Politique, Développement économique et exportation

Actions dans Orbite: des élus critiqués

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Allen Cormier (à gauche) et Judes Landry (au centre) persistent et signent.

Allen Cormier (à gauche) et Judes Landry (au centre) persistent et signent. Photo : Johanne Fournier

PERCÉ - Les élus détenant des actions dans Orbite Aluminae devraient retirer leurs billes de l'entreprise pour des raisons morales, selon un expert.

Le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, et le maire de Cap-Chat, Judes Landry, détiennent des actions en bourse de la firme de transformation d'alumine argileuse, comme le rapportait récemment GRAFFICI.CA. Les élus en question avaient alors indiqué être à l'aise avec cette situation et qu'ils ne se sentaient pas en conflit d'intérêts.

Le professeur en Sciences de la gestion à l'Université du Québec à Rimouski, Michel Fortier, estime que même si tout cela est légal, comme nous l'a aussi confirmé le ministère des Affaires municipales, il n'en demeure pas moins, dit-il, que les élus se mettent dans une situation « délicate ».
L’expert juge que ces derniers perdent une certaine indépendance face à l'entreprise en détenant des actions. « Par définition, quand on a un intérêt financier dans une compagnie, on se trouve à être partie prenante de cette organisation. On perd la liberté qu'on avait de ne pas avoir d'attaches avec l'entreprise afin de prendre des décisions qui soient dégagées. »

Michel Fortier croit qu’il vaudrait mieux pour eux de se départir de leurs intérêts financiers. « Je ne trouve pas que c'est l'idée du siècle d'être un investisseur dans une entreprise [pour un élu], ce qui risque de faire croire à la population qu'on ne prend pas des décisions avisées. Là est la question au fond. »

Réactions

Allen Cormier et Judes Landry rejettent les critiques formulées par le professeur Fortier. Les deux élus persistent et signent.

Allen Cormier rappelle faire ses déclarations d'intérêts pécuniaires de manière rigoureuse qui peuvent être « consultées » et qu'en aucun temps ses actions lui ont empêché d'être critique envers l'entreprise.
Il en veut pour preuve un événement qui a eu lieu l'automne dernier. « Ce n'est pas parce que je suis un actionnaire d'Orbite que j'endosse tout ce que la compagnie dit ou fait. À preuve, lors d'une manifestation organisée à Cap-Chat pour que les gens de l'endroit puissent être embauchés, je suis directement intervenu auprès de l'entreprise pour défendre les travailleurs ».

 Judes Landry, rappelle ce qu'il a déjà déclaré à GRAFFICI.CA à savoir qu'il est un actionnaire de la Caisse populaire, ce qui ne lui empêche de traiter avec l'entreprise à titre d'élu. Est-ce qu'on demande aux élus d'être plus catholique que le pape? « C'est à peu près ça, monsieur », répond le maire, visiblement irrité par toute cette histoire.

20 commentaires

L. D'Alesio a écrit le 27 septembre 2013

Video français d'Antoine Frérot de VEOLIA (PDG), 20 sept 2013, où il parle entre-autres à la fin des boues rouges: [08:50] ... http://www.boursorama.com/actualites/la-strategie-de-transformation-de-veolia-antoine-frerot-dans-integrale-bourse-d43a58de1284161c8577bcb4bb49d027 ... et ... [2] Orbite Aluminae http://www.robert-schuman.eu/fr/questions-d-europe/0288-le-role-des-services-a-l-environnement-dans-la-transition-ecologique-en-europe.

Dany Brown a écrit le 27 septembre 2013

Quoi il y a trop d'entreprises dans votre secteur pour vous permettre d'écoeurer un entrepreneur parce qu'il a des commerces, qu'il investit dans les entreprises de votre patelin? C'est vrai qu'en tant que Québécois faire de l'argent est douteux. Il y a des élections le 3 novembre, vous avez jusqu’au 4 octobre pour poser votre candidature et remplacer ceux que vous soupçonnez de conflit d’intérêt. Votre économie est tellement forte, le monsieur serait peut-être mieux de faire travailler des Chinois ou des étrangers, acheté ses matériaux ailleurs, pour que votre bourgade devienne comme Murdochville une Ville fantôme ou les maisons valent plus rien et qu'il faut que les payeurs de taxes subventionnent la station d'essence. On chiale et on quémande la vache à lait (tarit) du gouvernement pour obtenir des entreprises, elle est même pas en opération qu'on est suspicieux au lieu de mettre l'épaule à la roue. Si vos élus posent des gestes qui sont illégaux appelé l'UPAC, faites vous élire, sinon continuer à aller prendre votre café dans le tit restaurant du coin, avec vos chums, en vous demandant s'il fait beau ou s'il pleut à matin. Et continuez à acheté des parts sociales de Desjardins, c'est pas risqué çà!

