Merci à la jeunesse !

20 avril 2012 5 commentaires

Par Thierry Haroun

Il est rassurant de voir nos jeunes dans la rue revendiquer une éducation abordable pour tous. Merci à vous et tenez bon !

Voilà des semaines que la jeunesse québécoise sillonne les rues de la province pour revendiquer le droit à une éducation abordable. Voilà des semaines que les jeunes secouent les colonnes du temple pour dire combien ils tiennent à une société qui leur sera juste. Voilà des semaines qu’ils rêvent à un Québec qui répondra à leurs aspirations. Voilà des semaines qu’ils manifestent pour une société qui sera à leur hauteur. Voilà des semaines qu’ils disent non à une hausse des frais de scolarité !

Or voilà trop longtemps que le gouvernement du Québec n’agit pas en gouvernement. Voilà trop longtemps que le premier ministre Jean Charest n’agit pas en homme d’état. Voilà trop longtemps que la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp n’agit pas en femme d’État. En refusant de négocier avec la jeunesse qui est dans rue, c’est un camouflet à la démocratie que nous sert le gouvernement Charest. Si 200 000 jeunes dans la rue ne peuvent être entendus par un gouvernement, qui de toute évidence fait preuve d’aveuglement volontaire pour mieux satisfaire sa base électorale, qui donc peut être entendu en ce bas monde ?

Il n’empêche, voir la jeunesse se tenir debout me rassure sur la suite du monde.

***

En parlant d’écoute, le Regroupement des organismes communautaires de la Gaspésie-les-Îles demande l’équité pour la région en ce qui concerne les crédits alloués aux maisons de la famille. L’an dernier le budget du Québec accordait deux millions de dollars en sécurité alimentaire. De cette somme, la Gaspésie n’a touché que  21 000 $, ce qui représentait moins de 2 000 $ par organisme, déplore la coordonnatrice du ROCGIM, Geneviève Giguère.

À titre comparatif, en Abitibi-Temiscamingue les organismes ont obtenu entre 5 000 $ et 6 000 $, soit trois plus, soulève encore Mme Giguère. Avec raison, elle enjoint donc les élus de la Gaspésie de s’assurer, lors des études de crédits qui auront lieu la semaine prochaine, que les Gaspésiens touchent leur juste part des 2 millions de dollars consacrés cette année aux maisons de la famille. Elles sont six en Gaspésie et aux Îles. Souhaitons que cet appel soit entendu.

***

En raison de mes nouvelles fonctions professionnelles qui prennent beaucoup de mon temps, le Blogue du Libre vous quitte. Toutefois, il reviendra sous d’autres formes en temps opportuns, notamment en campagne électorale. Merci aux lecteurs d’avoir apporté leur pierre à l’édification de cette tribune qui m’était chère.

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.