Politique, Affaires municipales et développement régional, Affaires policières et juridiques

Affaire Berger à Chandler : litige réglé dans la controverse

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Chandler tourne la page sur la congédiement de Philippe Berger.

Chandler tourne la page sur la congédiement de Philippe Berger. Photo : Thierry Haroun

CHANDLER - Le litige opposant la Ville de Chandler et son ancien responsable de l'Environnement et de l'Urbanisme, Philippe Berger, a pris fin hier dans la controverse à l'hôtel de ville.

Philippe Berger a été congédié par le conseil municipal le 18 septembre 2012. La résolution indiquait que cette décision avait été motivée par des prises de décisions non conformes à la réglementation de l’urbanisme ainsi que de nombreux appels de mécontentement des citoyens, par une « transparence douteuse et [des] informations erronées, un manque de respect et de considération de M. Philippe Berger envers le conseil municipal ».

En réaction, Philippe Berger avait déposé une plainte devant la Commission des relations du travail. Le dossier a été judiciarisé et qui a pris fin par un règlement à l'amiable il y a quelques semaines, selon la mairesse, Louisette Langlois, et entérinée hier par résolution. M. Berger recevra 18 mois de salaire avec une mention de mise à pied pour incapacité de répondre aux exigences de l'emploi.
Cette entente représente une somme d'environ 92 000 $, moins certains frais déjà encourus. Toutes ces démarches ont toutefois coûté à la municipalité près de 40 000 $ en frais d'avocats, notamment.

Berger conteste les affirmations

Philippe Berger, présent hier, a contesté les affirmations de Mme Langlois, qui faisait le point sur ce dossier, en l'accusant de mentir, d'induire les gens en erreur et d'avoir été lui-même victime de harcèlement psychologique durant tout ce processus.
L'homme est finalement sorti de la salle dans le brouhaha après que la mairesse l'eut menacé d'appeler la Sûreté  du Québec.

La mairesse rejette du revers de la main les accusations de M. Berger. « Ce sont des faussetés, je n'ai pas du tout harcelé M. Berger » a déclaré Mme Langlois avant d'ajouter être contente « de tourner la page sur ce dossier ».

6 commentaires

Jean-guy C a écrit le 19 septembre 2013

Si le Conseil municipal a décidé d'aller de l'avant avec un tel congédiement, ne faudrait-il pas leur faire confiance. C'est tout-de-même sur cette base que la population les a élu. À ce que je sache, il y a une résolution faisant état des raisons ayant mené à tous ce manège. J'ai n'ai entendu personne du conseil essayer de démolir publiquement, sur les ondes ou dans les média écrits qui que ce soit. Moi je trouve çà professionnel. J'entendais dire que M. Berger remporterait une écrasante victoire sur le Conseil et la population, faut-il le rappeler. Un gain de 200 000$, 300 000$ et pire même 500 000$. Qu'en est-il? Une entente , à l'amiable, signé des deux partie. 18 mois de salaire (92 00$) moins les déductions. Cela donnera à M. Berger environs 45 000$. Ce qui est juste à mon sens. Il est évident à mes yeux que Chandler se porte mieux depuis quelques temps et je suis fier de la direction que celle-ci prends après ces temps difficiles. Question comme çà. Est-il éthiquement acceptable que le président du C.S.S.S soit à la fois président de la fondation de cette même institution? M. Thibodeau, vous savez pourquoi, il a baissé les bras? J'aimerais bien le savoir. Pour sauver de l'argent aux citoyens, foutaise! C'est pourtant ce qu'il affirmait sur les ondes radio mardi de cet semaine.

Gilles Thibodeau a écrit le 19 septembre 2013

@conrad a écrit le 19 septembre 2013 Bonjour M. ? . Premièrement lorsque l'on n'a pas le courage de signer son nom , notre opinion n'a aucune valeur . Pour le moment tu colportes n’importe quoi sous le couvert de l’anonymat, facile ,aussi facile que de poursuivre lorsque l'on sait que ce sont les contribuables qui défrayeront nos frais juridiques.Comme tu sembles en savoir beaucoup mon Conrad , dis-moi pourquoi M.Berger a lancé la serviette. Pour terminer la prochaine fois que tu veux m'interpeller ais au moins le courage de signer ton nom , sinon passes à un autre appel. Gilles Thibodeau Pabos .

