5458 signatures contre la fracturation hydraulique

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Selon le groupe Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé, le principe de précaution commande un moratoire sur la fracturation, tant dans le pétrole que dans le gaz de schiste.

Selon le groupe Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé, le principe de précaution commande un moratoire sur la fracturation, tant dans le pétrole que dans le gaz de schiste. Photo : Gracieuseté - Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé

Des Gaspésiens étaient à l’Assemblée nationale jeudi pour assister au dépôt d’une pétition de 5458 signatures contre la fracturation hydraulique.

Les signataires demandent au gouvernement du Québec de décréter un moratoire sur la fracturation au Québec, parce qu’ils craignent une contamination de la nappe phréatique.

Laurent Juneau et Gérard Ouellet, d’Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé, ont rencontré la députée péquiste Martine Ouellet, qui a présenté la pétition au nom du groupe.

La pétition était sur le site de l’Assemblée nationale depuis trois mois. « [5458 signatures], c’est symbolique, mais ça fait parler des dangers de la fracturation et ça ramène le sujet dans l’actualité», estime M. Juneau.

«Irrité»
 
Par ailleurs, en début de semaine, Pétrolia a annoncé qu’Investissement Québec, le bras investisseur du gouvernement, acquière 10 millions de dollars en capital-actions dans la compagnie. «Ça nous irrite, affirme M. Juneau. Le gouvernement va gérer les règles et être actionnaire. Quand on va lui demander un permis, il va être mal placé pour refuser.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.