Affaires policières et juridiques

Affaire Marjorie Raymond : Langelier non coupable

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Carl Langelier a été acquitté de l'accusation d'usurpation qui pesait contre lui.

Carl Langelier a été acquitté de l'accusation d'usurpation qui pesait contre lui. Photo : Johanne Fournier

SAINTE-ANNE-DES-MONTS - Carl Langelier, un ex-journaliste du FM 93, a été acquitté mercredi au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts.

Carl Langelier était accusé de s'être faussement identifié, en s'étant présenté comme un enquêteur de la Sûreté du Québec, afin d'obtenir une entrevue exclusive avec Sandra Isabel et sa fille Jade Isabel-Rioux, au surlendemain du suicide très médiatisé de Marjorie Raymond, à la fin novembre 2011. L'entrevue avait été diffusée pendant l'émission matinale de Sylvain Bouchard à l'antenne de la station FM 93 de Québec.

Le juge François Boisjoli en est arrivé à un verdict de non-culpabilité, la Couronne n'ayant pas réussi à établir une preuve hors de tout doute raisonnable. La façon dont s'est présenté Carl Langelier à Sandra Isabel était absente de l'enregistrement. Celui-ci a indiqué à la cour qu'il ne commençait l'enregistrement qu'au moment où son interlocuteur acceptait de répondre à ses questions. La Couronne a fait savoir qu'elle n'interjettera pas appel.

Moment difficile

« Je suis content du verdict, mais de dire que je suis soulagé, c'est plutôt relatif, a laissé tomber Carl Langelier. Quand on est accusé au criminel, ce n’est pas drôle. Le verdict d'aujourd'hui ne change pas grand-chose. J'ai eu mon verdict depuis longtemps. Le bénéfice du doute est quelque chose de très intéressant, mais il est théorique. À partir du moment où tu es accusé, essaie donc de te trouver une job! Avant, j'avais des jobs sur un plateau d'argent. Puis là, ce que je vis, ce n'est pas drôle, depuis deux ans. Dans la réalité, les proches, les pairs et les collègues te jugent. Certains amis me parlent plus depuis ce temps-là. »

Avant de laisser tomber son verdict, le magistrat a servi à l'accusé certains reproches, principalement sur la confusion et l'ambiguïté qu'il a entretenues avec les deux plaignantes tout au long de l'entrevue. « Les quatre journalistes qui étaient devant moi, quand je suis sorti de la cour, ils ne se sont pas présentés et ne m'ont pas demandé s'ils pouvaient m'enregistrer et me filmer, réagit-il. On se présente du mieux qu'on peut! »

Carl Langelier n'en a pas fini avec les plaignantes puisqu'elles le poursuivent en chambre civile pour 225 000 $ pour atteinte à leur réputation et à leur vie privée. La poursuite vise également  Cogeco Diffusion et l'animateur matinal Sylvain Bouchard qui, à l’antenne, surnommait Jade Isabel-Rioux de « p'tite criss ».

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.