Politique, Développement économique et exportation

Appel à la solidarité, à l'échange et à la mobilisation

Par La rédaction, graffici.ca
À New Richmond le 30 octobre dernier, 150 personnes se sont réunis à New Richmond par solidarité avant la nouvelle. Maintenant que c'est officiel, c'est le temps d'agir.

À New Richmond le 30 octobre dernier, 150 personnes se sont réunis à New Richmond par solidarité avant la nouvelle. Maintenant que c'est officiel, c'est le temps d'agir. Photo : Magali Deslauriers

CARLETON-SUR-MER - Le 14 novembre à Carleton-sur-Mer, des centaines de personnes sont attendues pour un repas partagé et pour une soirée d'échanges et de mobilisation à la salle Charles-Dugas.

Devant les coupures de plus de 13 millions $ du gouvernement Couillard en Gaspésie, des citoyens se mobilisent pour un Pot Luck Solidarité dans la Baie-des-Chaleurs, premier d'une série de rassemblements qui se tiendront en Gaspésie en ce novembre noir.

" On voulait d'abord trouver un moment pour soutenir les agents de développement et autres
travailleurs du développement régional qui vont perdre leur emploi et aussi réfléchir alors que la Gaspésie est frappée de plein fouet par les compressions gouvernementales qui vont avoir un impact majeur sur notre tissu social ", explique l'un des co-organisateurs, Benoit Trépanier dans un communiqué émis ce vendredi.

Abolition de la CRÉ et attaque aux structures et ressources des CLD et des CJE, coupe des budgets municipaux, abolition de l’Agence de santé et de services sociaux, perspectives de coupures et d’abolition de nos commissions scolaires… "la Gaspésie perd ses leviers pour la création d'entreprises, de projets régionaux et de richesse collective. Alors que la région était la seule au Québec à avoir réussi à stopper l'exode des jeunes et que les projets collectifs redonnaient espoir à une population qui a connu des fermetures majeures dans la première moitié des années 2000, le gouvernement Couillard ampute la Gaspésie de ses leviers", ajoute le co-organisateur de la soirée.

Près de 2 600 personnes ont reçu une invitation sur les réseaux sociaux et de tels rassemblements sont également en préparation à Gaspé, en Haute-Gaspésie et ailleurs dans la région.

10 commentaires

Marc-André St-Pierre a écrit le 10 novembre 2014

M.Perreault, nos idées ne sont pas si divergentes. Écrire des commentaires sur internet ce n'est pas ce qu'il y a de meilleur pour se bien faire connaître. // Voyez, je suis d'accord avec vous sur l'idée des investissements pour les petites et moyennes entreprises. Cap-Chat, d'où je suis, est en déclin constant depuis l'incendie de sa seule industrie (James Richardson) en 1976. Du temps de mon blogue, j'avais proposé une piste de réflexion qui ressemble à la vôtre. Je disais que si les gouvernements sont prêts à investir des millions de $ pour des grosses entreprises, pourquoi ne prendraient-ils pas ces sommes et les distribuer aux villages dans le seul but d'aider à la création d'emplois. Cet argent ne devrait servir qu'à aider à la création de petites et moyennes entreprises permanentes (et non du style des anciens travaux d'hiver) Ce serait géré par les municipalités qui devraient faire un rapport annuel transparent pour savoir où est allé chaque cent. Mais voilà, on sait bien que là où il y a de l'argent, il y a de la magouille et beaucoup de ti-namis. Mais bon, je ne dis pas que cette piste n'est pas à travailler. // Vous parlez de l'esprit de clochers. C'est dans la nature humaine et ce n'est pas exclusif à la Gaspésie. Ce n'est pas nécessairement ça qui bloque tout. Après tout, Cap-Chat était en "guerre" avec Ste-Anne-des-Monts, et je me souviens très bien du dynamisme de mon village dans les années 1960. Ça bougeait, il y avait de l'argent, on ne s'endettait pas. En fait, c'est quand la bureaucratie et sa maladie contagieuse, la structurite, sont apparues que les choses se sont détériorées. Trop de chefs, pas assez d'indiens. Ce n'est pas faire l'éloge d'un passé révolu que je tente de faire mais bien une comparaison. Pourquoi avoir jeté à la poubelle ce qui fonctionnait pour se faire prendre dans ce piège à cons qu'est la bureaucratie? // Parlant d'éloge, je n'élaborerai pas sur votre comparaison entre votre préfet et le nôtre. Comme le dit un dicton populaire, «c'est beau de loin mais c'est loin d'être beau». Surtout, on ne peut pas baser son jugement sur une seule situation. // Et oui, si on se rencontre, ça me fera plaisir de vous serrer la main. // AU CONCEPTEUR DU SITE DE GRAFFICI -- J'ai déjà fait cette demande il y a près de 2 ans. Comment se fait-il que vous n'ayez pas développé un formulaire de commentaires où l'on peut faire des paragraphes? Me semble que ça se corrige facilement.

