L’écart se rétrécit entre libéraux et péquistes dans Bonaventure

18 novembre 2011 8 commentaires

En page frontispice du journal Le Soleil du 12 novembre dernier, il était écrit «départ canon» des libéraux dans Bonaventure. Ce titre faisait référence au sondage Segma-Le Soleil qui accordait 52 % des voix au libéral Damien Arsenault contre 36 % au péquiste, Sylvain Roy. Départ canon, vraiment ?

Faut-il s’étonner de ce titre qui frôle la partisanerie de la part du Soleil quand on sait que ce journal basé à Québec a déjà été l’organe officiel du Parti libéral. Une analyse un peu plus objective et mise en contexte d’un point de vue historique – c’est du moins ce qu’on s’attend d’un journal qui se dit sérieux – démontrerait plutôt que les libéraux ont perdu du terrain dans Bonaventure depuis la dernière élection générale en 2008. Combien ? Une chute de 12 points de pourcentage. Ce n’est pas ce qu’on appelle un «départ canon». Le Parti québécois prend du galon en grimpant de sept points de pourcentage. En clair, l’écart se rétrécit. De quoi inquiéter, un peu, les libéraux, et encourager, un peu, les péquistes.

Avant de poursuivre l’analyse des chiffres, revenons rapidement sur le titre «départ canon» du journal. Ce genre de titre en trompe-l’œil peut influer sur le vote, ce qui fait penser à la proposition du député péquiste de Matane, Pascal Bérubé, d’il y a quelques semaines voulant que l’on interdise les sondages pendant les campagnes électorales pour éviter ce genre de démagogie et de conclusions à la va-comme-je-te-pousse.

Maintenant, ce sondage accorde 6 % des intentions de vote à Québec Solidaire, ce qui correspond au double par rapport à 2008, plutôt encourageant. Or, de passage cette semaine dans Bonaventure, le co-chef de Québec Solidaire, Amir Khadir, soulignait que des sondages de Crop et de Léger accordaient plutôt à son parti de 11 % à 12 %, ce qui correspond au double du sondage du Soleil. Ces chiffres ont de quoi inquiéter les péquistes parce que Québec solidaire joue ici sur leur territoire. Les libéraux peuvent s’en réjouir et mettre ça en banque. Mais on en n’est qu’au début de la campagne et souhaitons que des débats soient organisés afin de séparer le bon grain de l’ivraie.

***

Le porte-parole du PQ en matière d’environnement, Scott McKay, est de passage aujourd’hui pour faire campagne avec le candidat péquiste, Sylvain Roy. Dans un communiqué, M. McKay, qui demande un moratoire sur l’uranium, rappelait ceci: « Ce moratoire, nous le demandons depuis 2008. À maintes occasions, nous l’avons réitéré, mais les libéraux de Jean Charest continuent de faire la sourde oreille » en déplorant plus loin  « que l’ancienne députée de Bonaventure, Nathalie Normandeau, ait refusé à ses citoyens le dépôt de leur pétition, à l’Assemblée nationale, demandant un moratoire sur l’exploration et l’exploitation de l’uranium. » À vous de juger chers lecteurs.

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.