Éducation

Bonnes perspectives d’emploi en maintenance d’éoliennes

Par ,
Une centaine d’emplois de technicien en maintenance d’éoliennes sont à pourvoir d’ici la fin de 2012 en Gaspésie. Sur la photo, des étudiants visitent le Site nordique d’expérimentation en éolien CORUS à Rivière-au-Renard.

Une centaine d’emplois de technicien en maintenance d’éoliennes sont à pourvoir d’ici la fin de 2012 en Gaspésie. Sur la photo, des étudiants visitent le Site nordique d’expérimentation en éolien CORUS à Rivière-au-Renard. Photo : Courtoisie

On estime à 100 le nombre d’emplois à combler pour assurer la maintenance des éoliennes en Gaspésie d’ici la fin de 2012. Ce secteur d’emploi fait de la région une véritable référence en la matière.

Depuis quelques années, le secteur éolien connaît un essor en Gaspésie grâce à la construction de nombreux parcs ce qui portera à 1000 mégawatts la puissance produite en Gaspésie d’ici la fin de 2012.

Frédéric Côté, directeur général du TechnoCentre éolien, explique que la règle de l’industrie pour les besoins en opération et en maintenance d’éoliennes se calcule à un travailleur pour chaque 100 mégawatts. «On peut affirmer qu’une centaine de personnes travailleront dans le secteur, calcule-t-il. À ceci s’ajoutent des besoins pour des firmes de services un peu plus spécialisés pour des interventions plus pointues.»

Déjà recrutés

Une trentaine d’étudiants font partie de l’une des deux cohortes de l’attestation d’études collégiales en Maintenance d’éoliennes offerte par Groupe Collegia au Cégep de la Gaspésie et des Îles. Le taux de placement des étudiants sur le marché du travail se situe à 90 %. «Dans certains cas, les étudiants sont approchés par les entreprises avant même la fin de leurs études», note Isabelle Vilchenon, conseillère en communications du Cégep.

Milieu nordique


Les techniciens formés en Gaspésie ont l’occasion de mettre en pratique leur matière dans un climat nordique; particularité avantageuse pour les diplômés une fois sur le marché du travail. «On a à faire face [en Gaspésie] à des épisodes de givre sur les pales et sur les instruments de mesure, précise M. Côté. C’est une complexité additionnelle qui a un impact sur tous les aspects du métier.»

À noter que Groupe Collegia annoncera mardi prochain que la formation de Gaspé sera confirmée comme pôle d’excellence en maintenance d’éoliennes.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.