Art, culture et loisirs

Barry Le Blanc expose ses Témoins du passé

Par ,
Barry Le Blanc expose ses photographies au Musée de la Grande Cascapédia à Cascapédia-Saint-Jules.

Barry Le Blanc expose ses photographies au Musée de la Grande Cascapédia à Cascapédia-Saint-Jules. Photo : Pauline Phouthonesy

CASCAPÉDIA-SAINT-JULES – Le photographe Barry Le Blanc expose  ses clichés de la rivière Grande Cascapédia et ses environs au Musée de la rivière Cascapédia situé à Cascapédia-Saint-Jules. 

La première exposition solo de Barry Le Blanc s’intitule Témoin du passé. Le photographe a figé sur papier glacé le paysage de l’estuaire de la rivière. Un décor qui est en perpétuel changement. Toute l’année, il a parcouru en kayak la rivière et s’est baladé en vélo ou à pied le long de ses rives afin de réaliser ses photographies.

Les clichés représentent des installations construites par les hommes et parfois abandonnées à la nature. Le photographe a choisi, parmi ses clichés, des paysages où l’on voit des cabanes de pêcheur, vieilles de 200 ans, l’église Micmaque construite dans les années 1970 dans la réserve ou encore le Salmon Lodge et l’Old Derreen.

Le photographe, né à New Richmond, a passé sa jeunesse à jouer dans la rivière Grande Cascapédia. Il était fasciné par le flottage de bois qui était la technique utilisée dans les années 1950 pour transporter les troncs vers les papetières.

Ses souvenirs

«Aujourd’hui, il reste les piliers qui servaient à attacher ce que j’appelle les ‘’chaînes de trottoirs’’, c’est-à-dire les chaînes de bois qui encerclaient les troncs et sur lesquels j’aimais m’amuser», raconte le photographe qui a recoupé ses souvenirs avec les diapositives d’époque d’un chercheur à ce sujet, Gordon Duthie.

«Je me suis demandé, que me diraient ces structures si elles pouvaient parler ?» dit-il pour expliquer sa démarche. Il a fait des recherches sur les propriétaires de ces maisons anciennes. Il a appris qu’une des cabanes qu’il a photographiée appartenait à la famille Pidgeon, dont un des membres, alors révérend, aurait participé à la fondation de l’Église Unie du Canada.

À 63 ans et retraité, Barry Le Blanc a plusieurs projets d’expositions en tête. L’une sur les détails de vieilles bâtisses entre New Carlisle et Nouvelle et une autre autour de portraits, noir et blanc, de personnes âgées.

À noter que les bénéfices des ventes de cette exposition visible jusqu'au 8 août, iront au musée.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.