Dominic Perreault a écrit le 9 novembre 2014

Re-bonjour M.St-Pierre. Comme je l'ai déjà dit, je ne crois pas que mes idées soient les seules valables. J'en ai plutôt contre certains qui n'en proposent pas et qui ne font que dénoncer les efforts des autres. Pour ce qui est de présenter mes idées, je n'ai pas de problème avec cela. Puisque vous m'y invitez, je dirais que je suis pour des investissements qui favorisent les petites et moyennes entreprises déjà présentes en Gaspésie (nord ou sud) ou qui sont en émergences. J'ai de la difficulté avec les grandes entreprises inspirées d'un modèle passé qui ont, à mon humble avis, laissé de grands trous lors de leurs fermetures. Si les structures qu'on a coupé était imparfaites, je crois qu'elles amenaient beaucoup plus de positif que de négatif et n'encourageaient pas seulement les emplois tertiaires. On pourrait en parler longtemps! Je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait qu'il y ait peu de réactions et de commentaires sur la divulgation du nouveau pacte fiscal et cette passivité m'inquiète beaucoup. J'ai beaucoup plus de respect pour l'attitude indignée de votre préfet que celle fataliste du mien. M.Cormier démontre avec beaucoup de pertinence les conséquences de la perte de ces emplois de "bureaucrates" pour votre secteur et pour la Gaspésie. J'ai toujours prôné une Gaspésie entière et solidaire et j'ai beaucoup de difficulté moi aussi avec ce clivage nord/sud. Vous avez raison, l'esprit de clocher fait beaucoup de tort à notre région et il est à combattre. Je sais qu'il se prépare des manifestations aussi du côté nord dans un proche horizon, y serez vous? En terminant j'espère, si nous nous rencontrons un jour, que nous pourrons se serrer la pince et discuter du développement de notre magnifique région, même si nos idées se révèlent divergentes. Bon dimanche!

Marc-André St-Pierre a écrit le 9 novembre 2014

Et bien, M. Perreault, on est bien parti. En pleine crise, comme on aimera trop nous le rappeler dans les prochains jours,on se tappe déjà dessus par le biais des commentaires dont seuls les vôtres semblent positifs. C'est un peu malheureux. Vous nous demandez d'élaborer nos idées et refusez d'en faire autant. / De quelle manifestation parlez-vous? Celle qui se tiendra encore du côté sud? Quand allez-vous vous décider à sortir de votre douillette et à venir faire un tour du côté nord? / J'espère que vous serez conséquent et ne répondrez plus à mes commentaires, si vous les trouvez si négatifs! / En terminant, on se la bouge pas mal du côté sud présentement parce que c'est là que ça va faire le plus mal. Vous bougez parce que vos jobs de bureaucrates sont en danger. Sinon, on ne vous voit pas souvent venir soutenir des causes tout aussi importantes, comme il y en a eu en Haute-Gaspésie, par exemple. En fait, si la crise est si terrible que ça pour le commun des mortels, où sont tous ces gens présentement? C'est pas mal silencieux sur Graffici en terme de commentaires. On s'attendrait à une colère quasi démesurée et à un déferlement de commentaires anti gouvernement sur Graffici et Facebook (exemple) mais rien.

Dominic Perreault a écrit le 9 novembre 2014

Réponse finale à M.Langlais donc. Votre réplique, encore une fois, confirme mon propos. Vous ne mettez présentement sur la table aucune idée construite dans vos interventions. J'ai beau fouiller l'actualité récente, je ne trouve que des initiatives qui sont tombées à l'eau, un mouvement à l'origine bien inspirant qui s'est dégonflé ou des "stratégies pas encore définies". C'est pourquoi j'aimerais vous entendre exprimer vos idées concrètes d'aujourd'hui plutôt que celles d'hier. Pardonnez ma présumée ignorance socio-économico-politique, j'imagine que c'est pour combler cette lacune que je fais appelle à vos lumières. Bonne journée!

Gaston Langlais a écrit le 9 novembre 2014

Bonjour, @ Dominic Perreault. Ceci est ma dernière communication en regard de vos commentaires. Il est inutile de perdre mon temps puisqu'il vous en manque trop au sujet de l'histoire contemporaine du contexte socio-économico-politique de notre région. Ceux qui me connaissent sont si nombreux que je peux facilement me passer des marginaux dans mon action. Bonne recherche. Gaston Langlais - Gaspé.

