Pourquoi?

12 février 2014 0 commentaire

« Pourquoi » est le premier mot qui vient à l’esprit quand on pense à cette insoutenable affaire entourant les allégations d’agression sexuelle qui pèsent contre l’ex-bénévole et entraîneur dans le hockey mineur à Paspébiac, voire président de tournois toutes catégories, Robert Denis.

L’homme de 67 ans de Paspébiac aurait agi pendant quatre décennies, des années 1960 à nos jours. Vous avez bien lu : quatre décennies dans le monde du hockey, ici, chez nous, en Gaspésie. Non, ce n’est pas une histoire qui s’est passée dans le Colorado, en Alberta ou dans l’arrière-pays du Kansas. Non, dans notre cour. Notre cour, c’est Paspébiac aussi. Sodomie, bestialité et autres actes abominables auraient été commis sur des mineurs. Relisez cette dernière phrase avant de poursuivre. Une fois cela dit, qui savait quoi? Qui n’a pas osé parler? Y a-t-il des complices : parents, amis, entraîneurs, arbitres, employés, bénévoles? Quarante ans d’agissements et c’est maintenant que ça sort?

En fait, ce n’est pas tout à fait juste. Informé par CHNC que Denis avait déjà été reconnu coupable d’agression sexuelle auprès d’une personne de plus de 14 ans en 1997, le président de l’Association du hockey mineur de Paspébiac, Christian Grenier, affirme n’en avoir jamais été informé. « On ne le savait pas du tout », assure-t-on. Il faut savoir que Denis siégeait alors au sein de cet organisme à titre d’administrateur et ce, jusqu’à sa démission en 2011 au moment où l’association de M. Grenier menait une vérification des antécédents judiciaires de chacun de ses membres. On répète : qui savait? Qui s’est tu toutes ces années? Y a-t-il quelqu’un qui parlera? Assurément, il y a des gens qui ne dorment pas tranquilles depuis que la liste des présumées victimes s’allonge devant la justice. Depuis que cette sordide affaire défraie les manchettes régionales, l’association que préside M. Grenier a décidé de resserrer les règles et les contrôles sur toute personne liée de près ou de loin au hockey mineur à Paspébiac. Une très bonne nouvelle. De son côté, le président de Hockey Gaspésie-les-Îles, Renaud Langlois, lance un message clair au monde du hockey : « c’est très important de dénoncer ». Souhaitons qu’il soit entendu. Et vous, que se passe-t-il dans votre aréna et aux alentours?

***

S’il existe une face cachée dans le monde du hockey, il semble en exister une chez Merinov, le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec, lancé le 15 septembre 2011 par les libéraux à Grande-Rivière. On rappelle les discours pompeux. « Merinov contribuera à la viabilité et au développement durable de l’industrie en renforçant la capacité d’innovation des entreprises », de déclarer le ministre québécois des Pêches d’alors, Pierre Corbeil. Et le député Georges Mamelonet de renchérir : « Merinov offre aux hommes et aux femmes du secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales, la possibilité d’acquérir les compétences nécessaires pour participer activement à l’essor de leur entreprise ». Bien. Trois ans plus tard, et au moment d’écrire ces lignes, les syndiqués de chez Merinov n’avaient toujours pas de convention de travail. Voici ce que disent les hommes et les femmes de cet organisme aujourd’hui. Ces travailleurs « sont bousculés et absolument pas reconnus dans leur travail. Leurs conditions de travail diffèrent entre eux, leur ancienneté est bafouée et un climat de méfiance règne dans les établissements de Merinov. De cette dégradation du climat de travail, s’en sont suivis de nombreux départs, des absences pour cause de maladie ». La situation est à ce point grave que même le ministre régional, Gaétan Lelièvre, s’en est mêlé, chose rarissime pour un ministre. « Trois ans, ça m’apparaît déraisonnable comme délai. » La direction de Merinov, si prompte à remettre des cartes d’affaires lors du lancement en 2011, refuse d’accorder des entrevues sur ce conflit.
***
Non, l’annonce de Québec sur la cimenterie n’est pas électoraliste, mais son timing l’est. Le Libre arbitre prédit des élections entre avril et juin ainsi qu’une victoire péquiste. On analyse le tout le mois prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − = 7

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.

Dossiers
Par catégories
Développement Web:
Fil RSS des nouvelles
GRAFFICI
New Richmond
190 Rue Armand-Lelièvre,
local 123
New Richmond, G0C 2B0
(418) 392-7440
Gaspé
237 rue Chrétien, Local Z-29
Gaspé, G4X 1E1
(418) 368-7575
Suivez-nous