Politique, Développement économique et exportation

Atlantic Fiber : la CRÉGIM et Québec montrés du doigt

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Atlantic Fiber Ressources avait rendu public les grandes lignes de son projet à Chandler en juillet 2010.

Atlantic Fiber Ressources avait rendu public les grandes lignes de son projet à Chandler en juillet 2010. Photo : Thierry Haroun.

CHANDLER - Des élus de la MRC du Rocher-Percé imputent à Québec et la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGIM) l'échec du projet de complexe de bois d'Atlantic Fiber Ressources à Chandler.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a annoncé la semaine dernière que son gouvernement jetait l'éponge en ce qui concerne cette initiative que la classe politique de la MRC a tenté de mener à bon port pendant trois ans. Ce projet de transformation de bois, au coût de 50 millions de dollars, créateur de 150 emplois, consistait à construire une usine de granule et une scierie dans le parc industriel de la municipalité.

Pour ce faire, 200 000 mètres cubes de bois étaient nécessaires, ce qui n'a jamais été obtenu par la firme malgré ses demandes répétées. Or, M. Roy avait notamment invoqué le manque de collaboration du promoteur pour justifier l'abandon du projet.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, juge plutôt que c'est la décision du gouvernement de redistribuer le contrat d'approvisionnement et d'aménagement forestier (CAAF) de l'ancienne usine de papier Gaspésia ailleurs dans la région depuis 2006 qui a tué le projet. «Le CAAF de la Gaspésia a été donné à Temrex. On s'attendait à cette nouvelle parce que dès 2010 (la députation libérale de la région) nous avait qu'il dit n'y avait pas de bois de disponible», note la mairesse qui avance par ailleurs que la CRÉGIM n'a pas appuyé Chandler comme il se devait concernant ce dossier.

Un autre maire mécontent

Même son de cloche du côté du maire de Grande-Rivière, Bernard Stevens. «Je n'avais pas beaucoup d'espoir de voir aboutir ce projet parce qu'il n'y a jamais eu de volonté politique. Et pour la CRÉ, je considère que cet organisme n'a pas joué en notre faveur en recommandant le transfert du CAAF (d'une usine de La Martre à Bois Marsoui de GDS) qui aurait pu servir à Atlantic Fiber à Chandler. C'a été le dernier clou dans le cercueil», rage le maire.

«On se retrouve encore avec rien!», dit-il.

3 commentaires

Gilles Thibodeau a écrit le 13 juillet 2013

s' être : Orthographe ou pas l'aplavantrise demeure l'aplavantrise et c'est bien triste .

Gilles Thibodeau a écrit le 13 juillet 2013

Bonjour. Moi je retiens ceci . Et pour faire suite à cela qu'en dit Mme la Préfète et l'organisation libérale de notre M.R.C. ben rien ,ils n'ont rien à dire tout à coup , pourtant habituellement ils ont la langue bien pendue , mais cette fois ils demeurent muets , car ils savent très bien que le fait de c'être mis à plat ventre devant Mme Normandeau ils sont les auteurs de la perte de notre CAAF . Mais bientôt le temps sera venu de sortir de votre trou et de répondre aux questions.

Annette Bujold a écrit le 12 juillet 2013

Pour faire suite à l'autre article concernant les futurs candidats pour le parti libéral dans le comté de Bonaventure je voudrais vous souligner ici que suite à la disparition notre CAAF (,auteur Mme Normandeau) ,je vous conseille fortement de ne pas venir parader avec elle dans notre coin. Un petit conseil en passant .

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.