Dominic Perreault a écrit le 9 novembre 2014

@ M.St-Pierre: Vous n'avez pas lu vraiment mon commentaire donc. J'en appelle exactement à cela. Des IDÉES, qu'elles soient divergentes des miennes ou pas, mais des idées. Je n'ai pas suggéré mes opinions ou tenté de les imposer, ce que j'ai demandé c'est de cesser la dénonciation gratuite dont M.Langlais est expert. D'ailleurs M. St-Pierre, quelles sont les vôtres? Comment voyez vous la Gaspésie dans 10 ans? serez vous présent vendredi prochain pour vous exprimer? J'ai mes idées sur le développement que j'aimerais voir en Gaspésie, mais mon but n'est pas ici de les promouvoir. Ce que je voulais c'est que le débat prenne une tournure plus constructive. Relisez mon intervention attentivement, je crois que c'est clair. Bonne journée! @M.Langlais, votre façon de fuir en me référant aux archives est à l'image de plusieurs de vos interventions, jaune. L'actualité à évolué depuis vos prises de position enflammées de jadis, quelles sont vos idées AUJOURD'HUI sur ce que la région devrait devenir? C'est là dessus que j'aimerais vous entendre plutôt que de vous voir dénoncer celles des autres ad nauseam. Merci et bonne journée!

Gaston Langlais a écrit le 9 novembre 2014

@ Dominic Perreault. Je n'ai aucunement l'intention de faire le bilan de mes 35 dernières années. Si vous n'avez pas suivi l'actualité, je vous suggère de consulter les archives des grands médias. Gaston Langlais - Gaspé.

Marc-André St-Pierre a écrit le 8 novembre 2014

@M. Dominic Perreault. Moi aussi je trouve souvent que Gaston Langlais profite un peu trop d'une certaine notoriété pour s'exprimer à tout vent. On le publie, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. \\\ - Cependant, il est une chose qui m'échappera toujours. Pourquoi ceux qui veulent donner l'impression d'être les seuls qui s'activent réclament-ils du même souffle l'implication de tous et le silence de certains? Faut-il, pour avoir l'impression de s'impliquer, marcher tous du même pas, déclamer la même langue de bois, n'écouter que ceux qui pensent comme nous? \\\ - Ça me rappelle un peu les églises qui se vident. Malgré le petit nombre des fidèles, ils s'en trouvent quand même pour juger de l'apparence de certains. J'ai vu bien des personnes abandonnées l'Église parce qu'elles ont été jugées sur leur seule apparence. Ce que vous faites c'est la même chose, M. Perreault. Peu importe l'apparence de la critique, à moins d'être incompréhensible, elle devrait permettre à ceux qui se disent actifs, positifs et ouverts, d'y trouver matière à réflexion. \\\ - À force de "kier" sur tout un chacun qui ne correspond pas à nos idées, on se ramasse avec des assemblée vide. Juste à voir le nombre de commentaires sur ce sujet dans le Graffici.ca, devrait pourtant suffire à nous faire comprendre que les gens ne sentent pas aussi concernés qu'on essaie de nous le faire croire. Pendant ce temps, continuons à taper sur ceux qui s'expriment. Ce sont des moutons que vous voulez?

Dominic Perreault a écrit le 8 novembre 2014

Bonjour M.Langlais D'abord merci de parfaire ma théorie des couleurs. Jamais je n'ai eu conscience d'autant de nuances dans le spectre du jaune. C'est une chose d'avoir des opinions contraires, en fait c'est une des richesses de notre société. Mais de vous voir dénoncer les idées qui ne sont pas vôtres sur toutes les tribunes sans jamais rien proposer en est une autre. Comment pouvez vous juger les efforts des uns et des autres en ne répondant que par des phrases creuses? Dites moi M.Langlais le patriote gaspésien, que faudrait il faire pour sortir du marasme ambiant? Instruisez nous de votre grande sagesse et faite nous profiter de votre lumière. Nous ne serons probablement pas d'accord, mais au moins vous nous proposerez autre chose que ce vide déprimant qui accompagne vos interventions. Nous sommes prêts, allez y! En attendant, nous pauvres hères, continuons de défendre ce que nous croyons juste et nous organisons pour signifier traces de notre existence et du refus de se laisser organiser. Bien à vous et bonne journée!

Gaston Langlais a écrit le 8 novembre 2014

Bon matin, "La région est la seule au Québec à avoir réussi à stopper l'exode des jeunes..." n'est pas exact. En Gaspésie on a toujours réagit au lieu d'agir. Il s'agit de notre plus grande faiblesse collective et cela continue encore. Pour revenir à la CRÉ, il fallait voir les nombreuses fois où ses dirigeants ont été complaisants, révérencieux pour ne pas dire obséquieux devant tous les ministres en visite officielle chez-nous. À combien de reprises le poing a-t-il été mis sur la table? JAMAIS. La CRÉ prend la défense de la région!  Mon œil. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.