Raynald Blais dit finalement non

16 septembre 2011 7 commentaires

Par Thierry Haroun

Raynald Blais, l’ex-député dans Gaspésie-les-Îles, a finalement décidé qu’il ne se présentera pas sous la bannière péquiste aux prochaines élections partielles à venir dans Bonaventure, laissé vacant par le départ soudain de Nathalie Normandeau de la vie politique.

C’est ce qu’il a confirmé hier soir. Pourquoi? Primo, il ne se sent pas prêt à entamer une autre campagne électorale. C’est vrai qu’il s’est tapé plusieurs joutes électorales depuis sa première campagne perdue aux mains du libéral, Georges Farrah, en 2000.

Deuxièmement, en raison de la crise (d’adolescence) qui sévit au PQ. « La crise interne au PQ, c’est loin d’être motivant et on n’a comme pas l’impression que c’est terminée. Et tout ça, ça jette un discrédit sur le parti que j’aurais pu éventuellement représenter », laisse-t-il entendre. On le comprend. Faire partie d’une équipe (faut le dire vite) où tout le monde se prend pour le “king’’, où tout le monde veut avoir le dernier mot, où chacun à sa petite idée sur la manière dont on devrait faire l’indépendance, où l’égo prend le dessus sur la raison et où les débats finissent en batailles de ruelle, ce n’est pas intéressant.

Troisième raison invoquée par Blais : d’autres pointures de renom sont sur la liste du mentor péquiste de la région, le député de Matane. « Selon Pascal Bérubé, il y aurait d’autres candidatures intéressantes, ça me sécurise un peu parce que  je me dis que d’autres personnes pourraient prendre la relève. »

Sage décision donc que celle de Raynald Blais qui semble avoir toujours le goût de la politique, mais pas au point de jouer dans ce cirque. Il ne ferme toutefois pas la porte à un retour lors d’une élection générale. Son retrait de la course à venir ouvre la porte toute grande à François Legault (dont la Coalition devrait se transformer en parti politique), et qui pourrait se présenter dans Bonaventure. C’est ce qu’il a laissé entendre plus tôt cette semaine. Les libéraux qui ne dévoilent pas facilement leur jeu peuvent se réjouir du retrait de Blais, mais doivent s’inquiéter d’une éventuelle candidature de Legault. Si d’aventure Legault s’y refuse, le champ sera libre pour les Libéraux, sorte de «walk in the park», puisque les péquistes auront du mal à présenter un candidat aussi pesant que Blais. En d’autres mots, le retrait de Blais vient de tuer dans l’œuf les minces chances du PQ dans Bonaventure.

***

En parlant des libéraux dans Bonaventure, ils  ont publié un communiqué d’une platitude sans nom cette semaine : « Lors de l’assemblée générale des membres qui a eu lieu dimanche dernier à New Richmond, les membres de l’association se sont réjouis de la nomination de M. Yves Bolduc comme ministre régional. » Vous avez sommeillé vous aussi…

***

Je voulais vous parler de Nancy Charest et de sa rencontre avec Legault, mais Blais a cassé le party. Ça ira à la semaine prochaine. Bonne semaine.

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.