L. D'Alesio a écrit le 27 septembre 2013

Orbite Aluminae a été nominés par les industriels du marché de l'aluminium et ensuite sélectionnés par un Jury qui contenait Rusal, Rio Tinto et aures. "The awards, judged by Metal Bulletin’s panel of industry experts, recognise companies and people across the following categories: aluminium smelting company of the year; aluminium mill or fabricator of the year; aluminium’s rising star of the year for both people and companies; industry ambassador of the year; excellence in operational management for smelters and mills; the best brownfield or greenfield technology; and environmental responsibility." ... "Rising Star of the Year (Company): Orbite Aluminae Inc Until recently, research efforts to get rid of red mud – the highly caustic and corrosive bauxite residue – have been focused on trying to find possible commercial uses for the waste. That research produced few results. In the early 2000s, Orbite Aluminae Inc., a small Montreal, Quebec, Canada-based company, decided to move away from that pattern and, instead, focus its R&D on finding a new way to make aluminium by solving the problem at the source. After many years of research and development, the company finally developed, tested and demonstrated its technology to prove to the world that it is possible to produce high-quality aluminium without the enormous pollution caused by red mud. In June 2011, the first aluminium ingot made from the company’s metallurgical-grade alumina was produced at the SINTEF laboratory, in Norway. In June 2012, Orbite Aluminae successfully produced its first commercial samples of high-purity alumina, confirming and validating the new ecological alumina production process." ... Winners of Metal Bulletin's awards for aluminium excellence 2013 ... http://www.metalbulletin.com/Article/3256866/Winners-of-Metal-Bulletins-awards-for-aluminium-excellence-2013.html?eventlogin=Login&login=1&actionname=login%3barrivedwithleadsource&eid=E017%3bE001&mc_id=Paywall&mc_ev=click.

L. D'Alesio a écrit le 27 septembre 2013

Excusez-moi M. Bilbo Cyr et non M. Bibo Cyr.

L. D'Alesio a écrit le 27 septembre 2013

@ M. Bibo Cyr ... pour réitérer mon post précédent ... "M. Landry a révélé qu'il est un actionnaire d'Orbite et possède des entreprises utilisées par Gastier et/ou d'Orbite. À mon avis tant que M. Landry ne participe à aucune décision concernant Orbite lors de réunions municipales, il ne devrait être aucun conflit d'intérêts." Il y a d'examen public par les médias, AMF, TSX etc. Nous verrons à l'avenir si Orbite Aluminae est soumis à un BAPE.

L. D'Alesio a écrit le 27 septembre 2013

@ M. Bibo Cyr ... pour réitérer mon post précédent ... "M. Landry a révélé qu'il est un actionnaire d'Orbite et possède des entreprises utilisées par Gastier et/ou d'Orbite. À mon avis tant que M. Landry ne participe à aucune décision concernant Orbite lors de réunions municipales, il ne devrait être aucun conflit d'intérêts." Il y a d'examen public par les médias, AMF, TSX etc. Nous verrons à l'avenir si Orbite Aluminae est soumis à un BAPE.

Gaston Langlais a écrit le 27 septembre 2013

Bonjour à nouveau, @ M. Albert Picard. Ça fait longtemps que je fais cuire du bacon sans salir ma chemise et sans me brûler la bedaine. Un investisseur de 1 000$ dans une entreprise n'a pas la même "qualité" que celui qui investit 1 000 000$. Celui qui investit 1 000 000$ parle mille fois plus fort que le premier. L'importance relative ne semble pas faire partie de vos pensées. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 27 septembre 2013

Le livre que vous lisez, m. Langlais, est-ce L'ART DE SE FAIRE CUIRE DANS UNE POÊLE UN PAQUET DE BACON EN BÉDAINE SANS SE BRÛLER ? Dedans on y décrit la différence entre s'impliquer pour le développement harmonieux de sa région et investir dans une compagnie, entre "s'impliquer" et "investir".

Gaston Langlais a écrit le 27 septembre 2013

Bonjour, @ M. Bilbo Cyr. Vous avez la position, le discours, l'écrit, l'approche enfin tout pour que la société gaspésienne demeure dans un état végétatif, sinon de quêteuse chronique. Il va falloir que les agents de développement, si jamais il en existe encore quelques uns, vous passent sous silence. Gaston Langlais - Gaspé.

Bilbo Cyr a écrit le 27 septembre 2013

Tout de même, personne ne va cracher dans sa propre poche. Les élus ont un devoir de réserve, surtout dans le cas d'une entreprise qui n'est pas soumise au BAPE, ni à aucune forme de révision publique. Le rôle d'un élu est de défendre l'intérêt des citoyens. S'il est en position de défendre les siens en premier, et qu'on suspecte qu'il le fasse, ça s'apparente à un conflit d'intérêt.

