Assurance-emploi : ralentissement routier à New Richmond

Par ,
Des cartes postales visant à dénoncer la réforme de l’assurance-emploi ont été distribuées aux automobilistes entre 11h30 et 13h30 jeudi à New Richmond.

Des cartes postales visant à dénoncer la réforme de l’assurance-emploi ont été distribuées aux automobilistes entre 11h30 et 13h30 jeudi à New Richmond. Photo : Gilles Gagné

Des représentants du conseil central de la CSN et du bureau du député néo-démocrate de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, ont remis des centaines de cartes postales entre 11h30 et 13h30 jeudi à des automobilistes circulant à New Richmond afin de les sensibiliser aux effets néfastes, jugent-ils, de la réforme de l’assurance-emploi.

Les automobilistes ont été invités à envoyer les cartes pré-adressées au bureau du premier ministre canadien Stephen Harper. Le port était déjà payé.

«C’est une action supplémentaire contre la réforme de l’assurance-emploi […] Chaque action, c’est une goutte de plus dans le verre. Le verre va déborder et ils n’auront pas le choix de bouger», a indiqué Denis Beaudin, trésorier au conseil central CSN au bureau régional de Chandler.

«L’ensemble de la réforme est à changer. Il y a des couples où l’homme et la femme sont affectés. Ce sont les gros comptes d’électricité d’hiver qui rentrent, alors que les gens sont cinq semaines sans revenus [trou noir], avec les enfants qui continuent d’aller à l’école. Il faut continuer à mettre du pain sur la table», explique M. Beaudin.

Entre deux séances de distribution de cartes postales, il a pourfendu la «dévitalisation des régions» réalisée par le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

«On ne peut perdre ce que nous avons. Tous les secteurs vont être touchés. Nous allons perdre notre main d’œuvre saisonnière qualifiée, des écoles vont fermer, et les centres de santé et de services sociaux devront couper dans les services, parce que la population diminuera. On a réussi à faire venir des gens avec des spécialités, dans la santé. Si on perd [de la population], ces spécialistes vont partir», craint M. Beaudin.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.