Développement économique et exportation

Budget Marceau : le président de la CRÉGÎM craint des coupures

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles, Bertrand Berger.

Le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles, Bertrand Berger. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM), Bertrand Berger, craint les conséquences de la décision du gouvernement péquiste de limiter la hausse des dépenses de programmes gouvernementaux à 1,8%. 

«Nous savons que l’augmentation des coûts du système sera d’au-delà de 1,8%. Alors pour atteindre son objectif, Québec devra nécessairement couper. Qu’est-ce que qui va être coupé? C’est ce que nous ne savons pas encore», s’inquiète le président de la CRÉGÎM.

L’objectif de limiter les dépenses de programmes à 1,8% en 2013-2014 peut paraître ambitieux. À titre comparatif, les dépenses du gouvernement ont progressé en moyenne de 5,6 % entre 2006 et 2010.

Dans son plan budgétaire, le gouvernement du Parti québécois prévoit une augmentation des dépenses dans quatre ministères, soit ceux de la Santé et des Services sociaux (4,8%), de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (1,8%), de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (2%) et de la Famille (3,2%).

Les autres ministères verront globalement leurs dépenses diminuer de 272 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 2%

Il faut donc s’attendre, pense M. Berger, à des coupures importantes dans plusieurs ministères qui ont un impact important en Gaspésie, comme celui des Ressources naturelles. «Il y aura une coupure de 22% à l’échelle du Québec dans ce ministère. Ça représente environ 83 millions de dollars. Est-ce que les programmes forestiers et les travaux sylvicoles seront touchés? Il y a lieu de s’inquiéter», soutient M. Berger.

Points positifs

Malgré ses préoccupations par rapport au contrôle des dépenses, le président de la CRÉGÎM réagit positivement à un certain nombre de mesures annoncées dans le budget.

Il se dit notamment satisfait du prolongement jusqu’en 2017 du crédit d’impôt pour l’investissement dans des régions ressources comme la Gaspésie.

M. Berger juge aussi «intéressante» l’enveloppe de six millions de dollars octroyée à la région de la Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine, qui sera gérée par un comité ministériel présidé par Pauline Marois. Rappelons que ce dernier aura le mandat d’élaborer un plan de développement de la région.

Pour ce qui est de la création des conseils de développement régional, le président de la CRÉGÎM réagit prudemment. «C’est peut-être un élément intéressant, mais je demeure toujours un peu frileux quand on nous propose une nouvelle structure. Il aurait peut-être eu d’autres façons de consulter les acteurs régionaux sans en créer une autre», soutient-il.

Par contre, M. Berger voit d’un bon œil la mise sur pied de la Banque de développement économique du Québec (BDEQ). Cette dernière regroupera les interventions de premières lignes d’Investissement Québec et du ministère des Finances et de l’Économie pour offrir un service optimal aux entreprises.

«C’est une bonne idée de concentrer les affaires. Il existe tellement de possibilités pour les entreprises qu’elles s’y perdent souvent», souligne-t-il, ajoutant cependant qu’il doute que la BDEQ permettra une réelle décentralisation des leviers économiques vers les régions.

À lire aussi 

Budget Marceau : vers un nouvel outil pour développer les régions

8 commentaires

Gilles Thibodeau a écrit le 23 novembre 2012

Bonjour M. Poirier . C'est avec ça que M. Landry cueillait ses fraises en Wesfalia :-))) http://www.youtube.com/watch?v=c38sYyTNcIc&feature=related Bonne journée .

Gaston Poirier a écrit le 22 novembre 2012

Bien dit, M. Lachance!

Albert Lachance a écrit le 22 novembre 2012

M. Landry, votre parti n'est même pas au pouvoir qu'il renie déjà ses promesses dans l'opposition. J'en prend pour preuve cette article émis durant la campagne électorale : http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2012/201208/17/01-4566005-les-riches-paieront-plus-dimpot-sous-un-gouvernement-caquiste.php Alors M. Legault promettait 3,8 milliards de nouvelles dépenses en campagnes, lesquelles il financerait à même des hausses d'impôts pour les riches. Le PQ avait proposé la même chose, mais les partis d'opposition menaçaient, de façon irresponsable, de défaire le gouvernement sur une promesse qu'eux-mêmes avaient promis en campagne. Qu'un parti au pouvoir ne peut remplir toutes ses promesses trois mois après les élections, c'est une chose (un mandat a une durée de 4 ans, M. Landry). Mais qu'un parti d'opposition ne respecte pas ses promesses électorales, c'est bien rare!

