Blais et le comté de Bonaventure

9 septembre 2011 0 commentaire

Nathalie Normandeau venait d’annoncer son départ de la vie politique que les péquistes se frottaient déjà les mains à la vue de pouvoir enfin prendre le comté de Bonaventure. Ce qui dans les faits pourrait maintenant être possible dans le cadre d’une élection partielle qui aura lieu dans les prochains mois.

Raynald Blais, l’ancien bloquiste de la Gaspésie-les-Îles de 2004 à 2011 qui a démissionné un peu avant la dernière élection fédérale, songe sérieusement à se présenter sous la bannière péquiste. Il a beau refuser de confirmer, mais c’est tout comme. Au moment de sa démission à titre de député, il avait clairement laissé entendre qu’il pourrait revenir en politique sous la bannière péquiste et une occasion comme celle-ci ne se représente pas deux fois.

Les réactions de nos lecteurs à cette annonce (Raynald Blais candidat dans Bonaventure ?) donnent déjà une idée de la notoriété dont il jouit. Son rival potentiel du côté des libéraux est Steeve Leblanc (ancien président de la commission jeunesse du PLQ et qui fait carrière dans les cabinets ministériels). Ce dernier, qui est en réflexion lui aussi, a déjà l’appui de la mairesse Nicole Appleby. Il profiterait de la machine rouge. Mais Blais a déjà une longueur d’avance sur son jeune rival. Il connaît tous les dossiers de la région.

Steeve Leblanc, moins connu du public, passerait le plus clair de son temps à se faire connaître pendant la campagne plutôt qu’à tabler sur son expérience sur le terrain. Par contre, sa carte maîtresse serait celle d’avoir Nathalie Normandeau à ses côtés pendant les hostilités, si d’aventure elle s’y engageait.

Maintenant, à cela s’ajoute la donne de la candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, qui pourrait soutirer quelques voix à Blais, tous deux flanqués à gauche de l’échiquier politique. Et ce, sans parler d’un possible candidat du parti en devenir de François Legault, lequel pourrait soutirer des votes au Parti libéral.

D’accord, le comté de Bonaventure est rouge soviétique depuis Mathusalem, mais rappelons deux choses . Un, Bonaventure a été péquiste (erreur de parcours diront certains)  sous Marcel Landry (1994-1998). Et deux, on sait que Normandeau était plus populaire que son parti, lequel dégage un parfum de fin de règne. Tout indique donc que dans les circonstances, Blais pourrait ravir Bonaventure. Chose certaine, la partielle dans Bonaventure sera une occasion de jauger la popularité des partis, ce qui sera suivi à l’échelle nationale, gracieuseté de Normandeau.

***

On notera qu’il y aura de la politique dans l’air à Gaspé au cours des prochains jours. Une assemblée générale des membres de l’Association libérale du comté de Gaspé se tiendra ce samedi au motel Adams alors que la Coalition pour l’avenir du Québec (le parti en devenir de Legault) sera à l’Hôtel des Commandants, lundi prochain. Ça sent les élections !

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.