Le maire François Roussy patine bien. Vraiment ?

16 décembre 2011 14 commentaires

Par Thierry Haroun

Il y a des moments en politique où il vaut mieux se taire et c’est précisément ce qu’aurait dû faire cette semaine le ministre délégué  aux Transports, Norman MacMillan, lors d’une conférence de presse à Gaspé. On décline.

Flanqué du député libéral, Georges Mamelonet et du maire de Gaspé, François Roussy, le ministre MacMillan est venu annoncer un investissement de six millions $ pour réaménager la route située au pied du centre-ville de Gaspé, au bord de l’eau.

Il s’agit de la première étape du projet Berceau du Canada, qui vise à reconstruire sur pilotis neuf bâtiments historiques, un quai des festivités et une promenade à cet endroit. Reste que pour mener à bon port ce projet de 16 millions $, la part du gouvernement fédéral est nécessaire.

En toute logique, François Roussy a été questionné sur ce sujet. Voici sa réponse : «Ce que Georges et M. MacMillan viennent faire aujourd’hui, c’est la bougie d’allumage. C’est le premier pas dans la bonne direction et, veut veut pas, quand il y a 6 millions $ d’investis sur la route, ça facilite l’obtention d’autres réponses. On vient vraiment de donner le coup de barre nécessaire pour la réalisation de ce projet.»

Une réponse claire et précise, sans plus. Mais ce à quoi, le ministre MacMillan a répliqué, tout bas en regardant M. Mamelonet, ceci : «Il patine bien».  (Donnons le crédit à CHAU-TVA qui a été le seul média à avoir révélé cette bourde). Vous avez bien lu : «Il patine bien».

Poursuivons. Dans cette même conférence de presse, le ministre MacMillan, qui ne marquera sûrement pas l’histoire de l’Assemblée nationale pour excès de déférence, a manifesté son désaccord sur la sortie récente de Roussy qui accusait Québec de favoriser les grands centres au mépris de la Gaspésie.

La réplique de MacMillan a été la suivante : «Moi je dis toujours aux gens, quand vous venez me voir, ne vous comparez pas aux autres régions. Organisez vos choses, venez me voir et travailler en partenariat avec nous autres et si vos demandes sont raisonnables on va le faire.» C’est ça patiner M. le Ministre.

***

On apprend cette semaine que Québec a transféré de manière officielle et définitive le contrat d’aménagement forestier (CAAF) de 85 000 mètres attachés à l’ancienne usine de GDS à Grande-Rivière (MRC du Rocher-Percé) vers Grande-Vallée et la Coopérative de Saint-Elzéar. La décision a été prise le 2 décembre dernier et les élus ne l’ont appris que mercredi après-midi.

Québec explique cette décision par la nécessaire consolidation des usines de Grande-Vallée et de Saint-Elzéar, ce qui est logique en soi. Mais la colère des élus de Rocher-Percé est pourtant tout autant justifiée. S’oppose ici l’intérêt d’une industrie régionale à celle d’une MRC. Ce sont des questions qui demeurent entières et abyssales.

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.