L’accès à une sage-femme réclamé dans Côte-de-Gaspé

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Nadie Cyr, mère d’Ariane, neuf mois, estime que l’accès à une sage-femme doit faire partie des choix offerts aux femmes de la Côte-de-Gaspé.  Crédit photo : Geneviève Gélinas

Nadie Cyr, mère d’Ariane, neuf mois, estime que l’accès à une sage-femme doit faire partie des choix offerts aux femmes de la Côte-de-Gaspé. Crédit photo : Geneviève Gélinas Photo : Geneviève Gélinas

Un groupe de femmes demande l’accès aux services d’une sage-femme pour les familles qui le désirent dans la MRC Côte-de-Gaspé.

Mia Larochelle, l’une des membres d’Accès Sages-femmes Côte-de-Gaspé, a accouché de sa fille avec l’aide d’une sage-femme à la maison de naissance de Saint-Romuald, près de Québec. «Ça a fait toute la différence, juge-t-elle. La sage-femme a passé énormément de temps avec moi et un lien de confiance s’est créé.»

Mme Larochelle, qui a déménagé à Gaspé depuis, souhaite pouvoir être suivie à nouveau par une sage-femme dans l’avenir, et accoucher à la maison. «En étant dans tes affaires, dans l’intimité, tu as plus de chances de te sentir en confiance», estime-t-elle.

«Avoir le choix»

Nadie Cyr, mère de quatre enfants nés à l’hôpital, fait aussi partie du groupe Accès Sages-femmes. «Je ne milite pas parce que les services actuels ne sont pas adéquats, précise-t-elle, mais parce que je pense que les femmes doivent avoir le choix.»

«Si on croit à humaniser et personnaliser l’accouchement, ajoute Mme Cyr, le recours à une sage-femme va dans ce sens.»

Mme Larochelle juge que la population répond bien jusqu’ici à la demande du groupe, même si elle doit défaire certains mythes, dont celui de la «vieille sorcière». «On se fait dire : Aah! Ça existe encore, des sages-femmes!». Au Québec, il faut suivre une formation universitaire de quatre ans pour devenir sage-femme, rappelle Mme Larochelle.

Accès Sages-femmes demande à la population d’aller signer la pétition en ligne ou les copies déposées dans les commerces et organismes de la région. Les signatures seront présentées au Centre de santé et de services sociaux Côte-de-Gaspé.

Le groupe invite aussi les Gaspésiens à la projection du documentaire Le premier cri, le 16 février à 19 h au Café Chez Oscar du Cégep, à Gaspé. Le film sera suivi de témoignages et de discussions.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.