Politique

Banque alimentaire : Françoise David demande à Québec d’agir

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David.

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David. Photo : Antoine Rivard-Déziel

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, demande à Québec de hausser de manière substantielle les prestations de la sécurité du revenu afin de contrer la forte croissance de demandes de dépannages alimentaires.

En 2012, rappelle Mme David, 400 000 personnes doivent avoir recours aux banques alimentaires pour se nourrir, ce qui représente une hausse de 17% par rapport à l'année précédente.

À l'aide sociale, ajoute la députée, «beaucoup de personnes seules reçoivent aussi peu que 591 dollars par mois pour subvenir à leurs besoins, une situation indécente qui oblige à faire des choix insupportables entre l'alimentation, le logement, l'habillement et le transport. Quand est-ce que le gouvernement se préoccupera davantage de l'angoisse sociale des plus pauvres que de l'angoisse fiscale des plus riches?»

Françoise David a aussi fait valoir en entrevue à GRAFFICI.CA  que les gens en situation de pauvreté sont «plus pauvres aujourd’hui qu’il y a 15 ans en raison de la faible indexation des prestations de la sécurité du revenu qui ne représentait que la moitié de l’augmentation du coût de la vie.»

Voilà autant de constatations qui expliquent la hausse des demandes de dépannages alimentaires, juge Mme David, qui demande au gouvernement Marois de prendre acte de la situation, particulièrement en Gaspésie. D’autant plus que, rappelle-t-elle, la première ministre préside le comité interministériel de relance de la Gaspésie-les-Îles.

Réactions régionales

La sortie de Mme David est bien reçue dans le réseau des banques alimentaires de la Gaspésie. «On est content de voir que Mme David porte ce dossier auprès du gouvernement parce qu’on remarque ici une hausse des dépannages», souligne la coordonnatrice du Collectif Aliment-Terre à Paspébiac, Cindy Delarosbil.

En 2011-2012, son organisme a fait 261 dépannages alimentaires, contre 244 en 2010 et 148 en 2009. «On a beaucoup de nouveaux venus cette année qui se sont ajoutés à notre clientèle qui inclut des gens en attente de leur chômage, des travailleurs et des gens qui sont sur l’aide sociale», précise Mme Delarosbil,

À l'échelle de la région, la demande pour les dépannages alimentaires est passée de 2207 en 2007 à 2769 cette année, confirme la présidente de la Table de concertation des banques alimentaires de la Gaspésie-les-Îles, Charlotte Pouliot, qui s'attend à rencontrer prochainement le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre sur cette question. «Nous avons présenté une demande de rencontre avec le ministre le 17 octobre dernier et on attend toujours une réponse.» 

1 commentaire

Albert Picard a écrit le 16 novembre 2012

Comment dit-elle déjà la chanteuse Lisa Leblanc? Ah oui! "ma vie c'est d'la marde..."

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.