Cœur de pomme

9 mai 2014 2 commentaires

Par Bilbo Cyr

Vous pardonnerez à ma chronique
Cette tournure nécrologique
Il se passe des choses plus importantes
Que la poutine et les fantasmes de fric de la clique.

Dans ma cour, dans mon cœur
Dans ma communauté
La mort harpiste joue du métal
Froid et brutal.

J’suis plus fâché que la semaine passée
Ma peine est profonde comme une tombe
J’vais rajouter dans mon cahier
Du palmarès des suicidés
Le dernier… du nombre
À moins qu’il y en ait un autre demain
Mais j’aimerais mieux pas c’est certain
Comprends-moi ben.

La grande fierté des hommes
Jamais rien demander à personne
Tue plus surement, je crois
Qu’cent mille cartons de tabac
J’peux plus compter sur mes doigts
Ceux qui ne reviendront pas
Qui ont choisi leur trépas
En guise de dernier combat
Si seulement ils avaient su dire
Entre une larme et un soupir
Aidez-moi!

Quand chaque jour est une histoire
De rage, de haine et de cafard
Quand meurt l’espoir de la lumière
Que la noirceur te passe à travers
J’voudrais croire pour deux
Te prendre la main, attendre d’être vieux
Dire que le soleil va ben se lever
Ou qu’ce n’est pas mieux de l’autre côté
N’importe quoi, juste pour être là
Que tu me sentes à côté de toi
Dans ton habitude de solitude
De mal de vivre ou de dépendance
Pour faire une craque dans ton silence.

Je vais faire une scratch sur les convenances
En dénonçant l’innommable
Et en parlant quoiqu’on en pense
Des survivants de l’irréparable.

Quand vient au monde un nouveau-né
Et que tous veulent connaitre son sexe
Ce qui m’intéresse c’est sa santé
Et tout ce qui vient avec.

Quand quitte la terre un suicidé
Et qu’on questionne le moyen
Mon cœur s’enflamme à la pensée
De ceux qui vivent le lendemain.

À cette fillette qui va grandir sans père
À cette femme sans amant
Au trou à table, à tous les soirs
Et aux souvenirs des bons moments.

J’suis tanné de voir des chums
Poqués comme des pommes
Se déclasser à la poignée
Sauter en bas du panier
J’mange ma compote
Je la trouve trop forte
J’avale un gros pépin
Je reste sur ma faim.

2 commentaires
Johanne Fugère a écrit le 17 juillet 2014 :

Une poésie qui va doit au cœur !
Merci Bilbo

claude c a écrit le 10 mai 2014 :

Mes sympathies mon grand ami, j’avais pas compris quand tu parlais de ta nécrologie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux + = 11

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.

Dossiers
Par catégories
Développement Web:
Fil RSS des nouvelles
GRAFFICI
New Richmond
190 Rue Armand-Lelièvre,
local 123
New Richmond, G0C 2B0
(418) 392-7440
Gaspé
237 rue Chrétien, Local Z-29
Gaspé, G4X 1E1
(418) 368-7575
Suivez-nous