Développement économique et exportation

La Brûlerie du Quai ferme ses portes à Paspébiac

Par ,
Dany Marquis laisse environ trois semaines à un entrepreneur ou un groupe d’entrepreneur pour racheter la franchise de Paspébiac

Dany Marquis laisse environ trois semaines à un entrepreneur ou un groupe d’entrepreneur pour racheter la franchise de Paspébiac Photo : Mathieu Galarneau

Après un an et demi à tenter de développer le marché de Paspébiac, le président de la firme, Dany Marquis, constate un échec et doit fermer sa succursale de la Brûlerie du Quai. Trois personnes perdront ainsi leur emploi.

Plusieurs facteurs poussent l’entrepreneur à prendre cette décision. «La Brûlerie de Paspébiac roule à 20 % de ce que les autres obtiennent»,  explique-t-il. Mais dans un second temps, M. Marquis indique un problème de personnel. Il n’a pas réussi à bâtir une équipe solide. «Le mauvais rendement est inhérent au roulement de personnel et à la difficulté de recruter un chef d’équipe. La chimie n’était pas là et les clients l’ont ressenti», développe-t-il.

Passer à une autre étape

Le passionné de café dit sortir la tête haute de l’expérience à Paspébiac. D’ailleurs, l’équipement de Paspébiac servira à l’ouverture d’une autre franchise dans une autre municipalité de la Gaspésie ou du Nouveau-Brunswick, où une Brûlerie est en service à Campbellton.

Mais Dany Marquis laisse environ trois semaines à un entrepreneur ou un groupe d’entrepreneur pour racheter la franchise de Paspébiac. Ceux-ci pourraient bénéficier de l’appui de M. Marquis. «Si les gens choisissent d’acheter une franchise, il y aura un accompagnement pour l’ouverture, le transfert, la gestion de l’entreprise. Les gens qui prennent une franchise ne sont pas seuls, il y a toute une équipe derrière eux.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.