Développement économique et exportation

Bilan éloquent pour le 7e Colloque de l'industrie éolienne québécoise

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Le 7e Colloque de l'industrie éolienne québécoise s'est tenu lundi, mardi et mercredi à Matane.

Le 7e Colloque de l'industrie éolienne québécoise s'est tenu lundi, mardi et mercredi à Matane. Photo : Johanne Fournier

MATANE - Le directeur général du TechnoCentre éolien, Frédéric Côté, dresse un bilan positif au terme du 7e Colloque de l'industrie éolienne québécoise, qui a pris fin mercredi à Matane.

«C'est un bilan qui est positif sur la qualité des conférences, du réseautage et des rencontres d'affaires, décrit le dirigeant du TechnoCentre, qui est chargé d'organiser l'événement à chaque année depuis sept ans. Plus de 160 rencontres d'affaires se sont tenues sur une journée et demie, sous la forme de speed dating.»

Une vingtaine de donneurs d'ordres ont présenté leurs besoins auprès de plus de 50 fournisseurs québécois, dont plusieurs de la région, qui disposaient de 12 à 15 minutes pour échanger et présenter leurs services. «C'est vraiment un succès, estime le directeur du TechnoCentre de Gaspé. Les gens sont vraiment positifs face à ce service et face à la formule. Il y a eu de belles surprises, alors que des gens ont rencontré des personnes sans avoir d'attente et tout de suite après leur avoir parlé, ils ont convenu d'une date de rencontre pour explorer une opportunité ou pour un contrat potentiel.»

Record de participation

Frédéric Côté ne peut aussi cacher sa satisfaction quant au nombre de participants qui, à chaque année, atteint un record par rapport à l'année précédente. L'événement, qui avait lieu l'an dernier à Carleton, avait attiré quelque 250 congressistes, contre près de 300 cette année. «À mon avis, dans les congrès d'affaires en Gaspésie et dans la MRC de Matane, c'est l'un des plus importants événements, estime-t-il. Il génère des retombées économiques appréciables.» Il évalue les retombées sur la région à près de 500 000 $.

Le directeur souligne aussi le volet international de l'événement. Le ratio de congressistes provenant de l'extérieur du Québec croît aussi en importance au fil des ans. «On a des gens qui viennent de l'Ontario, des États-Unis et d'ailleurs dans le monde, précise-t-il. Je crois que c'est aux alentours de 10 ou 15%. Ça vient dire toute l'attraction que notre filière a au niveau international.»

L'an prochain, le rendez-vous est donné à Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.