Santé, services sociaux et communautaire

6 cas de grippe répertoriés en Gaspésie

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La Dre Ariane Courville dénombre 6 cas de grippe recensés par la Direction de la santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine jusqu'à maintenant.

La Dre Ariane Courville dénombre 6 cas de grippe recensés par la Direction de la santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine jusqu'à maintenant. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – La Direction de la santé publique Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (DSPGÎM) rapporte six cas de grippe jusqu'à maintenant dans la région.

 

Mais la directrice par intérim de la DSPGÎM, la Dre Ariane Courville, ne veut pas s'avancer sur des cas de H1N1 : « Il y a six cas de grippe diagnostiqués. On ne saura pas si c'est du H1N1 dans la région. Ce n'est pas demandé systématiquement. Certains laboratoires, qui sont comme des laboratoires sentinelles, font des tests plus poussés. Mais on n'a pas ces résultats-là dans notre région », dit la Dre Courville.

Elle estime que la situation en Gaspésie est possiblement la même que dans les autres régions du Québec pour indiquer qu'il pourrait s'agir probablement de la H1N1.

« Pour nous, ça ne change pas grand-chose parce que la H1N1 se comporte comme la grippe saisonnière habituelle », précise-t-elle.

« Ce n'est pas une saison qui se démarque jusqu'à maintenant. On constate qu'il y a une augmentation de demandes de tests dans les urgences. Il y a plus de gens qui se présentent avec des symptômes de grippe », souligne Mme Courville.

Des données qui ne sont pas complètes

La directrice par intérim de la santé publique indique qu'il faut prendre ces données « avec des pincettes ».

« On n'a pas un portrait global de la situation en Gaspésie parce que beaucoup de gens qui ont la grippe restent chez eux et ils ne vont pas consulter. Et ceux qui consultent ne se voient pas offrir un test de dépistage », ajoute la Dre Courville.

La région n'a pas encore atteint la période de pointe de la grippe.

« Pour le provincial, on devrait voir le “pic” arriver d'ici la fin janvier. Pour notre région, comme on n'a pas beaucoup de cas déclarés : soit que le “'pic”' ne sera pas très fort ou il est un peu plus tardif », indique la Dre Courville.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.