Démographie

3,9 M $ pour accroître la population gaspésienne

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
L’équipe de coordination de la stratégie est composée de Maryève Charland-Lallier, Danik O’Connor et Julie Ruest.

L’équipe de coordination de la stratégie est composée de Maryève Charland-Lallier, Danik O’Connor et Julie Ruest. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – La région souhaite non seulement stabiliser sa population, mais l’accroître. Elle y consacrera 3,9 millions de dollars dans les quatre prochaines années.

La Stratégie d’établissement durable des personnes en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine a été présentée lundi à Gaspé.

Les efforts des dernières années se sont concentrés sur les jeunes et les immigrants. Dorénavant, toutes les strates d’âge seront courtisées. Une stratégie nécessaire, jugent ses promoteurs, puisque la région a beau avoir stoppé sa décroissance démographique, elle vieillit plus rapidement qu’ailleurs et manque déjà de main-d’œuvre.

« Il faut passer le cap du neutre et aller vers une augmentation, mais c’est difficile à chiffrer parce que certaines choses ne dépendent pas de nous », indique le directeur général  de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM), Gilbert Scantland.

La stratégie ne contient rien de radicalement nouveau, avoue M. Scantland, mais elle permettra « d’intensifier les actions qui ont eu des effets positifs ».

Valoriser, attirer et intégrer

La stratégie vise à présenter une image positive de la région, notamment en faisant connaître les possibilités d’emploi. Les migrants potentiels seront attirés grâce à des ambassadeurs de la région, à une offre de stages et à un programme d’aide financière pour des entrevues d’embauche.

Quant aux employeurs, ils seront accompagnés dans leurs missions de recrutement. On leur offrira aussi de la formation sur les moyens de retenir leur main-d’œuvre et on les soutiendra dans l’intégration des immigrants à leur emploi.

Actions qui convergent

La dépense annuelle (environ un million par an) liée à la stratégie correspond grosso modo aux montants consacrés ces dernières années par la Commission Jeunesse et la CRÉGÎM pour attirer les jeunes et les immigrants. Toutefois, la stratégie fera converger les actions, indique M. Scantland. « Dans un salon pour l’emploi, on n’ira pas à 20, on ira à un seul », illustre-t-il.

S’ajoute un montant d’un million de dollars sur quatre ans qui sera investi par le Cégep de la Gaspésie et des Îles, notamment pour offrir des bourses d’études collégiales.

Tout le financement vient de façon directe ou indirecte du gouvernement provincial

21 commentaires

Maxime Huot a écrit le 28 novembre 2013

La précarité d'emploi est une chose bien connue des 25-34 ans, pas seulement en Gaspésie. Non, ce n'est pas facile pour une nouvelle famille de s'intégrer au marché du travail. Oui, il faut accepter des contrats ou des emplois à temps partiel, lorsque nous n'avons pas la chance d'obtenir un poste permanent. Le temps où on venait vous offrir sur les bancs d'école un emploi à temps plein, stable et pour les 35 prochaines années est révolu. Voici selon moi ce qu'il convient de nommer une chose insensée: demander de 3 à 5 années d'expérience pour une offre d'emploi dans un domaine demandant des qualifications et espérer qu'un nouveau diplômé puisse réellement obtenir le poste.

Maxime Huot a écrit le 28 novembre 2013

La précarité d'emploi est une chose bien connue des 25-34 ans, pas seulement en Gaspésie. Non, ce n'est pas facile pour une nouvelle famille de s'intégrer au marché du travail. Oui, il faut accepter des contrats ou des emplois à temps partiel, lorsque nous n'avons pas la chance d'obtenir un poste permanent. Le temps où on venait vous offrir sur les bancs d'école un emploi à temps plein, stable et pour les 35 prochaines années est révolu. Voici selon moi ce qu'il convient de nommer une chose insensée: demander de 3 à 5 années d'expérience pour une offre d'emploi dans un domaine demandant des qualifications et espérer qu'un nouveau diplômé puisse réellement obtenir le poste.

Dany Brown a écrit le 28 novembre 2013

Finalement je constate qu'il y a deux guichets "uniques" pour les chercheurs d'emploi. Le portail du CREGIM et celui du CLE, aujourd'hui sur le site du CLE quinze offres, dont plusieurs Combined, et des sondages dans les épiceries, quelques postes d'enseignants, sur appel ou pour 5 à 6 mois, pas de quoi peupler la Gaspésie et finalement celui du CREGIM ou il semble y avoir BEAUCOUP de belles offres, Question: Pourquoi pas fusionner les deux patentes administratives?. Un vrai guichet unique! Au Québec on a tendance à multiplier les guichets "UNIQUES" elles sont là les belles jobs à temps plein!

