Éducation

L’Association forestière de la Gaspésie reçoit 63 000 $

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
L’aide financière de 63 000 $ permettra à l’Association de poursuivre ses activités d’éducation forestière.

L’aide financière de 63 000 $ permettra à l’Association de poursuivre ses activités d’éducation forestière. Photo : Johanne Fournier

Pour une deuxième année consécutive, l’Association forestière de la Gaspésie reçoit une subvention de 63 000 $ du gouvernement du Québec.

L’annonce a été faite par le ministre responsable de la région, Yves Bolduc, dans le cadre de la mesure de soutien à l’information et à l’éducation forestière du ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Cette mesure consiste à aider financièrement les organismes qui poursuivent une mission axée sur la promotion de la culture forestière, notamment en matière d’aménagement durable des forêts.

«L’Association forestière de la Gaspésie possède une expertise reconnue en information et en éducation forestières, en plus d’être bien enracinée dans son milieu», a soutenu le parlementaire. «Nos forêts ont contribué à bâtir notre identité et elles doivent continuer d’être une source de fierté, a tenu à souligner le Dr Bolduc. La mesure de soutien à l’information et à l’éducation forestière permettra d’atteindre plus efficacement les jeunes et de les sensibiliser à l’importance de conserver notre patrimoine naturel.»

Poursuite des activités

L’Association forestière de la Gaspésie, dont les bureaux sont situés à New Richmond, se réjouit de cette annonce. Selon son porte-parole, Jacques Rivière, l’argent sera utilisé au fonctionnement de l’organisme et contribuera au maintien des trois emplois. Ainsi, l’Association pourra être en mesure de poursuivre ses activités d’éducation forestière qui prennent différentes formes, notamment dans les écoles francophones et anglophones de la Gaspésie.

Parmi les activités scolaires, une animatrice de l’Association amène les écoliers du primaire en forêt. «On les éduque sur les animaux, les oiseaux et les essences d’arbres», mentionne M. Rivière.

Au niveau secondaire, l’animation se déroule à l’intérieur des classes, sous forme de questions à répondre en travail d’équipe, en collaboration avec les enseignants.

«Quand on parle de forêt, les jeunes pensent à la pollution, à la déforestation et au manque de travail dans ce secteur, déplore le porte-parole. Il faut détruire ces mythes. Alors, l’animatrice leur parle des emplois reliés à la forêt, de l’utilisation du bois dans la fabrication de divers outils et structures, comme des guitares, des freins de métro, des ponts et des poutrelles. Le bois est beaucoup moins polluant que l’acier.»

Jacques Rivière souligne que d’ici 2013, il y aura une pénurie d’ingénieurs et de techniciens forestiers au Québec, notamment dans les ministères, les coopératives forestières et les scieries.

L’Association forestière fait également de la sensibilisation auprès du grand public, comme pendant le Mois de l’arbre, où l’organisme distribue gratuitement des arbustes aux citoyens et à certaines organisations qui désirent faire de la plantation d’arbres.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.