Assurance-emploi : plus de 1500 manifestants en Gaspésie

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Entre 200 et 250 personnes ont manifesté sur le pont J.C. Van Horne pour faire valoir leur mécontentement envers la réforme de l'assurance-emploi.

Entre 200 et 250 personnes ont manifesté sur le pont J.C. Van Horne pour faire valoir leur mécontentement envers la réforme de l'assurance-emploi. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Plus de 1500 personnes ont manifesté contre la réforme de l’assurance-emploi mercredi avant-midi dans plusieurs municipalités de la Gaspésie. 

Quatre manifestations se sont tenues simultanément à partir de 10h aux quatre coins de la péninsule gaspésienne. Ces marches visaient à appuyer la délégation de l’Est du Québec qui rencontre aujourd’hui à Ottawa la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Diane Finley.

Les rassemblements ont réuni entre 200 et 250 personnes sur le pont J.C. Van Horne, qui relie Pointe-à-la-Croix à Campbellton, quelque 200 personnes à Sainte-Anne-des-Monts et à Rivière-au-Renard ainsi que plus de 1000 manifestants à Chandler.

À Pointe-à-la-Croix, les gens réunis ont débuté la marche en direction du pont après avoir écouté des discours, dont celui du chef du conseil de bande de Listuguj, Dean Vicaire, et du maire de Pointe-à-la-Croix, Jean-Paul Audy.

Ce dernier a invité la population à continuer de faire valoir leur mécontentent envers cette réforme qui, dit-il, «appauvrit les régions et les travailleurs saisonniers». À son avis, le gouvernement fédéral est «déconnecté de la réalité des économies régionales». Il espère que les représentants de la région réussiront à convaincre la ministre de suspendre la réforme.

Après les allocutions, les manifestants ont poursuivi leur route en direction de Campbellton en occupant les deux voies du pont J.C. Van Horne. Ils ont par la suite fait demi-tour afin de revenir du côté québécois.

Un manifestant rencontré sur le pont, Daniel Bélanger, un travailleur forestier de Matapédia, s’est dit déçu du nombre de personnes qui ont répondu à l’appel. «Ce n’est pas assez. Il aurait dû avoir au moins 1000 personnes juste ici aujourd’hui. Plus nous serons à manifester, plus le gouvernement verra que nous sommes mécontents. J'espère que les gens se mobiliseront davantage lorsqu’ils réaliseront les impacts d’ici quelques semaines», a-t-il dit.

Rivière-au-Renard

À Rivière-au-Renard, environ 200 manifestants sont partis de l'église pour marcher jusqu'au quai. Beaucoup étaient des pêcheurs et des travailleurs d'usine de transformation qui craignent d'être touchés par le «trou noir» du printemps, une période sans prestation d'assurance-emploi ni salaire.

Le conseiller municipal de Rivière-au-Renard, Charles Aspirault, a lancé une bouteille à la mer, avec un message à la ministre Diane Finley. «L'économie en général, les magasins, la restauration» pourraient être touchés par le trou noir, juge-t-il. «On est à la merci des quotas. S'ils baissent, tout s'ensuit.»

Ailleurs en Gaspésie

Du côté de Chandler, plus de 1000 personnes sont descendus dans la rue pour manifester leur désaccord envers les modifications au programme fédéral. À Sainte-Anne-des-Monts, environ 200 personnes ont répondu à l’appel à la mobilisation. D’autres rassemblements ont également eu lieu aux Îles-de-la-Madeleine, dans Charlevoix et à Rimouski.  

Rencontre à Ottawa

Une quarantaine de représentants de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent, dont des élus et des employeurs, sont à Ottawa aujourd’hui, où une rencontre est prévue avec la ministre Finley.

Alors que certains, dont le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles, Bertrand Berger, rencontreront la ministre à 16h, d’autres profitent de leur passage sur la colline du Parlement pour rencontrer des chefs de partis et des députés afin de solliciter leur appui dans la lutte qu’ils mènent contre les modifications au programme.

La délégation demande au gouvernement fédéral de suspendre l’application de la réforme, le temps de mener une consultation pancanadienne dans le but d’en arriver à des modifications qui répondent aux besoins des travailleurs, des entreprises et de l’industrie saisonnière.

La coalition remettra aussi à la ministre Finley une pétition de 25 000 signatures dénonçant la réforme.

La ministre de l'Emploi du Québec, Agnès Maltais, rencontrera aussi Mme Finley. Cette rencontre aura lieu après celle de la délégation de l'Est du Québec.

Avec la collaboration de Geneviève Gélinas

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.