Affaires policières et juridiques

L’affaire Roch Thériault : faits marquants

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
Roch Thériault et ses disciples avaient construit une maison et des dépendances dans l’arrière-pays de Saint-Jogues en 1978.

Roch Thériault et ses disciples avaient construit une maison et des dépendances dans l’arrière-pays de Saint-Jogues en 1978. Photo : Élyette Curval, Le Soleil

SAINT-JOGUES, octobre 2018 – Il y a 40 ans cette année, Roch Thériault arrivait en Gaspésie, après un séjour en Beauce, afin d’installer son groupe en retrait de la société, en prévision de la fin du monde. Appelé Moïse par ses disciples, il les traitera avec supériorité et une sauvagerie croissante, à mesure qu’il assoira son pouvoir. Voici les faits marquants de cette tragédie, dans le deuxième de trois textes.

16 mai 1947 : Naissance de Roch Thériault, au Saguenay.

Juillet 1977 : Rencontre entre Roch Thériault et Gabrielle Lavallée, future disciple de la secte de cet homme de religion adventiste, qui offre des ateliers pour cesser de fumer.

10 juillet 1978 : Arrivée de Roch Thériault, de ses neuf femmes et de deux hommes en forêt publique, au lac Sec, près de Saint-Jogues, après un séjour à Bonaventure. Il baptise le mont adjacent au lac « montagne de l’Éternel ».

10 septembre 1978 : La commune est installée avec la construction d’une maison et de dépendances. Les membres brûlent leurs papiers d’identité.

16 septembre 1978 : Roch Thériault donne des noms bibliques aux membres de la secte, au lendemain de premiers débordements violents sur une femme voulant partir. Les membres le nomment Moïse mais l’appellent Papy au quotidien.

Automne 1978 : Dans un reportage diffusé à Radio-Canada, Moïse prédit la fin du monde pour le 21 février 1979. « Il va tomber des grêlons gros comme des automobiles », dit-il. Le groupe de 27 personnes en juillet n’en compte plus que 16. Moïse perd de plus en plus souvent patience et bat des membres du groupe, dont Gabrielle Lavallée.

Janvier-février 1979 : Les accouchements se succèdent au mont de l’Éternel, supervisés par Gabrielle Lavallée, infirmière de profession.

Fin mars 1979 : Moïse et les trois autres hommes de la secte sont arrêtés par la police, hélicoptères à l’appui. Les trois hommes sont relâchés et des parents de femmes de la secte veulent qu’elles rentrent au bercail, en vain.

27 avril 1979 : Moïse est relâché après un séjour à Québec en évaluation psychiatrique. Il est déclaré à la fois inapte à subir son procès, et assez sain d’esprit pour être relâché. Il ordonne aux membres de demander de l’assistance sociale, sept mois après la destruction de leurs papiers. 

Juillet 1979 : Les chèques arrivent et avec l’argent, Moïse se saoule régulièrement et violente un peu tout le monde, selon son humeur. Il multiplie les châtiments et des humiliations inqualifiables.

17 octobre 1979 : Décès d’une femme souffrant de sclérose en plaques et suivant le groupe de Moïse depuis le printemps 1978, avant l’arrivée en Gaspésie. Elle est la seule femme avec qui Moïse est resté doux.

Année 1980 : Moïse instaure une pratique de plus en plus courante, en forçant les membres de la secte à punir celui ou celle qui lui aura désobéi.

1er janvier 1981 : Moïse reçoit un commerçant de Bonaventure et des motoneigistes. Il fait danser les femmes de la secte, nues, et il humilie Gabrielle Lavallée en fin de fête.

23 mars 1981 : La cour confie à Moïse la garde de ses deux fils.

26 mars 1981 : Un bébé de deux ans meurt à la suite de coups portés par un membre de la secte, Néhémie, arrivé en novembre, apparemment sur recommandation d’un hôpital psychiatrique.

14 septembre 1981 : Moïse castre Néhémie et il coupe plus tard un bout de doigt de Gabrielle Lavallée. Néhémie partira quelques jours plus tard.

12 novembre 1981 : La police vient au lac Sec, et revient quelques jours plus tard. La mort du bébé est évoquée. Moïse dit que le bébé est mort le 6 juin, au lieu du 26 mars.

9 décembre 1981 : La police revient et arrête Moïse et deux membres de la secte. Ils sont incarcérés.

18 janvier 1982 : De nouvelles accusations sont déposées, pour totaliser 22. Un ordre d’éviction permanent est décrété pour les habitations du lac Sec. Moïse est libéré le 13 avril. Le procès est fixé au 28 septembre. Les membres de la secte trouvent divers logement de Paspébiac à Bonaventure.

Septembre 1982 : Moïse reçoit une sentence de deux ans moins un jour. Enceinte de trois mois, Gabrielle Lavallée est condamnée à neuf mois de prison pour avoir participé à la castration de Néhémie. Ils sont envoyés à Québec.

Noël 1982 : Gabrielle et Moïse sortent de prison pendant quelques jours et rejoignent le groupe à Paspébiac. Gabrielle fuit Moïse par peur de violence et il tente de la rattraper. Il est arrêté à New Carlisle.

31 mars 1983 : Libérée de prison deux semaines avant, Gabrielle accouche en Gaspésie. Avec Moïse toujours en prison, le groupe vit plus paisiblement et vend des légumes l’été.

23 janvier 1984 : Moïse, toujours à Québec, ordonne au groupe de quitter la Gaspésie. Gabrielle est de nouveau enceinte de lui. La secte s’installe temporairement à Québec.

1er mai 1984 : la secte déménage à Burnt River, en Ontario. Ivre la plupart du temps, Moïse y multipliera les exactions, en coupant notamment le bras de Gabrielle Lavallée, à froid, au-dessus du coude, et en tuant sa conjointe, Solange Boilard, en pratiquant une « chirurgie » à froid, pour couper avec un couteau une partie de son intestin.

18 janvier 1993 : Moïse est condamné à la prison à vie, à purger au Nouveau-Brunswick, où certaines de « ses » femmes le suivent. Gabrielle Lavallée publie la même année L’alliance de la brebis, livre dans lequel elle décrit l’invraisemblable saga du groupe.

26 février 2011 : Moïse est retrouvé mort dans sa cellule, après avoir été tué par un codétenu.

 -30-

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.