Politique

Barrage routier à Listuguj : Toone fait appel à la tolérance

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député fédéral de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone (à gauche) et Wendell Metallic, du conseil de bande de Listuguj, ont tenu en novembre dernier une conférence de presse commune pour dénoncer les modifications à la Loi sur les eaux navigables.

Le député fédéral de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone (à gauche) et Wendell Metallic, du conseil de bande de Listuguj, ont tenu en novembre dernier une conférence de presse commune pour dénoncer les modifications à la Loi sur les eaux navigables. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Même s’il affirme que les barrages routiers ne doivent pas être «encouragés», le député fédéral de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, qualifie de «bonne» la cause des Micmacs de Listuguj, et demande aux Gaspésiens de tolérer la situation. 

«À titre de député, je ne peux pas encourager les gens à bloquer les routes, mais je comprends pourquoi [les Micmacs] le font. Depuis que le gouvernement Harper est au pouvoir, il a à peine consulté les Premières Nations. Elles sont tannées et demandent l’écoute du fédéral. [La situation] a mijoté et ça déborde», a mentionné le néo-démocrate en entrevue téléphonique.

Les Micmacs bloquent depuis quelques jours la route 132 sur une voie à Listuguj. Ils entament vendredi matin un blocus complet de 24 heures.

M. Toone souligne que de nombreuses inquiétudes des Premières Nations sont partagées par le Nouveau Parti démocratique. «J’ai participé à une conférence de presse avec les Micmacs pour dénoncer les modifications à la Loi sur les eaux navigables il y a quelques semaines. Malheureusement, notre message n’a pas été entendu», a-t-il dit.

Les Micmacs protestent contre les politiques du gouvernement fédéral, dont le projet de loi C-45, qui modifie notamment les lois sur les autochtones et les pêches. Ils s’insurgent aussi contre la réforme de l’assurance-emploi du gouvernement Harper. «Dans tous ces dossiers, les Premières Nations n’ont jamais été consultées. Il est à peu près temps que les Canadiens s’aperçoivent qu’elles ont été écartées par Ottawa», a poursuivi l’élu.

Moment mal choisi

Alors que de nombreux Gaspésiens voyageront au cours des prochains jours pour le temps des Fêtes, M. Toone reconnaît que le moment est mal choisi pour ériger un barrage routier. Il estime cependant que les Micmacs ne «vont pas trop loin» en limitant leur blocus à 24 heures.

«C’est certain que ça occasionnera des difficultés de circulation. Mais je demande aux gens de patienter. Ce sera une journée et les personnes qui se dirigeront vers l’Ouest du Québec pourront passer par le Nouveau-Brunswick», a-t-il dit, avant d’ajouter du même souffle que la situation doit être «tolérée», mais que le droit de se déplacer doit aussi être respecté.  

«[Les Micmacs] ont pris la place qu’ils devaient prendre pour faire valoir leur point de vue. Mais il faut aussi laisser la place aux Gaspésiens pour leur permettre de se déplacer», a dit le député, qui espère que le barrage routier se limitera à 24 heures.

Rappelons que le blocus à Listuguj s’ajoute à de nombreuses autres protestations au pays dans un mouvement autochtone appelée «Idle no more» destiné à rappeler au gouvernement le droit des autochtones d'être consultés sur les questions touchant leurs terres, leurs peuples, leurs traités et l'exploitation des ressources naturelles.

À lire aussi

Listuguj : les Micmacs perturbent la circulation sur la route 132

2 commentaires

Albert Picard a écrit le 22 décembre 2012

Les autochtones revendiquent et obtiennent. D'autres chialent et donnent. Nous, les mous, les "French Canadians", on va se faire dicter comment se comporter, comment respecter notre culture de passivité par un monarque qui vit à Ottawa-wa. Je salut bien bas les peuples autochtones qui se dressent debout, droit comme un arbre et solidaire comme une forêt.

John a écrit le 20 décembre 2012

Comment un député peut-il donner son accord a une barrage routier .Quelle opportuniste M.«««««««toone

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.