Politique

Un budget fédéral vertement critiqué en Gaspésie

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le budget fédéral ne rassure pas la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier.

Le budget fédéral ne rassure pas la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier. Photo : Thierry Haroun

Le budget du ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, est vertement critiqué dans la région.

Le septième budget du gouvernement conservateur de Stephen Harper totalise 276,1 milliards de dollars. Parmi les grandes lignes, on note des coupures de 5,2 milliards $ en compression au sein de l’appareil gouvernemental sur trois ans, ce qui se traduira par des coupures de 19 200 postes dans la fonction publique.

On remarque aussi l’âge de la retraite qui passe de 65 à 67 ans dès 2029, des compressions budgétaires de 115 millions $ à Radio-Canada, de 6,7 millions $ à l’Office national du film, de 310 millions $ en santé et 310 millions $ en agriculture.

Par ailleurs, 105 millions $ seront consacrés à la transformation dans le secteur forestier et 1,1 milliard  $ est ajouté au secteur de l’innovation sur cinq ans.

Le déficit atteint 21 milliards $ et l’équilibre budgétaire est prévu pour l’année 2014-2015, d’après le ministre Flaherty. La dette canadienne atteint 602 milliards $, ce qui représente 34,4% du produit intérieur brut.

Réactions

La préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, manifeste sa déception au sujet des coupures annoncées. «Le gouvernement nous avait déjà affiché ses couleurs, et ce, depuis quelques mois. Je pense notamment aux coupures chez Pêches et Océans Canada ou encore dans le  programme de l’assurance-emploi [et les coupures chez Services Canada]. J’ai hâte de voir comment ces pertes de 19 200 postes vont s’articuler dans le quotidien, c’est quand même inquiétant.»

Mme Lebouthillier se dit également «très inquiète» des conséquences de la mesure qui accorde un délai maximum d’un an pour tout examen environnemental d’un projet lié à l’exploitation des ressources naturelles.

Coupures dans les pêches

Le porte-parole des administrations portuaires de la MRC du Rocher-Percé, Luc Legresley, a fouillé le budget du côté de Pêches et Océans et constate qu’en 2012 on coupe 3,8 millions de dollars et en 2013-2014, on coupe 13,4 millions. «C’est très inquiétant à long terme pour les ports pour petits bateaux», a-t-il déclaré.

4 commentaires

luc gionest a écrit le 31 mars 2012

L assurance emploi est bien sur un vecteur economique important pour les regions, mais il n est pas la solution . La gaspesie a besion de developpement economique !!! Entre temps, l appauvrissement collectif continu et ce cercle infernal ne peut plus durer .On a qu a regarder la situation en europe ou le fardeau fiscal a atteint un point critique !!! Devons nous attentre que le systeme economique s effondre avant d agir ??? Ma reponse est non . Pour ce qui est des politiens qui critique les decisions , il devrait s attarder a promouvoir le developpement par l exploration de nouveaux projets a caractere economique .Cela serait beaucoup plus productif pour la societe gaspesienne ....

Raynald Blais a écrit le 30 mars 2012

Une petite leçon d'histoire pour Mr Gionest. Avec un gouvernement libéral, notre région a déjà fait les frais de la lutte au déficit fédéral avec les coupures à l'assurance-chômage et moins d'argent pour les régions comme les nôtres. Les conservateurs nous proposent la même recette. Non merci ! Les véritables solutions passent par un investissement massif dans nos infranstructures maritimes, ferroviaires et aéroportuaires, entre autres. Cela permettra une éventuelle création d'emplois chez-nous. La Gaspésie a déjà trop donné et subit les coupures du fédéral. Assez, c'est assez, Mr Gionest. La lutte au déficit devrait cibler les pétrolières et les banques qui continuent de s'enrichir...

luc gionest a écrit le 30 mars 2012

erratum : non pas 30 pourcent mais 30 milliards .

luc gionest a écrit le 30 mars 2012

tout le monde veut aller au ciel mais personne ne veut mourir!!!!Les represantants des divers groupes d interets touches par les coupures du gouvernement canadien s insurgent devant ces dernieres sans pour autant offrir de solutions a ce meme gouvernement . Pourtant , les deficits accumules nous entrainent vers un appauvrissement collectif de par le service de la dette.Il y aura une periode difficile pour tous les canadiens ,mais celle ci sera suivit d un enrichissement par la diminution du service de la dette qui gruge plus de 30 pourcent des revenus de l etat .

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.