Affaires policières et juridiques

Alcool au volant : encore des irréductibles

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Malgré les campagnes de prévention, des irréductibles continuent de prendre la route avec les capacités affaiblies par l'alcool.

Malgré les campagnes de prévention, des irréductibles continuent de prendre la route avec les capacités affaiblies par l'alcool. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Malgré toutes les campagnes de sensibilisation aux dangers de conduire avec les facultés affaiblies, des automobilistes ne comprennent toujours pas le message.

Selon des données compilées par la Sûreté du Québec (SQ), district Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Les Îles, 885 dossiers ont été ouverts à ce chapitre au cours des trois dernières années sur l'ensemble du territoire, de La Pocatière aux Îles-de-la-Madeleine.

«Nos statistiques nous démontrent qu'environ le tiers sont des récidivistes. En ce moment, on travaille beaucoup sur le noyau dur, des gens qui ne comprennent pas et qui ne comprendront jamais parce qu'ils pensent qu'ils ne se feront pas prendre une deuxième fois», explique le porte-parole de la SQ, Claude Doiron.

En 2012, 865 dossiers ont été ouverts sur l'ensemble du territoire. C'est une amélioration comparativement aux 957 cas répertoriés en 2011. En 2010, on en comptait 874.

«Les gens nous le disent souvent qu’ils ont pris une chance», dit simplement M. Doiron.

Alcool mais drogue aussi

Les policiers sont de plus en plus en mesure de détecter les automobilistes qui conduisent sous l'effet d'une drogue.

«Ils sont formés pour faire passer des épreuves de coordination aux automobilistes qui ne sentent pas l'alcool. Si la preuve nous démontre que la personne est sous l'influence d'une drogue, on peut la poursuivre au même titre que si elle était en état d'ébriété par l'alcool, avec les mêmes conséquences», précise M. Doiron.

Les conséquences

Pour une première offense, on parle d'une amende de 1000 $ et la suspension du permis de conduire pour un an.

Pour les récidivistes, «l'amende va doubler et la suspension du permis est de deux ans et la personne est susceptible de faire de la prison», mentionne le policier.

Ceci, sans compter les peines de prison sévères si jamais il devait y avoir un accident, des blessés ou même des victimes.

5 commentaires

Yannick Bernier a écrit le 15 juin 2013

"Les conséquences Pour une première offense, on parle d'une amende de 1000 $ et la suspension du permis de conduire pour un an. Pour les récidivistes, «l'amende va doubler et la suspension du permis est de deux ans et la personne est susceptible de faire de la prison», mentionne le policier. Ceci, sans compter les peines de prison sévères si jamais il devait y avoir un accident, des blessés ou même des victimes." Laissez moi rire avec les mots CONSÉQUENCES ou PEINES DE PRISON SÉVÈRES... parlez moi d'enlever le permis, saisi de l'automobile (et un jugement de la cour interdisant à la personne de posséder une voiture et surtout de conduire pour une durée X). Nous avons un registre pour les automobiles, nous avons aussi un registre pour les armes à feu, ironiquement les deux peuvent blesser ou tuer quand les deux sont utiliser par des gens fous (sous plusieurs angles) ou des gens qui ne savent pas s'en servir. Donc une voiture est aussi une arme (comme je dis ça depuis que je suis très jeune)? Les deux sont des privilèges, si le privilège te rends dangereux, il faut te l'enlever! Voilà le réel problème; Du côté gauche, vous avez des politicien qui sont la pour se faire réélire et pour se faire des "petits amis" au cas où ça marcherais pas. Les petits amis en question, c'est les gens du milieux, les médias, la clique du plateau, les artistes, Québécor, Tout le monde en Parle (toute une gang qui peut jouer avec l'information comme ça peut leurs tenter)... et à droite, un électorat qui au lieu de prendre ses responsabilité, il est encore au stade d'avoir besoin de se faire dire quoi faire, comme un enfant. Une société complètement immature! Une société qui a le pardon facile. Nous voulons tout mais nous ne sommes pas prêt à payer pour et nous ne sommes pas prêt à subir les conséquences si nous n'en faisons pas bonne usage. Je sais que certains vont trouver mon opinion "extrême" mais c'est ça qu'il faut, que voulez-vous? Ceux qui sont irresponsable, ceux qui n'ont pas de jugement, il n'y a rien à faire avec ça! La vitesse, l'alcool au volant, nous le savons depuis suffisamment longtemps que c'est dangereux, mettons nos culottes et arrêtons de jouer les éducatrices de garderies avec les adultes!

Philippe Garon a écrit le 14 juin 2013

... mais à mon avis, ces chiffres ne sont que la pointe de l'iceberg. Que pouvons-nous faire face à la banalisation dont parle M-È, voire à la valorisation de ces comportements ici dans notre région?

Philippe Garon a écrit le 14 juin 2013

Merci pour ton commentaire M-È et merci à Graffici pour cet article. Les bouteilles et canettes de bière que nous trouvons à profusion le long de nos routes illustrent malheureusement de manière éloquente ce problème.

Marie-Eve Tessier a écrit le 13 juin 2013

C'est VRAIMENT un gros problème ici, l'alcool au volant. La faible présence des policiers et la culture du " c'est pas grave, tout le monde le fait" fait tout sauf décourager les conducteurs à prendre le volant en boisson. Je ne connais pas beaucoup d'hommes autour de moi qui ne le font pas, malheureusement. Et je sens même une certaine fierté de le faire ...

Marie-Eve Tessier a écrit le 13 juin 2013

C'est VRAIMENT un gros problème ici, l'alcool au volant. La faible présence des policiers et la culture du " c'est pas grave, tout le monde le fait" fait tout sauf décourager les conducteurs à prendre le volant en boisson. Je ne connais pas beaucoup d'hommes autour de moi qui ne le font pas, malheureusement. Et je sens même une certaine fierté de le faire ...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.