jasl a écrit le 19 septembre 2013

Et toi cher Conrad,tu habite Chandler ? Chandler n'est sûrement pas plus corrompu qu’ailleurs. Ceci dit je ne cautionne pas la corruption et la vigilance des citoyens est de mise. Mais toi, sur qu'elle enquête te base tu pour faire de tel affirmations ? Nous avons eu à relever d'énormes défit dans la dernière décennie: Une fusion des municipalités qui amène son lot d'ajustements, la fermeture de la Gaspésia et l'échec de sa modernisation et la saga de sa démolition. Malgré tout, nous sommes toujours bien vivant. Nous avons de nombreux commerces qui font de bonnes affaires, notre CSSS qui reçoit des félicitations pour sa gestion et ses services, une polyvalente très bien cotée, une salle des spectacle toute neuve, une maison des arts, une piscine intérieur qui donne des services autant aux ainées qu'au plus jeunes avec des instructeurs qui font notre fierté. L'aréna la plus belle en Gaspésie, des terrains de tennis, de soccer, un 18 trous de golf, une zec , des organismes communautaires efficaces, et je pourrais encore allonger la liste. Et tout ça , mon cher Conrad , notre conseil municipal réussit à le faire en présentant un budget municipal excédentaire. Si tu n'habite pas Chandler, enlève la poutre de ton œil avant de t'en prendre à la paille dans le notre, et si tu y habite, essaye donc de travailler à notre réussite collective au lieu d'être un boulet négatif pour ta communauté. jasl

conrad a écrit le 19 septembre 2013

M.thibodeau juste pour comprendre qui vous etes ? venez vous de chandler ? êtes vous vraiment au courant de ce qui se passe a chandler ? en coulisse je parle ? je ne suis pas un admirateur de M.Berger et vraiment pas non plus de Mme Langlois ..mais vous devriez savoir vraiment se qui se passe dans notre belle ville de corrompu ....vous sauriez que M.Berger n'est pas mieux que tout le reste du conseil .....un bon ménage s'impose et peut être pas pourquoi être mis sous tutel !!!!!

conrad a écrit le 19 septembre 2013

M.thibodeau juste pour comprendre qui vous etes ? venez vous de chandler ? êtes vous vraiment au courant de ce qui se passe a chandler ? en coulisse je parle ? je ne suis pas un admirateur de M.Berger et vraiment pas non plus de Mme Langlois ..mais vous devriez savoir vraiment se qui se passe dans notre belle ville de corrompu ....vous sauriez que M.Berger n'est pas mieux que tout le reste du conseil .....un bon ménage s'impose et peut être pas pourquoi être mis sous tutel !!!!!

Gilles Thibodeau a écrit le 17 septembre 2013

Bonsoir . Entente à l'amiable qui se termine dans la controverse . assez contradictoire n'est-ce pas ? Hier soir M.Berger s'est conduit comme un voyou , il a été irrespectueux envers l'assemblée ( Citoyens conseil élu ) pour tant M. Berger connaît très bien les rudiments d'une assemblée , étant lui- même un président d'un conseil d'administration . Il savait très qu'après lecture et adoption de l'ordre du jour ,il doit s'y conformer , mais M. Berger a choisi d'invectiver la présidente de l'assemblée ( La Mairesse) et ainsi nuire à la quiétude des personnes présentes. Maintenant que les élus ont mis un point final à ce dossier en présentant les faits et en expliquant le contenu de la quittance il ne reste qu'a M. Berger de nous expliquer pourquoi il a poursuivi la ville , ce qui a pour effet de coûter aux contribuables un somme de 40000$ et pourquoi a- t-il lancé la serviette dans ce dossier , pourquoi tout à coup lui et son procureur ont abandonné et accepté moins , ça c'est un point que M. Berger doit éclaircir.(Une mention de mise à pied pour incapacité de répondre aux exigences de l'emploi.) Ceci en remplacement de la mention congédiement , donc c'est cela qui a coûté 40000$ aux contribuables , moi je trouve cela odieux de la part d'un employé qui a toujours reçu un traitement équitable de la part de ses concitoyens contribuables.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.