Gaston Langlais a écrit le 27 septembre 2013

Bonjour, La MRC Haute-Gaspésie est la plus dépourvue de tout le territoire de la Gaspésie et du Bas-St-Laurent. Que des élus s'impliquent dans l'une des trop rares industries pouvant voir le jour et réussir là-bas est une excellente chose. De plus, ces élus ne détiennent aucunement le contrôle de l'entreprise Orbite ce qui fait une énorme différence. Même si les municipalités concernées louaient à bas prix quelques cabanes pour stimuler le développement de leur secteur, ce n'est que très bien. Les théoriciens universitaires me font bien rire lorsqu'ils fouillent dans leurs gros livres écrits à Los Angeles à New-York ou à Londres pour se prononcer sur une situation à Rivière à Claude ou à l'Anse aux Canards. Il vaut mieux pour eux, pour leur propre confort de demeurer à l'écart, sur le "payroll" de leur institution, qu'aller s'investir ailleurs. Gaston Langlais - Gaspé.

Greg Georges a écrit le 27 septembre 2013

Très bon point madame Lajoie, je suis exactement du même avis que vous

aimée-rose lajoie a écrit le 26 septembre 2013

je ne vois pas les choses vraiment comme certains,si Mrs.Cormier et Landry sont actionnaires chez Orbite d'après moi ils ont encore plus d'intérêt a ce que ça marche l'entreprise,en lisant certains commentaires plus aucun élu ne va avoir le droit de miser ou il veut on s'en va où avec de pareil mentalité.

L. D'Alesio a écrit le 26 septembre 2013

@ JF Samuel ... Des élus détenant des actions d'Orbite ne se considèrent pas en conflit d'intérêts. ... http://www.graffici.ca/nouvelles/des-elus-detenant-des-actions-orbite-2312/ ... "Le maire loue également à Gastier un bâtiment situé à Cap-Chat et dont il est propriétaire. Gastier est l'entrepreneur qui a réalisé la construction de la nouvelle usine d'Orbite à Cap-Chat. M. Landry admet également que tant Gastier qu'Orbite achètent des matériaux de construction et de la marchandise diverse à la quincaillerie BMR de Cap-Chat, dont il est aussi le propriétaire. M. Landry n'y voit aucun problème, ni même apparence de conflit d'intérêts." ... M. Landry a révélé qu'il est un actionnaire d'Orbite et possède des entreprises utilisées par Gastier et/ou d'Orbite. À mon avis tant que M. Landry ne participe à aucune décision concernant Orbite lors de réunions municipales, il ne devrait être aucun conflit d'intérêts.

JF Samuel a écrit le 26 septembre 2013

@D'alesio On ne parle pas du Capital Régional et Coopératif Desjardins (CRCD) ici , il dit qu'il est actionnaire de la caisse populaire ce qui n'est pas la même chose. Lorsque tu es membre de la caisse tu as une part sociale et un droit de vote contrairement à une société cotée en bourse ou le nombre d'action ordinaire détenue te donne le droit a un vote à l'assemblée @Greg Georges Ça dépasse le seul fait d'être actionnaire car m. Landry à titre d'entrepreneur local dans plusieurs cies brasse des affaires avec Orbite d'où le questionnement.

L. D'Alesio a écrit le 26 septembre 2013

"WOW! Honnêtement, est-ce qu'on est rendu qu'un élu n'a pas le droit d'investir dans une compagnie privée?" Pour information seulement, Orbite est une entreprise publique cotée à la bourse de Toronto (une société par actions) et non une compagnie privée.

L. D'Alesio a écrit le 26 septembre 2013

"WOW! Honnêtement, est-ce qu'on est rendu qu'un élu n'a pas le droit d'investir dans une compagnie privée?" Pour information seulement, Orbite est une entreprise publique cotée à la bourse de Toronto (une société par actions) et non une compagnie privée.

L. D'Alesio a écrit le 26 septembre 2013

Jeudi le 26 septembre 2013 13:54 "J'aimerais savoir comment m. Landry fait pour être actionnaire d'une coopérative?" Peut-être M. Landry détiens des actions Capital Régional et Coopératif Desjardins (CRCD).

Greg Georges a écrit le 26 septembre 2013

WOW! Honnêtement, est-ce qu'on est rendu qu'un élu n'a pas le droit d'investir dans une compagnie privée? OK, donc on va aussi bloquer l'accès d'inverstir sur la bourse en même temps? Hmmm, peut-être aussi on devrait les bloquer de conduire des véhicules car cela cause de la pollution atmosphèrique. Voyons donc! Si on continue comme ça, il n'y en aura plus d'élus, trop de contraintes. Au Québec, on fait tout pour assurer qu'on n'avance pas, ouf que le futur n'est pas rose...

Jean-Francois Samuel a écrit le 26 septembre 2013

J'aimerais savoir comment m. Landry fait pour être actionnaire d'une coopérative? Son choix de comparaison est dans le très boiteux.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.