Gaston Langlais a écrit le 28 novembre 2013

Bonjour, @ M. Dany Brown. Merci M. Brown de dégonfler un peu la baloune des emplois en Gaspésie pour la ramener à une taille plus normale. Comme si c'était la fin du monde d'offrir à un professeur d'enseigner 3 ou 6 heures par semaine pour une session. Ça prend du monde qui marche sur terre pour aider au développement de notre région. Gaston Langlais - Gaspé.

Jean-François Tapp a écrit le 27 novembre 2013

La nouvelle page d'emplois du Graffici (belle initiative en passant) fait mention de 253 postes affichés en Gaspésie cette semaine... Tout individu qui est minimalement au courant et intéressé par le marché de l'emploi au Québec sait que cette pointe du Iceberg affichée cache 80% d'emplois dit «cachés»! Évidemment, il y a des emplois temporaires et quelques saisonniers et tous et tous...mais n'allez pas penser que les emplois dans la région de Québec sont tous des emplois de bacheliers! On cherche des plongeurs-bossboys dans les villes aussi, c’est une tendance nationale…la pénurie de main-d’oeuvre touche toutes les régions!! Et évidemment, il y a des diplômés qui ne travaillent pas dans leur domaine en Gaspésie...mais ne vous faites pas d'histoires...je ne connais pas d'infirmière convertie en serveuse dans un resto ou un ingénieur chauffeur de taxi en Gaspésie.... Finalement, vous conviendrez qu'une job de 10 mois pour un remplacement de congé de maternité est une maudite bonne nouvelle pour la région qu'on n’avait pas il y a dix ans! 1- une naissance... 2- une opportunité de tremplin pour un retour en région d'un jeune diplômé... Continuons de rêver et d'agir...c'est comme ça qu'on a mis fin à une saignée démographique de plus de 25 ans en Gaspésie! Il me semble que d'y être parvenu près de 10 ans d'affilé...c'est une bonne raison d'en espérer 10 nouvelles!

Dany Brown a écrit le 27 novembre 2013

Cher Maryeve, C'est vrai qu'il y a des emplois sur votre site, mais lisez jusqu'à la fin les conditions: remplaçant 7 mois, ou travail 20 hres semaine, temporaire, sur appel, en fait la plupart de ces postes sont pour combler des listes de remplacement pour quelques semaines ou encore sur appel. tout ce qui est public et parapublic ont leur personnel permanent mais emplisse des listes de candidats pour des congés maternités, maladie, vacances etc.... je suis employeur et je puis constater combien nombre de jeunes ne travaillent pas dans les secteurs de leur formation. Et aussi vous pouvez consulter le site de Emploi Québec, vous serez en mesure de constater que le carnet d'affichage est mince et la plupart des emplois ne permettent pas à un jeune couple de former une famille. Et maintenant comparer avec la région de Québec avec un taux de chômage à 4.5% ou les emplois foisonnent majoritairement à temps complet avec de bons salaires. Le public et le parapublic sont constamment en compression afin de garder la multitude de cadres, d'agences et de patentes administratives.

Gaston Langlais a écrit le 27 novembre 2013

Bonsoir, Des emplois saisonniers, occasionnels, temporaires il y en a quelques uns. Il y a des gens qualifiés qui préfèrent travailler à plein temps. Ils doivent obligatoirement regarder ailleurs. Il n'y a pas de faute à prêcher pour sa paroisse. Gaston Langlais - Gaspé.