Albert Lachance a écrit le 22 novembre 2012

M. Landry, votre parti n'est même pas au pouvoir qu'il renie déjà ses promesses dans l'opposition. J'en prend pour preuve cette article émis durant la campagne électorale : http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2012/201208/17/01-4566005-les-riches-paieront-plus-dimpot-sous-un-gouvernement-caquiste.php Alors M. Legault promettait 3,8 milliards de nouvelles dépenses en campagnes, lesquelles il financerait à même des hausses d'impôts pour les riches. Le PQ avait proposé la même chose, mais les partis d'opposition menaçaient, de façon irresponsable, de défaire le gouvernement sur une promesse qu'eux-mêmes avaient promis en campagne. Qu'un parti au pouvoir ne peut remplir toutes ses promesses trois mois après les élections, c'est une chose (un mandat a une durée de 4 ans, M. Landry). Mais qu'un parti d'opposition ne respecte pas ses promesses électorales, c'est bien rare!

Gaston Poirier a écrit le 22 novembre 2012

Oups, je ne sais pas pourquoi, mais mon commentaire a été publié en double! Maintenant, je voulais venir sur le fond du dossier. Comme beaucoup de gens, je reste sur mon appétit avec le budget Marceau (pas Marlo, mais bien Marceau, M. Pelletier, hein?). Mais ce budget devrait réjouir des gars comme Pelletier, avec le report pendant au moins 18 mois de l'augmentation des redevances minières et l'arrivée d'un congé d'impôts pour les méga-projets (comme Orbite, je crois). Donc, M. Pelletier, je m'attendais à ce que ce budget vous réjouisse plus que moi-même! Toutes les promesses gauchistes que le PQ a repoussé de 18 mois, ça devrait vous faire plaisir, non? Ces sacrifices faits en considérant le précédent budget libéral merdique et en considérant les intérêts de l'opposition droitiste, ça ne vous fait pas plaisir? Vous êtes dur à suivre!!

Gaston Poirier a écrit le 22 novembre 2012

M. Landry, on parle bien du monsieur de la CAQ? On parle bien du monsieur des p'tites fraises qui a fait pouffé de rire et ridiculisé la Gaspésie et le comté de Bonaventure à la grandeur du Québec (Infoman) avec ses vidéos amateurs ridicules durant la dernière campagne électorale? Pour ceux qui veulent s'en rappeler et rigoler un bon coup : http://www.youtube.com/watch?v=Bf-EudAaViM OU http://www.youtube.com/watch?v=f32ObnzZwlo OU http://www.youtube.com/watch?v=UlhvOww0w9U !! Côté crédibilité, on repassera!!

Gaston Poirier a écrit le 22 novembre 2012

M. Landry, on parle bien du monsieur de la CAQ? On parle bien du monsieur des p'tites fraises qui a fait pouffé de rire et ridiculisé la Gaspésie et le comté de Bonaventure à la grandeur du Québec (Infoman) avec ses vidéos amateurs ridicules durant la dernière campagne électorale? Pour ceux qui veulent s'en rappeler et rigoler un bon coup : http://www.youtube.com/watch?v=Bf-EudAaViM OU http://www.youtube.com/watch?v=f32ObnzZwlo OU http://www.youtube.com/watch?v=UlhvOww0w9U !! Côté crédibilité, on repassera!!

Jean-Marc Landry a écrit le 21 novembre 2012

Le coq aura chanté 3 fois ! Le budget Marceau est un château de cartes qui s'appuie sur la promesse de ce gouvernement de maintenir le rythme de croissance des dépenses à 1,8 % au cours de l'exercice 2013-2014. Peut-on croire qu'ils tiendront parole ? Compte tenu de plusieurs ententes déjà signées avec des augmentations largement supérieures aux cibles globale visées pour chacun des ministères, des coupures drastiques qui ne seront connues que lors du dépôt des crédits budgétaires laissent entrevoir des sacrifices majeurs pour certains programmes et services actuellement offerts. Croisons-nous les doigts... En à peine 3 mois, le Parti Québécois aura brisé la majorité des promesses faites lors de la campagne électorale. Je ne m'en étonne pas compte tenu du caractère improvisé et irréalistes des premières décisions de ce gouvernement. Un gouvernement élu sous de fausses représentations : Élimination de la taxe sur la santé : promesse non tenue Gel du bloc patrimonial (électricité) : promesse non tenue Augmentation de redevances minières : promesse non tenue Pas de mises à pied chez Hydro-Québec : 2000 emplois coupés Pas de modification dans les commissions scolaires : coupures de 150 millions : promesse non tenue Ajouts de taxes spécifiques sur vin, bière, cigarettes : pas un mot durant la campagne électorale Élimination du Fonds des générations : promesse non tenue La réalité des finances publiques nécessite un examen plus en profondeur qu'un simple jeu des PLUS et de MOINS ! Il faut avoir une stratégie de création de la richesse en Gaspésie ! Au Québec ! Souhaitons que les agences de crédit ne paniquent pas trop d'ici là puisque notre dette est actuellement financée à du 3 % annuellement. Une simple augmentation de 3 vers 4 % augmenterait les dépenses annuelles de la dette de 3 milliards de $ ( de 9 à 12 Milliards) ! Où iront-ils chercher celui-ci ? Dans vos poches mes amis !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.