Arsenault et Chartier : gagnants du premier débat

25 novembre 2011 4 commentaires

Le libéral Damien Arsenault et la candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, sortent grands gagnants du premier débat tenu lundi et organisé par la radio CIEU-FM. Les autres candidats sont loin derrière et devront mieux se préparer pour les prochains débats.

Damien Arsenault a asséné le coup fatal en plein milieu du débat au péquiste, Sylvain Roy, son plus proche rival, quand il lui a demandé d’indiquer le taux de redevance des ressources minières. Niet kamarad, M. Roy ne le savait pas. En plein débat, ce type d’erreur marque les esprits et, encore une fois, l’équipe péquiste a mal préparé son candidat comme cela avait été le cas lors de sa première conférence de presse le 6 octobre. Ce jour-là, M. Roy n’avait pas été en mesure de présenter ses priorités. Sylvain Roy aurait dû savoir que le gouvernement Charest a récemment fait passer les redevances de 12 % à 16 % (sur les profits). Il aurait dû au moins lire l’un des communiqués de son propre parti sur cette question qui rappelait que le PQ souhaite imposer «50% de redevances» : ce message, c’est le député péquiste de Marie-Victorin, Bernard Drainville qui l’a martelé le 15 novembre dernier.

M. Arsenault, une cible de choix lors du débat, ce qui est normal puisqu’il défend le gouvernement en place, a dit avoir, en matière d’exploitation des hydrocarbures, «un préjugé défavorable», dit qu’il «partage les mêmes inquiétudes que les gens.» Il a aussi précisé que tant et aussi longtemps qu’il n’y aura pas d’acceptabilité sociale, il n’appuiera pas le projet. Par cette seule affirmation, qui, de fait, est un engagement électoral, il prend ses distances avec les lignes directrices du gouvernement Charest. Et ici, il marque aussi des points. M. Arsenault a gardé son calme et a bien joué la carte de son expérience comme maire pendant le débat.

Pour sa part, Patricia Chartier, a encore une fois démontré ses talents de tribun. Sa verve tranchante et son discours ne laissent aucun doute sur son penchant pour le développement durable et un partage équitable des ressources naturelles.

En parlant de ressources naturelles, son rival adéquiste, Georges Painchaud n’a pas soulevé les passions avec son appui à l’exploitation sécuritaire de l’uranium et des hydrocarbures. Et encore moins avec son idée d’attirer les personnes âgées dans la région qui, selon lui, saurait donner un coup de barre à l’économie. Il s’est aussi fait rappeler à l’ordre par M. Arsenault sur le dossier de la Coopérative de Saint-Elzéar. «Je comprends de par où vous venez que vous n’êtes pas vraiment connecté. Ce n’est pas une visite des travailleurs en après-midi qui va vous permettre de connaître le contexte de la Coopérative.» Et pour le Vert, Jean Cloutier, dont certaines idées comme l’implantation d’hydroliennes sont à retenir, ce dernier s’est permis de demander, sur un ton agressif, des excuses à Mme Chartier parce qu’on avait mentionné à l’une de ses conférences de presse que seul Québec solidaire était contre l’uranium. Des excuses pour ça ?

Les notes maintenant :

Damien Arsenault (A)

Patricia Chartier (A)

Sylvain Roy (B-)

Jean Cloutier (C)

Georges Painchaud (D)

***

Un conseil pour Sylvain Roy lors des prochains débats : éviter de pointer du doigt le gouvernement Charest concernant la hausse marquée du temps d’attente à l’hôpital de Maria et du manque d’infirmières comme l’a fait la députée péquiste, Agnès Maltais, lors de son passage récent dans région. Pourquoi ? Parce que Damien Arsenault pourrait très bien rappeler à M. Roy, avec raison, que la faute revient au gouvernement péquiste de Lucien Bouchard qui a mis à la retraite 15 000 personnes du réseau de la santé au tournant des années 2000. Et que c’est sous l’ex-ministre libéral de la Santé, le Dr Philippe Couillard, que les facultés de médecine ont commencé à se remplir à nouveau.  Il faut donner ça aux libéraux : ils sont à redresser le réseau de la santé laissé exsangue par les péquistes. Bon débat lundi à Radio-Canada et jeudi à CHNC/GRAFFICI.CA (le blogue du Libre y sera).

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.