre local de développement et le directeur régional de la BDEQ.

Le rôle des conseils sera d’établir les priorités de développement économique de leur région et d’émettre des avis régionaux «de pertinence» sur des filières ou des secteurs d’activité à privilégier, peut-on lire dans la documentation du gouvernement.  

C’est la ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Élaine Zakaïb, qui est chargée de mettre sur pied ces nouvelles entités. Un projet de loi devraient être déposé prochainement. 

Une enveloppe pour la Gaspésie 

Le gouvernement confirme une enveloppe de 6 millions de dollars pour la région de la Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine pour 2013-2014 afin «d’éviter d’autres fermetures et l’exode des travailleurs», est-il écrit dans l’un des documents budgétaires.

Rappelons qu’un comité ministériel de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a été créé pour élaborer un plan de développement de la région. Présidé par la première ministre Pauline Marois, il doit également assurer la coordination et la cohérence des politiques gouvernementales sur le territoire de la Gaspésie et des Îles.

Le gouvernement a aussi confirmé la création de la charte du bois pour favoriser l’utilisation du bois dans les constructions. «C'est une bonne chose pour une région ressource comme la nôtre. Cette charte nous permettra de relancer la demande sur le plan des produits forestiers et ainsi faire augmenter les prix. Ce qui, par conséquent, placera nos scieries et nos usines dans une meilleure position financière», a réagi M. Lelièvre. 

La documentation budgétaire indique par ailleurs qu’une stratégie de mise en œuvre du Plan de développement de l’industrie touristique sera mise de l’avant et dévoilée par le ministre délégué au Tourisme, Pascal Bérubé. 

Le budget dans son ensemble

Le budget du gouvernement Marois prévoit un déficit de 3,3 milliards de dollars en 2012-2013, alors que l'équilibre budgétaire devrait être atteint l'année suivante.

Les fumeurs paieront davantage dès aujourd'hui, alors que le paquet de cigarettes coûtera 50 cents de plus. La cartouche subit une hausse de 4$. Une bière coûtera trois cents de plus. Les spiritueux et le vin sont aussi frappés par une augmentation de taxes. Par ces mesures, Québec prévoit obtenir 230 millions de dollars supplémentaires par année.

Par ailleurs, à compter de l'année 2013, un crédit d'impôt remboursable pour les activités physiques, artistiques et culturelles des jeunes âgés de 5 à 16 ans sera disponible. Ce crédit d'impôt remboursera 20% des frais admissibles, jusqu'à concurrence de 500 $, soit un montant maximal de 100$ par enfant. Il sera disponible pour les familles dont le revenu est de 130 000$ et moins.

Dès janvier, le taux d'imposition des personnes gagnant plus de 100 000$ passera de 24% à 25,75%, et les contribuables dont le revenu est de plus de 42 000$ devront payer une taxe santé de 200$.

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a également annoncé l'indexation des tarifs d'électricité d'Hydro-Québec. Son gouvernement a tenu à maintenir le Fonds des générations établi par le gouvernement Charest. 

Avec la collaboration de Thierry Haroun 

1 commentaire

Gaston Poirier a écrit le 22 novembre 2012

M. Pelletier : avez-vous accès à des informations privilégiées à propos des programmes qui s'en viennent? Si oui, on aimerait les connaître, parce qu'habituellement, le PQ n'a pas une tradition de mur-à-mur en matière de développement régional... Donc, à moins que vous n,ayez de l'information privilégiée, laissons la chance au coureur et on critiquera lorsque ce sera le temps de critiquer! Soyons positifs et attendons de voir!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.