Maryève Charland-Lallier a écrit le 27 novembre 2013

Les statistiques sur les besoins de main-d'oeuvre sont souvent mentionnées, j'irai donc de l'avant avec un exercice tout simple de "listing" des postes qualifiés AFFICHÉS aujourd'hui. Pour transformer nos soi-disant "sornettes" en réalités, rien de mieux que de consulter le portail régional www.gaspesieilesdelamadeleine.ca pour avoir accès à toutes les sources d'information sur l'emploi. En attendant, voici ma source pour la liste ci-dessous : https://www.placeauxjeunes.qc.ca/emplois#!recherche%3E11-----1. Technicien en administration au Service des ressources humaines - Gaspé. Cuisinier - Havre-aux-Maisons. Enseignants (physiques) - Étang-du-Nord. Psychologue - Cap-aux-Meules. Technicien en travail social - Gaspé. Enseignants (administration) - Étang-du-Nord. Enseignant (Français) - Étang-du-Nord. Électricien de chantier naval - Gaspé. Agent de soutien administratif, Classe principale - Gaspé. Animateur à la radio - Carleton-sur-Mer. Analyste financier - Cap-aux-Meules. Agent de gestion financière - Gaspé. Rédacteur en chef - New Richmond. Coordonnateur en loisir et vie communautaire - St-François-d'Assise. Assistant dentaire - Cap-aux-Meules. Technicien en administration - Gaspé. Gestionnaire, finances et administration II - Gaspé. Cadre - Coordonnateur des activités soir-nuit-fin de semaine - Chandler. Ingénieur civil - Paspébiac. Directeur des services éducatifs aux adultes et à la Formation professionnelle - Gaspé. Programmeur mobile - Chandler. Coordonnateur de l'École de cirque - Gaspé. Éducateur spécialisé - Gaspé. Conseiller relations avec le milieu - Gaspé. Concepteur designer graphique - Sainte-Anne-des-Monts. Journaliste - Chandler. Directeur du service mécanique - Chandler. Infirmier 7/14 - Chandler. Responsable du service à la clientèle - Sainte-Anne-des-Monts. Pharmacien - Chandler. Infirmier - Chandler. Cuisinier - Percé. Agent de développement en tourisme culturel - Bonaventure. Agent d'intervention - Bonaventure. Psychologue au programme Santé mentale - Gaspé. Pharmacien - Gaspé. Enseignant en soutien informatique - Chandler. Coordonnateur des activités clinico-administratives - Gaspé. Orthophoniste - Gaspé. Technicien en électrophysiologie médicale - Gaspé. Ergothérapeute - Chandler. Responsable technicien - usine de traitement des eaux usées - Gaspé. Intégrateur en multimédia - New Richmond. Agent de planification et de programmation - Sainte-Anne-des-Monts. Psychologue - Chandler. Courtier d'assurances - Chandler. Travailleur social - Sainte-Anne-des-Monts. Spécialiste en orientation et mobilité - Sainte-Anne-des-Monts. Chef de cuisine (2 postes) - Sainte-Anne-des-Monts. Auxiliaire familial (remplacements sur tout le territoire du CSSSBC). Soudeur - New Richmond. Technicien en télécommunication - Saint-Godefroi. Infirmier (banque de candidature). Travailleur social / Agent de relations humaines (remplacement). Infirmiers - Gaspé. INFIRMIÈRES - INFIRMIERS - Chandler. Technologiste médical - Technologiste médicale - Chandler. Infirmier (2 postes) - Sainte-Anne-des-Monts. Psychologue - Sainte-Anne-des-Monts. En tant qu'agente de liaison pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, je vois des postes intéressants offerts dans notre région passer tous les jours. De même, je sais également par expérience que ce que je vois passer dans les canaux d'information connus n'est qu'une portion des besoins qu'éprouvent les employeurs de la région.

René Faulker a écrit le 27 novembre 2013

Accroître la population est certainement l'enjeu principal. Du nouveau sang, d'la jeunesse, des enfants.... Je signais récemment une collection vide-coeur intitulée : « Territoire habité.... parfois » (la collection fut exposée à SADM à la Maison de la culture en 2013, voir Garffici.ca). Par le truchement de mes tableaux j'ai fait parler l'enfant: «.... ne me dites pas que le bilan migratoire est positif. Dites-moi que mon école ne fermera pas, ou mieux que nous devrons en construire plusieurs ! » Assez simple, pas d'enfant pas d'avenir.... Pas de prise en main, pas de famille, pas d'enfant.... Il est impératif de poursuivre cette prise en main du territoire. Je crois que le temps presse. Action, action, action.... .... et, finalement, une question.... Vous avez vu beaucoup d'enfants aujourd'hui !? René Faulkner Artiste et citoyen heureux

