Affaires policières et juridiques

Agression sexuelle : Sylvain Nadeau reçoit l’absolution inconditionnelle

Par ,
Palais de justice de Percé

Palais de justice de Percé Photo : Thierry Haroun

Sylvain Nadeau, qui avait plaidé coupable à une accusation de contacts sexuels sur une mineure, a reçu l'absolution inconditionnelle par le juge Jacques J. Lévesque. 

En 1992, l’individu de 46 ans assurait un suivi auprès de la victime étudiante dans l’institution scolaire. Nadeau a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec l’adolescente quelque temps après avoir complété son intervention auprès de cette dernière.

La Couronne avançait plutôt que l’individu avait eu des contacts sexuels à plusieurs reprises avec la jeune victime d’avril à octobre 1992 durant le suivi et réclamait une peine de six mois de prison.

Le juge Jacques J. Lévesque a tranché en faveur de la défense en acquiesçant à sa demande d’absoudre Nadeau, qui n’aura donc pas de casier judiciaire.

Appel

Insatisfait de la décision du juge Lévesque, la Couronne envisage sérieusement de porter la sentence en appel. Le ministère public a trente jours pour déposer sa requête auprès du Tribunal d’appels. 

Rappelons que Sylvain Nadeau, qui occupe un poste de cadre au CLSC de Chandler, n’avait pas été suspendu durant les procédures qui ont duré presque deux ans.

Le conseil d’administration avait cependant procédé à sa suspension quelques jours avant le plaidoyer de culpabilité de Nadeau. Plus tôt cette semaine, ce même conseil a décidé de permettre à Sylvain Nadeau de réintégrer ses fonctions.

À lire aussi 

Agression sexuelle : un agent de relation humaine plaide coupable

2 commentaires

eddy a écrit le 1 octobre 2012

bien d'accord avec toi guylène :( la justice na plus de couilles et na plus de vrai justice comme avant ....trop facile de s'en tirer maintenant et de détruire des vies a jamais .(

guylène a écrit le 29 septembre 2012

quel est le message qu'on lance aujourd'hui, ou est rendu la justice?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.