Politique

Assurance-emploi : le Bloc critique sévèrement le gouvernement

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé et le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin, considèrent que la réforme de l’assurance-emploi aura des répercussions très néfastes pour la Gaspésie.

Le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé et le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin, considèrent que la réforme de l’assurance-emploi aura des répercussions très néfastes pour la Gaspésie. Photo : Johanne Fournier

Le Bloc québécois critique très négativement la réforme de l’assurance-emploi annoncée jeudi par la ministre fédérale des Ressources humaines, Diane Finley, particulièrement pour ses effets sur la Gaspésie.

Le président du Bloc québécois, Daniel Paillé, qui terminait sa tournée gaspésienne en compagnie du député de la circonscription Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin, considère que ces changements seront très néfastes pour l’économie de la péninsule.

«Si un travailleur saisonnier se retrouve sur l’assurance-emploi de façon récurrente, il devient un récidiviste», déplore le chef Paillé. «Les chômeurs ne sont pas des criminels», s’insurge pour sa part le député Fortin.

«Le gouvernement conservateur coupe à la tronçonneuse, tranche M. Paillé, en rappelant les suppressions d’emplois à l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli, à Service Canada de New Richmond et Rimouski ainsi qu’à la Garde côtière canadienne de Rivière-au-Renard. Je dirais même qu’il coupe au scalpel. Le gouvernement du Canada est en train de se faire un pays. Moi, je veux bien, mais laissez-moi faire le mien!»

Une attaque à l’économie saisonnière de la Gaspésie

Avec ces changements au régime d’assurance-emploi, Ottawa attaque de front les régions, selon Jean-François Fortin. Son chef abonde dans le même sens en soutenant que l’économie de la Gaspésie a besoin de l’assurance-emploi pour assurer le maintien des emplois saisonniers et des entreprises qui y sont reliées.

«L’hiver arrive à chaque année, rappelle-t-il en faisant référence aux entreprises touristiques qui doivent cesser temporairement leurs activités en période hivernale, tout comme dans le secteur agricole ainsi que dans les industries forestière et de la pêche. Ces entrepreneurs comptent sur leurs employés lorsqu’ils reprendront leurs activités, souligne-t-il. Mais leurs travailleurs devront se trouver un autre emploi après six semaines!»

Catégories de chômeurs

La réforme de l’assurance-emploi introduit trois catégories de prestataires: les travailleurs de longue date, les prestataires fréquents et les prestataires occasionnels.

Le gouvernement conservateur obligera les prestataires d’assurance-emploi à se trouver un «emploi convenable». La réforme définit ce terme par un emploi dont le lieu se trouve à moins d’une heure de déplacement et dont la tâche peut être exercée physiquement par le travailleur.

«Ce n’est plus rendu de l’assurance-emploi, c’est rendu une agence de placement de la main-d’œuvre, considère M. Fortin. Est-ce que quelqu’un qui a un bac en administration devra aller travailler comme commis dans un dépanneur? On fait fi des qualifications professionnelles, sauf à quelques exceptions près.»

Le chef du Bloc québécois réitère le souhait de rapatrier la caisse de l’assurance-emploi au Québec. «Le gouvernement canadien n’a pas mis un cent là-dedans, rappelle-t-il. Mais on a des chefs du gouvernement et de l’opposition qui sont très centralisateurs.»

1 commentaire

dunn,eric a écrit le 31 décembre 2012

C'est un scandale. Le gouvernement conservateur par le biais de service Canada nous réduit le nombre de semaines de prestation auquel nous avons droit. Ainsi, comme employés saisonniers nous nous retrouvons en manque de revenus pour nous forcé a aller travaillé au salaire minimum (mcdonald provigo,maxi,etc car il ne reste que cela en région.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.