Affaires policières et juridiques

Absolution de Sylvain Nadeau : la Couronne va en appel

Par ,
Palais de justice de Percé

Palais de justice de Percé

L’absolution inconditionnelle accordée à l’ancien agent de relation humaine à la polyvalente de Chandler, Sylvain Nadeau, qui a admis avoir eu des contacts sexuels avec une mineure, sera examinée par la Cour d’appel.

Le ministère a déposé hier une requête pour permission d’en appeler de cette décision du 25 septembre rendue par le juge Jacques J. Lévesque. Sept motifs sont invoqués dans la contestation de la sentence. 

La Couronne estime notamment que le magistrat de première instance a commis une erreur de principe en refusant le dépôt en preuve de l’enregistrement d’une conversation par écoute électronique de Nadeau, alors que la victime faisait référence à de nombreuses relations sexuelles.

Le juge aurait également conclu que le témoignage de l’accusé concordait, dans l’ensemble, avec la déclaration donnée aux policiers, alors que la Couronne affirme plutôt que la version de Nadeau est loin d’être claire.

La Couronne demande donc à la Cour d’appel d’accueillir sa requête, de tenir une nouvelle audition sur la peine et d’autoriser la production de l’enregistrement entre la victime et Sylvain Nadeau du 6 juillet 2010.        

Rappelons qu’en 1992, l’individu de 46 ans assurait un suivi auprès de la victime étudiante dans l’institution scolaire. 

Sylvain Nadeau qui occupe un poste de cadre auprès de l’équipe jeunesse et en santé mental au CLSC de Chandler, n’avait pas été suspendu durant les procédures qui ont duré presque deux ans. Le conseil d’administration a finalement procédé quelques jours avant le plaidoyer de culpabilité de Nadeau.

À lire aussi

Agression sexuelle : Sylvain Nadeau reçoit l’absolution inconditionnelle

Agression sexuelle : un agent de relation humaine plaide coupable      

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.