Benoit Trépanier, Directeur GRAFFICI a écrit le 27 novembre 2013

Test

Gaston Langlais a écrit le 27 novembre 2013

Bonjour, Ce n'est pas interdit de rêver. Ça fait partie de la vie mais ce n'est pas suffisant. Une personne en état de travailler restera en Gaspésie si et seulement si elle peut décemment gagner son pain. Encore une fois c'est une sottise de dire que l'on manque de main d'œuvre qualifiée en Gaspésie. Il n'y a que très peu de travail pour les gens qualifiés, ils nous quittent, repartent, c'est bien triste mais c'est la dure réalité. Ce n'est pas en cachant nos problèmes que l'on réussira à les solutionner. Je propose un débat public avec ceux et celles qui véhiculent des sornettes au sujet du travail en Gaspésie. La population a droit à une juste information sur le sujet. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 27 novembre 2013

@ m. Labranche . Le pire qu’ils craignaient est arrivé. Les propriétaires de la ferme maricole Purmer de Sept-Îles ont dû jeter à la poubelle la totalité de leur première production de quelque 250 000 livres de moules bleues, contaminées par le déversement de 450 000 litres de mazout lourd aux installations de Cliffs Natural Resources, et dont 5000 litres ont fui dans la baie de Sept-Îles. (Source: Journal Le Nord Côtier, 26 novembre 2013) Quand le pétrole entre dans votre garde-manger, et jette à la ruine une entreprise de l'économie durable, il grand temps de changer d'orientation.

Maxime Huot a écrit le 27 novembre 2013

Il y a en effet pénurie de main d’œuvre qualifiée en Gaspésie. Il est de la plus haute importance de soutenir la Stratégie d'établissement durable enclenchée par la CRÉGÎM et appuyée par le gouvernement du Québec. Ceci passe notamment par Place aux Jeunes en région et le Service d'accueil des nouveaux arrivants. Ce dernier compte étendre ses activités dans la MRC Bonaventure, activités soutenues par le CLD, afin de créer une cohésion entre chacune des MRC du territoire gaspésien et des Îles-de-la-Madeleine. Cela ne peut qu'améliorer le travail des agent-e-s de migration et donc favoriser l'attraction et la rétention de nouveaux arrivants sur le territoire. Il faut également sensibiliser le milieu des affaires sur l'importance de bien intégrer ces nouveaux arrivants faisant partie de la population active, qu'ils soient jeunes ou moins jeunes et de toutes provenances. Considérons aussi les retraité-e-s, qui injecteront des sommes importantes dans l'économie locale, par la consommation de produits et services locaux. De plus, il importe de considérer un fait qui semble méconnu; la rareté des logements. Plusieurs nouveaux arrivants ont en effet de la difficulté à se trouver un endroit où habiter (location, appartements) et comme il faut travailler pour obtenir un prêt hypothécaire, il va de soi que l'accès à l'emploi doit également être une priorité afin d'assurer une bonne intégration pour ces gens. Enfin, les populations locales doivent être sensibilisées à la situation sociodémographique de leur territoire et agir en tant qu'ambassadrices de la Gaspésie. Ce ne sont pas tous les jeunes qui quittent la région (malgré les statistiques troublantes) et ces gens, ainsi que leurs parents et ami-e-s peuvent démontrer aux nouveaux arrivants qu'il fait bon vivre en Gaspésie et qu'il est possible d'y trouver de l'emploi et d'y rester.

Albert Picard a écrit le 27 novembre 2013

Je suis assez d'accord avec votre analyse de m. Tapp. J'ajoute que les emplois ne nécessitant que la force des bras et du dos, quoi qu'utiles et faisant l'affaire de jeunes bien vaillant et bien aimant de ce qu'il font, ont atteint leur limite. Le modèle économique qui fait appel à cette expertise est passéiste et à mené à l'état de développement que connaît la région aujourd'hui. Dans l'économie du savoir il faut bien plus qu'un simple DEP. Les recherches qui ont mené à la mise en marche du caviar de lompes à Paspebiac ont été menées par des gens possédant au minimum un bacc. Le niveau d'expertise pour faire pousser le la tomate biologique dans la plus grande serre de production de tomates au Québec à New Richmond va bien au-delà d'un DÉC. Même observation pour le chanvre en Haute Gaspesie. Etc. Etc. C'est ce consensus régional qu'il faut atteindre pour permettre à notre région de rayonner, d'être attractive et de se développer.

