Politique

Un bilan de session au goût amer, selon Jean-François Fortin

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
À l’issue de la dernière session parlementaire, Jean-François Fortin critique sévèrement le Parti conservateur et le NPD.

À l’issue de la dernière session parlementaire, Jean-François Fortin critique sévèrement le Parti conservateur et le NPD. Photo : Johanne Fournier

Au terme de la session parlementaire, le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia déplore plusieurs décisions du gouvernement fédéral.

«Il est inquiétant de constater à quel point le gouvernement conservateur a bousculé le parlement pour faire avancer son agenda idéologique», mentionne Jean-François Fortin.

«Le système de justice, le registre des armes à feu, la langue, la culture, l’environnement: tout a été cuisiné à la sauce conservatrice et un goût amer nous reste en bouche», continue-t-il.

Selon le député du Bloc québécois, le Québec n’est pas la priorité de Stephen Harper. M. Fortin critique aussi sévèrement le Nouveau Parti démocratique (NPD), dont la majorité des élus sont québécois. «Le NPD a été malheureusement incapable de défendre les intérêts du Québec et ce, dans de nombreux dossiers», dénonce-t-il. Il appréhende que le pire soit à venir pour les prochaines années.

Diminution du poids politique du Québec

Le parlementaire se désole des nominations d’un juge à la Cour suprême, d’un vérificateur général et du nouveau directeur des communications du premier ministre qui sont unilingues anglophones. De plus, Jean-François Fortin allègue que Stephen Harper n’a jamais accordé une véritable importance à la reconnaissance de la nation québécoise, notamment par son projet de loi C-20 sur la réforme démocratique.

Le politicien s’attaque également au projet de loi omnibus en justice du gouvernement canadien. Il est tout aussi outré de l’abolition du registre des armes à feu et du fait que les conservateurs refusent de transférer leurs données pour que le gouvernement du Québec puisse créer son propre outil de référence.

Une autre décision qui, selon lui, défavorise le Québec est le rejet des chantiers maritimes québécois dans l’octroi de deux importants contrats maritimes.

Enfin, il fustige Stephen Harper d’avoir saboté la Conférence sur les changements climatiques de Durban lorsqu’il a annoncé qu’il se retirait du protocole de Kyoto.

Quatre projets de loi

Le jeune député, qui vient de sortir de la course à la direction de son parti et à l’issue de laquelle il est arrivé en troisième position sur les trois candidats en lice, déclare que le Bloc est le défenseur des intérêts du Québec et que les quatre députés de sa formation sont intervenus en Chambre régulièrement.

Ils ont déposé, rappelle-t-il, quatre projets de loi au cours de la dernière session parlementaire. Ceux-ci portent sur la reconnaissance du français dans les entreprises québécoises qui sont sous juridiction fédérale, le soutien financier des familles des victimes d’actes criminels, l’encouragement des jeunes à s’installer en région et l’autorisation pour le Bureau de la concurrence d’enquêter sur les prix de l’essence.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.