Aucune surveillance dans les résidences privées

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Les résidences St-Pierre-de-Barachois (près de Percé) est une OBNL qui est pleinement certifiée selon les normes.

Les résidences St-Pierre-de-Barachois (près de Percé) est une OBNL qui est pleinement certifiée selon les normes. Photo : Thierry Haroun

Le président de la section Gaspésie-les-Îles de l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP), Georges Kavanagh, souhaite qu'un suivi adéquat soit fait dans les résidences privées pour personnes âgées de la région.

L'AQRP dévoilait récemment des données qui ne sont pas sans intérêt quant à la surveillance des résidences privées des personnes âgées à l'échelle provinciale.  

Selon les chiffres que l'organisme a obtenus par la Loi d'accès à l'information, on note aucune inspection en 2010 en Gaspésie et aux Îles. C'est également le cas pour les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de l'Estrie, de la Côte-Nord et de l'Abitibi-Témiscamingue. «Alors que le ministre des Finances [Raymond Bachand] débute ses consultations prébudgétaires, les 23 inspecteurs promis lors du budget de l'an dernier ne sont pas encore embauchés. C'est de la sécurité et de la qualité de vie de nos aînés dont il est question», déplore la présidente de l'AQRP, Madelaine Michaud.

Le président régional, Georges Kavanagh, souhaite une surveillance accrue en Gaspésie et aux Îles. Si M. Kananagh note rien de grave pour l'instant dans la région, il rappelle toutefois que la prévention est de mise. «Il n'y a pas eu de catastrophe importante de signaler à ma connaissance. Maintenant, est-ce qu'on doit attendre qu'il y ait des catastrophes dans la région pour réagir?»

Tout va bien

L’Agence régionale de santé assure qu’un suivi de certification selon les normes gouvernementales est conduit au sein des 54 résidences privées pour personnes âgées de la région.

La responsable de ce dossier au sein de l’Agence, Connie Jacques, précise que son organisme a fait le choix de procéder à des certifications auprès des résidences plutôt que de jouer aux inspecteurs. «Oui on offre un soutien aux ressources [résidences privées], oui on a visité nos ressources, mais non nous n'avons pas fait “d'inspection'' comme telle. Parce que pour moi, une inspection se fait à la suite d'une plainte ou quand on a un doute. Et on rassure la population qu'il n'y a pas de problème.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.