Gaston Langlais a écrit le 27 novembre 2013

Bonjour, @M. Jean-François Tapp. Vous n'écrivez que sur les emplois précaires ou presque. Il y a belle lurette que les Québécois et que les Québécoises ont déserté le milieu de la restauration même à Montréal. Les agriculteurs pour la cueillette des fruits et des légumes font appel aux Mexicains ou au Sud-américains depuis fort longtemps. Au Nouveau-Brunswick, il y a plus de 20 ans, ce sont des travailleurs étrangers (même des Russes) qui occupent les emplois dans la plupart des usines de transformation du poisson et de crustacés. Ici le phénomène est nouveau. De toute façon nos jeunes ont quitté la région et ce ne sont pas les retraité(e)s qui peuvent remplir ces tâches. Les jeunes en santé et sur le BS sont protégés ne vont ni à l'école ni au travail. Un peu de réalisme tout de même Jean-François... Gaston Langlais - Gaspé.

Jean-François Tapp a écrit le 27 novembre 2013

Avec tout le respect que je vous dois, M. Langlais...la pénurie est bien réelle et bien connue chez les gens qui oeuvrent au développement de la région... - Demandez à certains Crevettes du Nord et à la Ferme Bourdages où ils trouvent leur main-d'oeuvre pour compléter leur équipe... - Demandez aux CS depuis combien de temps ils cherchent des psychologues et des orthothérapeutes... - Demandez au Resto-Pub la Révolte pourquoi il n'y a plus de déjeuners à la carte... - Demandez aux CSSS s'ils ont suffisamment d'effectifs pour rendre les services... - Demandez aux cabinets comptables si c'est facile de trouver leurs professionnels... - Demandez à tous les propriétaires de commerces qui ont fermé dans les dernières années si la relève faisait la file... Quant au dossier du Cégep...c'est un dossier fort complexe, mais qui n'est pas le seul influant sur l'éducation...Nous avons toute une culture et des mentalités à faire évoluer et un éducateur de carrière comme vous en conviendra sans aucun doute!! Bonne journée! jftapp

Gaston Langlais a écrit le 27 novembre 2013

Bonjour, @ M. Jean-François Tapp. Vos propos quant à la pénurie de main d'œuvre en région sont faux. Même des chirurgien(ne)s ne peuvent s'installer en permanence en Gaspésie. Quant à l'éducation c'est vrai que c'est la solution. Mgr. Ross le disait dans les années 40: "La libération par l'éducation". Mais comme on vit dans un système pourri notre plus grande école ici (CEGEP) est menacé de fermeture année après année. Il s'agit de vivre dans le monde réel pour connaitre toutes les facettes de notre existence, une existence menacée pour nous Gaspésiens et Gaspésiennes. Il ne faut surtout pas prendre ses rêves pour la réalité. Gaston Langlais - Gaspé.

Jean-François Tapp a écrit le 27 novembre 2013

Les tenants du développement économique à tout rompre ne semblent pas être conscients qu'il y a une pénurie de main-d'oeuvre dans la région puisqu'ils ne parlent que de création d'emplois pour favoriser la croissance...Ça tient d'une vision à court terme dont on connait déjà les résultats! Le problème de la Gaspésie n'est pas le manque d'emplois bien rémunérés...mais le manque de main-d'oeuvre bien formée! Cette stratégie permettra sans aucun doute de contribuer à combler des emplois disponibles dont la vacance menace la survie de nos entreprises et de nos services de proximité! C'est une partie du problème d'attaqué! Hélas, il faudra tôt ou tard remettre les priorités aux bonnes places en Gaspésie...Et la priorité pour assurer une croissance durable à long terme m'apparaît simple: l'éducation. Il n'y aura pas de croissance économique durable sans éducation dans la région! Que du remplissage de poches à court terme! Mais pour prioriser l'éducation...ça prend du courage politique...et il faut que les électeurs contribuent à ce courage politique!

Albert Picard a écrit le 27 novembre 2013

Pas si simple. Y-en à pas de pétrole. Le gaz, pas payant.

Gaston Langlais a écrit le 26 novembre 2013

Petite correction: ...concepts et les retourner.. Merci. Gaston Langlais - Gaspé.

Gaston Langlais a écrit le 26 novembre 2013

Bonjour, Mis à part les retraité(e)s, une personne qui migre en Gaspésie éprouve le besoin de travailler dans l'immédiat. Seul le développement économique ayant comme attribut la possibilité de verser des salaires décents pourra permettre un accroissement de la population. On aura beau pelleter des concepts et les retournés ça ne sera bon que pour les "pelleteux". Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.