Environnement

DE L'ARGENT DANS VOS POUBELLES?

Par Gilles Gagné et Geneviève Gélinas, journalites, graffici.ca
Les employés du centre de tri du Groupe Bouffard, à Matane, trient les matières recyclables de la Haute-Gaspésie.

Les employés du centre de tri du Groupe Bouffard, à Matane, trient les matières recyclables de la Haute-Gaspésie. Photo : Johanne Fournier

GASPÉSIE - Chaque année, les Gaspésiens récupèrent environ 10 000 tonnes de matières dans leurs bacs bleus. Elles transitent par trois centres de tri, qui à leur tour les vendent à des recycleurs, certaines pour un bon prix. C’est ainsi que ces matières se retrouvent dans nos bancs de parcs, notre papier de toilette et même… le système de suspension de nos camionnettes! GRAFFICI a suivi le voyage de nos matières récupérées; de quoi faire réfléchir ceux qui mettent encore cet argent à la poubelle!

Le contenu des bacs bleus de la Haute-Gaspésie est acheminé au centre de tri du Groupe Bouffard, à Matane. Celui des MRC Rocher-Percé et Côte-de-Gaspé aboutit au Centre de tri de Grande-Rivière, propriété d’une Régie intermunicipale. Quant aux matières de la Baie-des-Chaleurs, elles sont centralisées chez Exploitation Jaffa, à Maria, qui les transborde dans de plus gros camions avant de les expédier au centre de tri de Gaudreau Environnement, à Rimouski.

Actibec, de Chandler, joue aussi un rôle en collectant le papier et le carton des commerces et des institutions (écoles, hôpitaux, banques) d’une grande partie de la Gaspésie, de Rivière-au-Renard à Nouvelle. L’organisme, qui emploie des personnes handicapées, déchiquette le papier confidentiel avant de l’expédier.

Qu’advient-il des matières une fois triées?
« La récupération, c’est comme la Bourse! », lance Stéphane Gauthier, responsable du développement des affaires chez Gaudreau Environnement à Rimouski. Dépendant des prix offerts par les divers acheteurs, les centres de tri modifient le lieu d’expédition.

« Il y a des gens qui pensent qu’on envoie des matières récupérées au dépotoir : c’est faux », insiste M. Gauthier. La raison est simple : envoyer des matières au triage coûte 35 $ la tonne; les enfouir au dépotoir coûte entre 110 $ et 125 $ la tonne, selon les lieux. Seule la proportion de déchets – 7 à 10 % du bac, selon M. Gauthier – aboutit au dépotoir.

Les centres de tri privés – ceux de Matane et Rimouski – ont refusé de dévoiler au GRAFFICI le nom de leurs acheteurs de matières. Ils nous ont toutefois indiqué quels produits étaient fabriqués en bout de ligne avec le contenu de nos bacs bleus. Le Centre de tri de Grande-Rivière, qui appartient à des municipalités, nous a donné le nom de ses acheteurs (voir pages 12 et 13).

La plupart des matières, une fois triées, quittent l’Est-du-Québec, ce qui engendre des frais de transport. L’absence de « preneurs de matière » sur la péninsule est d’ailleurs « le maillon faible » du recyclage en Gaspésie, estime Magalie Pouliot, directrice générale d’Exploitation Jaffa. « C’est beau d’avoir des gens qui trient nos matières, mais ça prend aussi des gens qui les valorisent, dit-elle. Jusqu’ici, on n’a pas d’entreprise qui s’est spécialisée là-dedans [en Gaspésie]. On n’a pas beaucoup de volume et on est situés à une extrémité [du Québec]. Il y aurait peut-être une transformation plus artisanale qu’industrielle qui pourrait être faite. »


Combien ça vaut, une fois trié?
                            Prix moyen la tonne
Papier journal                      81 à 96 $
Papier blanc                              304 $
Carton plat                                 31 $
Carton ondulé                           125 $
Carton de lait et de jus              150 $
Verre mélangé                          -27 $*
Métal ferreux                           263 $
Aluminium en cannettes          1401 $
Plastiques mélangés                 265 $
Sacs et pellicules de plastique     93 $


*Le signe moins (-) signifie que les centres de tri ont dû payer pour s’en débarrasser.
Source : Recyc-Québec, données 2014

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.