Développement économique et exportation

Atlantic fiber : la mairesse de Chandler outrée par l'attitude de la CRÉGÎM

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, demande à la CRÉGÎM de prendre position dans le dossier entourant le projet de complexe de bois de d’Atlantic Fiber.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, demande à la CRÉGÎM de prendre position dans le dossier entourant le projet de complexe de bois de d’Atlantic Fiber. Photo : Thierry Haroun

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, demande à la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM) de prendre position dans le dossier entourant le projet de complexe de bois de 50 millions $ d’Atlantic Fiber. Elle se dit également outrée de l'attitude de la direction de la CRÉGÎM concernant cet enjeu.

Voilà deux ans que les élus de Chandler et la direction d’Atlantic Fiber Resources travaillent pour implanter dans le parc industriel de la municipalité un projet de complexe de bois de plus de 50 millions $.

Créateur de 200 emplois, ce projet inclurait une usine de production de granules de bois (160 emplois), destinées au marché européen, et une usine de sciage (40 emplois).

La mairesse Langlois confie que lors d'une rencontre informelle tenue dans un motel à Sainte-Anne-des-Monts le 17 novembre dernier suivant une session de travail de la CRÉGÎM, le directeur général de l’organisme, Gilbert Scantland, lui a laissé entendre qu'il ne voyait pas comment Québec pourrait accorder son feu vert à une nouvelle scierie à Chandler vue le contexte actuel de l'industrie forestière.

«Je ne sais pas de qui il avait eu le mandat [de dire une telle chose]. Vous savez que je suis l'un des patrons de M. Scantland! M. Scantland m'annonce que le gouvernement n'embarquera jamais dans [la construction] d'une scierie à Chandler en raison des difficultés constatées dans les scieries. Il a dit que ça prendrait un miracle! Le lendemain je m'en suis plaint au bureau du premier ministre Jean Charest où l’on m'a assuré que le projet tel que présenté initialement tenait toujours. Ça m'a rassuré, je vous le confirme.»

Notons au passage que le préfet de Bonaventure, Jean-Guy Poirier, le président de la CRÉGÎM, Bertrand Berger ainsi que la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, ont assisté à cette réunion informelle.

Selon Mme Langlois cette déclaration de M. Scantland ne serait pas étrangère à l'idée de scinder le projet d'Atlantic Fiber qui veut que le volet scierie de ce projet prenne le chemin de la Coopérative de Saint-Elzéar, dans la Baie-des-Chaleurs, afin de sauver cette entreprise de la faillite.

D'ailleurs, cette hypothèse circule sur la place publique depuis plusieurs semaines. Une qui situation qui fait rager de nombreux citoyens de Chandler.

Devant cet état de fait, Louisette Langlois, demande à la CRÉGÎM de prendre clairement position en faveur du projet tel que présenté au départ par la direction de l'entreprise. «Absolument, parce qu'il en va de la rentabilité de l'entreprise!»

Est-ce que la CRÉGÎM détiendrait de l'information privilégiée concernant ce projet? «Fort probablement», tranche la mairesse Langlois qui n'a pas pu cacher son indignation tout au long de l'entrevue.

La direction générale de la CRÉGÎM a refusé de commenter en recommandant toutefois à Mme Langlois de présenter ses récriminations lors de la prochaine session de travail de la CRÉ qui se tiendra à la mi-décembre.

1 commentaire

wayne fournier a écrit le 30 novembre 2011

Tant mieux que les autres M.R.C.. ne sont pas pour un investissment dans la foret. Sa ferait moins de joueurs pour nuire a notre projet. Je dit notre projet, car atlantic fiber n'est pas un privilege pour nous. C'est un projet que le gouvernement nous doit suite a le fiasco de la gaspesia qu'on paye pour depius plus de dix ans sans en etre responsable.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.