60 000 $ de Pétrolia pour des émissions «d’information»

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
François Labonté (à gauche) , réalisateur, et Igor Urban (à droite), producteur, refusent de parler de publireportage concernant la série payée et approuvée par Pétrolia.

François Labonté (à gauche) , réalisateur, et Igor Urban (à droite), producteur, refusent de parler de publireportage concernant la série payée et approuvée par Pétrolia. Photo : Geneviève Gélinas

Pétrolia et son partenaire Québénergie financent au coût de 60 000 $ une série d’émissions sur le pétrole, produite par la télévision communautaire de Gaspé. Les artisans de la série diffusée sur le Web refusent toutefois de la qualifier de publireportage.

La série comptera neuf ou dix épisodes de 25 à 30 minutes chacun. «Pétrole : de l’exploration à la production» évoque notamment les techniques de forage, les levés sismiques et le bail de production. Des représentants de Pétrolia y parlent de la création de l’entreprise, et de leurs espoirs pour les projets Haldimand (à Gaspé) et Bourque (près de Murdochville).

«Aucun documentaire en français n’existe sur l’exploration pétrolière. Notre but était d’informer, mais aussi de dire qui nous sommes», a indiqué par courriel la vice-présidente de Pétrolia, Isabelle Proulx, absente lors du lancement.

Le dernier mot à Pétrolia

Aucun journaliste n’était présent dans l’équipe de tournage de Télé-Gaspé. Pétrolia avait le dernier mot sur le contenu.

Pourtant, Télé-Gaspé persiste à parler d’émissions «d’information», et non de publireportage. Selon Igor Urban, directeur général de Télé-Gaspé, «on ne montre pas une goutte de pétrole qui fait pousser un arbre, mais des faits réels, par des géologues et des géochimistes, pour permettre à la population de se bâtir un jugement.»

Les géologues et les géochimistes en question sont des employés de Pétrolia. Les derniers épisodes expliqueront les recherches menées par l’Institut national de recherche scientifique et l’Université du Québec à Chicoutimi, deux projets financés par Pétrolia.

On entendra également les questions posées par des citoyens inquiets lors d’une assemblée publique et des extraits d’entrevue avec le maire de Gaspé.

Rien sur l’acidification

Même si Pétrolia affirme qu’elle n’utilisera pas la fracturation, il y aura une émission sur le sujet. «Isabelle [Proulx] tenait à faire une émission sur la fracturation, pour montrer la différence entre fracturer dans le schiste ou fracturer dans le grès [comme en Gaspésie]», explique François Labonté, le réalisateur de la série.

Toutefois, la série ne glisse pas un mot des travaux d’acidification réalisés en 2010 à Haldimand et à Tar Point (Douglastown). M. Labonté admet qu’il ne sait pas de quoi il s’agit. Pétrolia a injecté des milliers de litres d’acide chlorhydrique additionné de produits chimiques dans ses puits pour stimuler la production de pétrole.

4 commentaires

Albert Picard a écrit le 28 avril 2012

Je vois déjà un épisode de la série qui pourrait s'intituler : le petrole et la logique économique. Synopsis : Le gouvernement libéral donne le pétrole et le gas à PETROLIA (on sait à l'avance qui va payer pour les dommages environnementaux). Puis le gouvernement libéral donne 10M$ à PETROLIA en échange d'actions. PETROLIA fera beaucoup de profits et les actionnaires en feront un peu sous la forme d'un dividende ou de la vente de leurs actions qui vaudront plus chères. Durée : 25 minutes. Comme la série se veut objective, ce sera à chacun de tirer sa propre conclusion. La mienne c'est que je trouve qu'il y a quelque chose qui cloche. Avez vous déjà essayer d'attraper par le queue un boa géant qui s'enfonce dans la jungle épaisse? J'ai hâte de voir la petite vue de Petrolia sur ce sujet à la télé.

Bilbo a écrit le 26 avril 2012

Madame Proulx disait, il n'y a pas si longtemps que le Graffici était un journal de propagande parce qu'il questionnait et mettait en image et en perspective l'exploitation pétrolière. Les vidéos, eux, seront de l"'information" pure. Merci pour les guillemets Geneviève. La compagnie semble avoir fracturé le parti Sidéral, mais on nous dit que ce n'était que de l'injectivité. On nous fo*re pas encore. C'est juste les préliminaires, par en dessous, par en arrière. Le gouvernement est actionnaire minoritaire, après avoir concédé la ressource pour des écales de peanuts. On va nous faire croire qu'il va surveiller et réguler objectivement après ça. Quand viendra le temps d'accorder des permis, qui pourra encore servir de garde-fous? On envoie le renard compter les poules, et pendant que le parti Libéral subventionne les berceuses, on dort au gaz.

Tom Eden a écrit le 26 avril 2012

Il faut admettre, que l'on soit pour ou contre l'exploitation pétrolière, que c'est quand même habile comme stratégie de la part de Pétrolia d'injecter $60 000.00 dans la production de cette série par le biais d'une télé communautaire. Ils ont une série de vidéos corporatifs d'environ 5 heures à rabais, une diffusion directe au marché qu'ils veulent influencer, et, coup de maître, ils peuvent contrôler le message et le contenu. Tout ceci sans parler des avantages fiscaux pour Pétrolia pour la production de cette série. Habile...

moi a écrit le 26 avril 2012

esce qui vont nous raconter dans le reportage comment y'ont reussi a infiltrer les liberaux pour en venir a se faire ''donner'' (ou plutot.. nous vollez) .. une ressource public que 3 decenni de travail ardu de politicien non corrompu avais reussi a nous acheter??? esce qui vont nous racontez que se qu'ils ont payez 10 cenne l'hectare.. vaux entre 3000 milliard de dollar et 4000 milliard de dollard??? esce qu'ils vont nous racontez a qui notre richesse profitera?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.