Politique

Le Bioparc reçoit un coup de pouce de Québec

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le Bioparc a reçu un bon coup de pouce de Québec pour son projet d’agrandissement de ses installations.

Le Bioparc a reçu un bon coup de pouce de Québec pour son projet d’agrandissement de ses installations. Photo : Antoine Rivard-Déziel

BONAVENTURE - Québec accorde une aide financière de plus de 1,7 million de dollars au Bioparc de la Gaspésie de Bonaventure pour une importante phase d'agrandissement et de consolidation. 

Avec ce chantier évalué à quelque 5,7 millions de dollars, l'attraction souhaite augmenter le nombre de visiteurs de 40 % : construction d'un habitat pour les phoques, aménagement d'un pavillon pour les amphibiens et reptiles et ajout de quatre nouvelles espèces animales figurent parmi les plans du parc animalier. Avec ce projet, le Bioparc souhaite consolider son statut d'activité incontournable dans le paysage touristique de la Gaspésie.

Aide conditionnelle

L'aide de Québec est conditionnelle à l'implication des autres partenaires sollicités, dont le gouvernement du Canada. Le ministre responsable de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre, espère que le soutien de son gouvernement fera boule de neige. « Il faut casser la glace. C'est beau de faire un montage financier, mais il faut que les organismes identifiés soient au rendez-vous. On a voulu envoyer un signal positif au projet », souligne l'élu.

Le président du conseil d'administration, Aurélien Bisson, soutient que l'attraction peut espérer atteindre l'autofinancement. « Le Bioparc s'autofinance à 70 %. On vise d'augmenter notre achalandage de 40 %, ce qui devrait nous rapprocher de l'autonomie financière », précise-t-il, ajoutant que le projet fera passer le nombre d'employés de 30 à 45.

Une attraction attirante

Le Bioparc accueille 28 000 visiteurs chaque année, ce qui en fait l'une des attractions les plus visitées de la Baie-des-Chaleurs. La première phase de développement du lieu touristique en 2001 avait permis de faire passer les visites de 18 000 à 28 000 en moyenne sur une base annuelle. Si les partenaires sollicités acceptent de financer le projet, les travaux pourraient débuter à l'automne 2014. 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.