Politique, Transport, Développement économique et exportation

Avenir du train: la coalition tâte le pouls du milieu

Par ,
Le député Philip Toone a mis une pétition en circulation pour se doter d'un outil de négociation supplémentaire.

Le député Philip Toone a mis une pétition en circulation pour se doter d'un outil de négociation supplémentaire. Photo : Ariane Aubert Bonn

PORT-DANIEL-GASCONS - La Coalition des Gaspésiens pour l'avenir du train a vérifié hier l'implication que le milieu était prêt à investir dans la cause de la sauvegarde du train.

La responsable du mouvement, Cynthia Patterson, avait fait venir des spécialistes du domaine d'autres provinces canadiennes afin qu'ils exposent les démarches qui avaient été entreprises dans leurs milieux respectifs pour la sauvegarde du train. Ils ont partagé leurs expériences et stratégies.

L’importance du train

Du côté gaspésien, le président de la Société de chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), François Roussy, a rappelé l'importance d'investir dans le rail, en affirmant que le montant nécessaire pour réparer le réseau représentait à peine 10 % de la valeur du tronçon Gaspé-Matapédia. «Le chemin de fer, il vaut un milliard. Imaginez que vos parents vous lèguent une maison de 200 000 $, mais qu'il faille investir 20 000 $ pour refaire les fenêtres et la toiture. Dans ces cas-là, on ne se pose pas la question. Pour le chemin de fer, c'est pareil », a-t-il affirmé.
Il a également rappelé que le président de Via Rail était au courant de l'état du rail gaspésien depuis de nombreuses années, puisqu'il était auparavant directeur de Chemin de fer du Québec, la compagnie qui exploitait le rail avant la SCFG.

Pétition

Pour sa part, le député fédéral Philip Toone a lancé une pétition pour se donner un outil de négociation supplémentaire auprès du gouvernement. Il était également accompagné de l'adjoint parlementaire du NPD pour les transports, Hoang Mai, afin qu'il puisse prendre connaissance de la situation.

Six maires gaspésiens étaient sur les lieux afin d'appuyer le mouvement et ces derniers ont déploré le fait d'être aussi peu nombreux à représenter les municipalités.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.