UNE MAIN TENDUE DE LA GASPÉSIE À L'AFRIQUE

Classé sous : International

Parakou, Bénin, le 9 mars 2016 – Depuis janvier dernier, l’Association Pour l’Éducation des Enfants en Difficulté du Bénin peut compter sur l’aide d’une Québécoise, Émilie Bourque-Bélanger, pour ses activités de financement et de communications. Cette Gaspésienne d’adoption a choisi de se rendre chez nous, en Afrique de l’Ouest, pour nous permettre de mieux remplir notre mission, soit aider les enfants les plus vulnérables de notre pays à poursuivre leurs études.

Avant son départ de Gaspésie, Émilie avait déjà recueilli des dons en biens matériels auprès de sa communauté de Chandler et des environs. La population s’est montrée très généreuse! Trois pleines valises de matériel scolaire, de plus de 20 kg chacune, ont pu être remises à l’APEED Bénin et aux enfants bénéficiaires. 

Aujourd’hui, avec l’aide d’Émilie, l’APEED lance une nouvelle campagne de socio-financement. Nous souhaitons venir en aide à l’École Primaire Publique de Yarimaro, un village de la Commune de Parakou, dans le Nord Bénin. Alors que l’école compte plus de 100 élèves, il n’y a qu’une seule salle de classe et un instituteur payé par l’État.

L’école est née il y a 10 ans d’une initiative locale. Auparavant, les enfants devaient marcher plusieurs kilomètres pour se rendre à l’école. Les parents ont construit une salle de classe précaire en matériaux rudimentaires. En 2010, l’APEED Bénin a financé la construction d’une véritable salle de classe. Six ans plus tard, il manque cruellement de place!

Ainsi, l’APEED sollicite l’aide internationale, québécoise et gaspésienne pour financer une deuxième salle de classe! Il nous faut amasser 6500 $ pour réaliser le projet. Pour nous appuyer, les donateurs peuvent se rendre à l’adresse suivante : http://apeedbenin.causevox.com/. 
Ensemble, construisons l’avenir de notre pays par l’éducation de nos enfants. 

À propos de l’APEED Bénin 
L’APEED Bénin œuvre à Parakou et dans les environs, dans le nord du Bénin, en Afrique de l’Ouest. La région affiche tristement une forte pauvreté, et plusieurs de ses habitants n’ont pas des revenus suffisants pour payer les fournitures scolaire, les manuels, livres, les frais de scolarité annuels et autres besoins qui s’élèvent au moins à 120 $ US. 
Notre objectif global est de contribuer à l’amélioration du taux de scolarisation en général et au maintien des élèves issus de familles défavorisées dans les cycles de l’enseignement secondaire général.

– 30 –

Source : Emilie Bourque-Bélanger


Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.