Femme ou fille

10 mars 2014 6 commentaires

On m’a posé la question cette semaine. On m’a installée sur une chaise droite, on m’a dépoussiéré le sourire, branché une caméra avec le bon angle face à moi et on m’a demandé quand est-ce que j’étais devenue une femme.

J’ai levé les yeux au ciel, mordu ma lèvre d’en bas, gratté la nuque, baissé les yeux et relevé les yeux vers le ciel et j’ai pris 20 minutes pour répondre ceci.

Je suis née deuxième de quatre filles. Je portais les robes de ma grande sœur, j’usais son vieux vélo et je laissais des miettes pour les deux plus jeunes. J’ai été élevée comme une fille, avec des Barbies, des froufrous, et du rose, mais avec aussi beaucoup de bleu.

Malgré mes bonnes manières, mes rubans dans mes cheveux et mes bottes roses, je trainais du côté des garçons. J’ai toujours pensé qu’on m’avait séparée d’un frère jumeau parce que je m’entendais mieux avec les garçons qu’avec mes sœurs.

Plus tard, j’ai grandi et j’ai continué de mettre toutes mes énergies pour lancer le ballon aussi fort que les garçons devenus pour leur part des « gars ». Je ne portais plus de bottes roses, mais des bottes à cap d’acier pour mieux me défendre, certains en gémissent encore. Je mettais sans hésiter les gants pour donner, mais surtout recevoir quelques bonnes droites au menton. J’étais une fille parmi les gars au grand désespoir de ma mère qui me disait tout le temps : « Tu devrais les laisser entre eux pour une fois. » Et parce qu’une bonne fille écoute sa mère, j’ai commencé à me faire de plus en plus d’amies de filles qui tombaient toutes amoureuses de mes amis de gars.

Puis, devenue adulte et sensible à la cause, je me suis fait raser les cheveux en soutien au cancer. J’ai beaucoup pensé aux femmes atteintes du cancer du sein qui en plus de perdre leurs cheveux lors des traitements perdait aussi un sein, parfois deux. On cherche alors à exprimer autrement sa féminité. Sans mes cheveux longs, j’ai ajouté du maquillage et des bijoux à mon style, ça n’a pas duré.

Mais la question reste : quand est-ce que j’ai commencé à être une femme?
J’ai commencé à être une femme quand j’ai commencé à faire des affaires que les femmes ne font pas d’habitude. C’est pourtant ce que j’ai toujours fait, mais une fois adulte, c’était différent. Ni femme d’un homme, ni mère de famille, ni même carriériste, j’ai quand même commencé à être une femme.

Je venais d’être élue conseillère municipale. J’avais encore aux pieds mes bottes à cap d’acier, plus par habitude que pour me défendre. Une place dans les instances décisionnelles pour une femme c’est plutôt remarquable, alors on vous le fait remarquer. Ma mère ne m’a jamais dit que je devrais les laisser entre eux pour une fois. Même si je n’ai jamais eu besoin de remettre les gants pour me battre pour ma place, j’ai eu l’impression de faire une différence dans ce combat.

Dans le fond, j’ai toujours été une femme, c’est juste que, avant, ça paraissait moins.

6 commentaires
Carole a écrit le 21 mars 2014 :

Salut belle amie Manue,
Ça fait toujours du bien de lire des histoires qui nous rappellent la nôtre. Je t’admire pour ta détermination et ta franchise. Tu es une femme au grand coeur.
À bientôt! XX

Manue a écrit le 12 mars 2014 :

Merci pour vos bons commentaires. Je suis ce que je suis, que ça plaise ou non. Je ne suis pas en quête de mon identité ni profondément plongée dans un tourbillon de crise identitaire. J’espère que ce texte peut répondre à celles qui se demandent comment être une femme accomplie dans notre société aujourd’hui.

Lucie Bilodeau a écrit le 12 mars 2014 :

Magnifique texte. Merci.

France LeBlanc a écrit le 11 mars 2014 :

Tu es une de mes femmes préférées. Ton style, ta personnalité, ton humanisme font de toi une personne exceptionnel et tant mieux si tu es une femme ou une fille, l’important c’est que tu es TOI!

Pascal Henry a écrit le 11 mars 2014 :

Super manue, L’amélie poulin des Cayens…
Premierement: Serais-je le seul a t’avoir dit a quel point tu étais jolie meme sans tes cheveux au lendemain de ta tres généreuse contribution a la cause du cancer????? !! Deuxiemement: Fille, femme, jeune femme, vieille fille, vieille femme, jeune fille… quelle importance ? Pourquoi ne pas etre tout ca a la fois, avec ou sans cap d’acier et/ou ruban roses ? Au final, laisse celui qui regarde decider, il aura tres probablement un regard moins critique que le tien Anyway ! Troisiemement: l’important, c’est que tu sois toi meme et que tu fasse ce qui te rend heureuse au moment ou tu le fais. Tu peut decider de continuer a faire une difference dans la vie des autres, ou tu peut decider que tu en as assez fait pour les autres et en faire plus pour toi. En bout de ligne: n’oublie jamais de ne jamais t’oublier !

Jean-Pierre a écrit le 10 mars 2014 :

Manue, nous ce qu’on peut dire c’est que tu es devenue une belle femme et qu’on est très fiers de toi.
BRAVO,! De faire la différence, dans la générosité toujours!
et il n’y a pas de mal à garder ton coeur d’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ deux = 9

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.

Dossiers
Par catégories
Développement Web:
Fil RSS des nouvelles
GRAFFICI
New Richmond
190 Rue Armand-Lelièvre,
local 123
New Richmond, G0C 2B0
(418) 392-7440
Gaspé
237 rue Chrétien, Local Z-29
Gaspé, G4X 1E1
(418) 368-7575
Suivez-nous