Annie St-Onge veut restaurer la confiance

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Annie St-Onge a vécu en Gaspésie de 2005 à 2010, et souhaite s’y réinstaller.

Annie St-Onge a vécu en Gaspésie de 2005 à 2010, et souhaite s’y réinstaller. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – La candidate libérale dans Gaspé, Annie St-Onge, veut « rétablir un climat de confiance et de stabilité » dans la circonscription.

Mme St-Onge considère « qu’un climat d’instabilité s’est créé » depuis l’arrivée au pouvoir des péquistes il y a 18 mois. « De parler constamment de souveraineté, ça crée de l’incertitude », dit-elle.
Interrogée sur les moyens à prendre pour rétablir la confiance, la candidate répond que « sans aller dans des mesures précises, on a une stratégie maritime qui peut s’appliquer à [la circonscription de] Gaspé. On veut continuer d’appuyer les croisières et développer le transport des marchandises [par navire]. » Elle ajoute que « nos richesses naturelles doivent profiter aux gens d’ici ».
Dans Gaspé, le péquiste Gaétan Lelièvre a obtenu deux fois plus de voix que les libéraux aux élections de 2012. « Je sens que j’ai un énorme défi à relever, réagit Mme St-Onge, mais j’ai confiance et j’ai beaucoup à proposer. »
« J’ai envie de servir les gens, de leur donner un choix, dit-elle. Je suis une jeune femme dynamique avec un profil intéressant. Je sais comment nos dossiers cheminent à Québec une fois partis d’ici et je veux mettre mon expérience à profit. »
Pas une parachutée, se défend-elle
Annie-St-Onge a complété des études universitaires en administration, marketing et communication. Originaire de la Mauricie, elle a vécu en Gaspésie de 2005 à 2010.
Elle a travaillé comme préposée à l’accueil à l’Office du tourisme et des congrès de Gaspé, puis comme conseillère en tourisme au CLD du Rocher-Percé. Elle a ensuite été à l’emploi du député libéral Georges Mamelonet comme attachée politique, puis a déménagé à Québec pour occuper ces fonctions pour Nathalie Normandeau, Jean Charest et Geoffrey Kelley.
Mme St-Onge se défend d’être « parachutée » dans la circonscription. Elle est en congé sans solde d’un emploi auprès de Geoffrey Kelley, président du caucus libéral. « Si je ne suis pas élue, je dois retourner à Québec compléter mon mandat, mais j’ai l’intention sincère de revenir [en Gaspésie] ».

Pour lire tous les textes sur la campagne électorale en cours, cliquez sur l'onglet "info +"

1 commentaire

Gaston Langlais a écrit le 13 mars 2014

Bonjour. Je crois sincèrement que la campagne électorale de Mme. St-Onge aura pour seul effet de la faire connaitre un peu plus. Elle affirme que le climat s'est détérioré en Gaspésie depuis l'élection du P.Q. En plus d'essayer de se faire connaitre, Mme. St-Onge devrait parler plus sérieusement. Pendant 50 ans les gouvernements ont privé la Gaspésie au profit des grands centres qui a leur tour ont engraissé les bandits. C'est le premier ministre Bernard Landry qui a amorcé le virage après avoir écouté de nombreuses fois le discours de l'Action des Patriotes. En passant, l'Action des Patriotes a effectué bénévolement le travail de ceux qui étaient et qui sont encore grassement payés et qui ne l'ont jamais fait. Quant à l'indépendance Mme. St-Onge ne devrait pas gaspiller son temps à en parler en Gaspésie. Par ici, il n'y a pas d'écoute pour ces propos. Les Gaspésiennes et les Gaspésiens ont bien d'autres préoccupations avant d'en arriver là. Si Mme. St-Onge veut se bâtir une crédibilité, elle doit s'adresser à l'intelligence des gens et la population de la Gaspésie en est pas dépourvue. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.